31/08 12:45

Trains bloqués hier: Après 24h de trajet, le TGV Hendaye/Paris est arrivé ce midi en gare de Paris Montparnasse

12h42: Après 24h de trajet, le TGV Hendaye/Paris vient à l'instant d'arriver en gare de Paris Montparnasse. Le train numéro 8546 prévu au départ d'Hendaye à 17H55 pour une arrivée à Paris-Montparnasse à 22H00 était parti finalement à 18H30 avant de se retrouver bloqué à Biarritz où un autre train n'avait déjà pas pu partir à 15h45. Ces deux TGV ont été jumelés et sont repartis à Hendaye vers Paris.

11h33: Une conférence de presse est organisée

"C'est un événement exceptionnel, avec une succession d'incidents qui a conduit à l'arrêt de la ligne", "Une enquête est en cours"

"On travaille à rétablir et à remettre en marche tout le système (...) La priorité, c'est de faire recirculer les trains le plus vite possible"

11h29: La SNCF vient de poster un communiqué de presse pour revenir sur les événements survenus hier.

Le dimanche 30 août, suite à une série d’incidents d’alimentation électrique entre Dax et Morcenx, les circulations ferroviaires ont été complètement interrompues et la SNCF n’a pas pu acheminer l’ensemble de ses voyageurs du Sud-Ouest Atlantique jusqu’à Paris.

La SNCF regrette vivement cette situation qui a mis en grande difficulté ses voyageurs. Tout au long de cet incident, l’entreprise a tout mis en ouvre pour prendre en charge dans les meilleures conditions possibles les voyageurs des 4 TGV concernés : distribution d’eau et de plateaux repas, mise à disposition de masques chirurgicaux.

Pour les voyageurs ayant vécu les retards les plus importants, la SNCF a décidé de rembourser leurs billets à hauteur de 300 % ainsi que tous les frais annexes qui auraient pu être engagés dans de pareilles circonstances (hébergement, taxi…). Pour les 445 voyageurs qui ont été acheminés à la gare de Hendaye durant la nuit, des cars ont été affrétés pour les conduire à Bordeaux où des places dans des TGV seront mis à leur disposition afin qu’ils puissent rejoindre Paris.

Une enquête interne a été déclenchée afin de déterminer les causes de ces incidents. Toutes les hypothèses, tant sur les trains que sur l’infrastructure, sont étudiées. La remise en service de l’ensemble des installations de la zone touchée est envisagée pour demain, dès la reprise de service. Un point presse est organisé ce jour, en fin de matinée, en gare de Bordeaux Saint-Jean.

09h56: Le point sur ce qu'il faut retenir ce matin

Un millier de voyageurs ont pu repartir lundi matin après une nuit de galère, bloqués pendant des heures dans les Landes après un incident électrique, un calvaire qui n'était toujours pas terminé pour des centaines d'autres. Le millier de voyageurs du TGV 8538 a été transbordé aux petites heures de la matinée dans un autre train qui roulait vers Bordeaux vers 8H00 pour aller ensuite à Paris, selon une porte-parole de la SNCF Nouvelle-Aquitaine. Ils devraient y arriver vers 11H00, selon la direction nationale de la SNCF.

Les voyageurs, partis d'Hendaye pour normalement arriver à Paris dimanche à 16H20, ont été bloqués toute la nuit, d'abord à Morcenx puis Ychoux, 50 km plus loin, dans les Landes.

La double rame a été stoppée «à la suite d'une succession de problèmes d'alimentation électrique» dans le secteur de Dax, selon la SNCF Nouvelle-Aquitaine.

Sur les réseaux sociaux, les voyageurs ont laissé exploser leur colère après ce dernier week-end de vacances, craignant une contamination par le Covid-19.

«Nous sommes dans le train au départ de Biarritz à 12h23 et il est 3h du matin. 1100 passagers à bord: pourrait-on avoir des masques afin de ne pas ajouter aux records de ce trajet cauchemardesque celui du plus gros cluster? #tgv8538 #jesuis8538», avait lancé dans la nuit une passagère.

Le transbordement des passagers, organisé dans la nuit, a pris plus de deux heures. Par ailleurs, selon la préfecture des Landes, près de 73 passagers provenant d’un TER et d’un TGV ont dû être hébergés par la SNCF. Mais la galère n'était pas terminée pour 445 passagers de deux autres trains.

Le train numéro 8546 prévu au départ d'Hendaye à 17H55 pour une arrivée à Paris-Montparnasse à 22H00 était parti finalement à 18H30 avant de se retrouver bloqué à Biarritz où un autre train n'avait déjà pas pu partir à 15h45. Ces deux TGV ont été jumelés et sont repartis à Hendaye où ils étaient toujours lundi matin.

