10/08 14:45

EN DIRECT - Français tués au Niger: "Acted va déposer une plainte pénale dans les prochains jours", annonce l'avocat de l'ONG - Le parquet antiterroriste ouvre une enquête pour "assassinats"

14h45: Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse des responsables de l'ONG Acted

Quatres hommes et quatre femmes âgés de 25 à 50 ans sont morts dans l’attaque ayant visé dimanche des employés de l’ONG Acted qui a jugé « déplorable » lundi, que la communauté internationale ne garantisse pas davantage la sécurité des humanitaires dans les pays à risque.

« La communauté internationale (doit réaliser) la contradiction qu’il y a entre nous demander de soutenir ces populations qui vivent de façon dramatique et nous laisser seuls confrontés à une violence où nous sommes devenus les cibles les plus faciles », a déclaré le co-fondateur d’Acted Frédéric Roussel lors d’une conférence de presse.

« Les victimes avaient entre 25 et 50 ans. Ce sont quatre femmes et quatre hommes », a-t-il ajouté, refusant de révéler leur identité.

Selon les autorités locales, six Français, et deux Nigériens - leur chauffeur et un guide touristique - ont été tués dimanche par des hommes armés, à Kouré, à 60 km au sud-est de Niamey, lors d’une excursion touristique dans une région qui abrite les derniers troupeaux de girafes d’Afrique de l’ouest.

Le parquet national antiterroriste français a ouvert une enquête lundi pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste ».

L’avoact d’Acted, Me Joseph Breham, a indiqué qu’une plainte serait déposée à Paris « pour que les familles sachent ce qui s’est passé précisément, si c’est une attaque d’opportunité, est-ce que c’était planifié, est-ce que c’est quelque chose qui risque d’arriver de nouveau ».

Les meurtres n’ont pas été revendiqués, mais ils surviennent dans un pays régulièrement frappé par les groupes jihadistes sahéliens, dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS), quelques mois avant une présidentielle dont le premier tour est fixé au 27 décembre.

Lundi, les forces armées nigériennes traquaient les auteurs de l’attaque, notamment avec l’appui aérien de l’armée française.

Des agents de la police scientifique nigérienne ont procédé à des prélèvements, selon un correspondant de l’AFP sur place. Les corps des victimes ont été transférés dimanche soir à Niamey.

14h11: Des responsables de l'ONG Acted s'expriment lors d'une conférence de presse

"Toutes nos pensées sont tournées vers les familles des victimes. C'est un acte barbare, inqualifiable, révoltant"

"Nos salariés nous ont confirmé hier matin leur arrivée au parc", explique Marie-Pierre Caley, directrice de l'ONG Acted. "En début d'après-midi, nous avons été alerté qu'un véhicule a été retrouvé calciné"'

"C'est un drame sans précédent pour Acted (...) Les corps ont été identifiés hier soir. Nous sommes en contact avec les familles".

"Les humanitaires sont morts dans une zone jaune, une zone ou l'on pouvait aller de manière assez classique quand on avait besoin de repos", a déclaré le directeur général délégué d'Acted

"Nous sommes passés d'inviolables et sacrés, à victimes collatérales et même prioritaires" (co-fondateur d'Acted)

"Acted va déposer une plainte pénale dans les prochains jours", annonce l'avocat de l'ONG

Les victimes de l'attaque au Niger étaient âgées de 25 à 50 ans. Il y avait quatre hommes et quatre femmes.

14h03: Le point sur ce que l'on sait cet après-midi

Le parquet national antiterroriste français a annoncé lundi avoir ouvert une enquête pour « assassinats en relation avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste » après l’attaque dimanche au Niger, qui a fait huit morts. Le parquet n’a pas confirmé le nombre de victimes françaises.

Selon les autorités locales, six Français, et deux Nigériens - leur chauffeur et un guide touristique - ont été tués dimanche par des hommes armés, à 60 km au sud-est de Niamey, lors d’une excursion touristique dans une région qui abrite les derniers troupeaux de girafes d’Afrique de l’ouest.

Paris a confirmé que des Français avaient péri sans en préciser le nombre et annoncé que l’armée français apportait