«On ne sait pas ce qui va se passer», a témoigné lundi matin une journaliste de l'AFP dans un des trains, ajoutant : «on vient de nous appeler pour aller chercher des croissants!».

Selon la direction nationale de la SNCF, ces passagers ont fait l'objet d’une "prise en charge sur place. On a procédé à des acheminements de masques, distribué des couvertures, bouteilles d’eau, petits déjeuners”

“Et là, nous sommes en train d’étudier différentes solutions de rapatriement de ces personnes là, pour qu’elles puissent rentrer chez elles dans les meilleurs délais et les meilleures conditions”.

"Les dédommagements pour les voyageurs des trois trains s'élèvent à 300% et on rembourse également tous les frais annexes, hôtels et taxis”, selon la même source.

L'incident de la nuit est survenu dans le secteur de Dax après le passage d'un TGV, selon la SNCF Nouvelle-Aquitaine qui précise qu'aucun train ne circulera lundi sur les lignes Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Tarbes.

«De nombreuses réparations ont été faites mais nous menons une investigation complète», a-t-elle ajouté.

Sur RMC, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a indiqué lundi matin que «les voies pourraient rouvrir mardi matin mais les travaux sont assez conséquents, 60 km de voies ont été endommagés, notamment au niveau des caténaires».

09h33: Aucun train ne circulera lundi sur les lignes Bordeaux-Hendaye et Bordeaux-Tarbes. «De nombreuses réparations ont été faites mais nous menons une investigation complète», a indiqué la SNCF. 

08h04: Sur RMC, ce matin, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué aux Transports, est revenu sur l'incident et a annoncé que la SNCF "remboursera à titre exceptionnel à hauteur de 300% du prix des billets".

07h48: «C'est la galère ; il y a des familles, des enfants et on n'a pas d'information. Le personnel est dépassé. On nous a promis des plateaux-repas et des bouteilles, mais on n'a finalement rien eu », a déploré une journaliste de l'Agence France-Presse présente dans le train. La SNCF a évoqué « plusieurs incidents en cours » à l'origine de ces blocages « principalement une panne d'alimentation électrique dans le secteur de Dax ».

07h32: Un passager d'un TGV bloqué sur les voies entre Dax et Bordeaux annonce à nos confrères de France Info :  "On nous annonce une arrivée sur Paris à 9h13 donc avec près de 20 heures de retard sur l'horaire initial. J'espère qu'au moins on va battre un record."

06h35: En raison de plusieurs pannes électriques sur son trajet, un TGV au départ d'Hendaye et à destination de Paris n'a jamais pu passer Bordeaux et affiche un retard en cours de près de 15 heures. Ils auraient dû arriver à Paris-Montparnasse à 16h27 ce dimanche, mais à 6h30 ce lundi matin ils ne sont toujours même pas encore arrivés à Bordeaux ! Ils ne devraient pas être à Paris avant le milieu de la matinée

Partis avec près de 3h de retard à cause d'un défaut d'alimentation électrique à Dax ce dimanche, ils sont ensuite restés bloqués plus de 2h en gare de Morcenx-la-Nouvelle. La faute d'abord à une panne sur leur train, puis une caténaire arrachée par un autre TGV qui venait de les dépasser. A peine repartis, ils s'arrêtent à Ychoux vers 00h30 et changent de train 45 minutes plus tard. 

La SNCF a eu à faire face à plusieurs incidents explique Jérôme Attou, le directeur de crise, "navré pour nos clients" de ce qui arrive. Mais, la SNCF a fait tout ce qu'elle pouvait : "Sur les week-ends de retour, avec de fortes affluences on met en place des cellules de crise et de veille et en terme de réactivité, on ne peut pas aller plus vite. On eu une accumulation. Si on avait eu "que", mais c'est déjà très important, l'incident en gare de Dax, on aurait pu passer plus de trains."

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
31/août/2020 - 19h08

il serait bon que la SNCF explique pourquoi aucune locomotive diesel n'est venue pour tracter ces trains qui étaient "simplement" privés de courant.Miser sur le tout électrique sans aucune solution de remplacement est irresponsable.

Portrait de jean71
31/août/2020 - 10h44

Grève prévue le 17 septembre ......la SNCF  est vraiment  formidable !

Portrait de Nicoooo
31/août/2020 - 08h44

Il y a des locomotives diesel de secours prévues pour tracter des TGV en cas de pannes ou pannes de réseau... Il seraient déjà arrivés à Paris.

Mais comme la SNCF à mis à la poubelle des centaines de locos diesel ces deux dernières années, voilà le résultat, zéro solutions et la galère une fois de plus pour les passagers... Et ils comptent faire grève le 17/09..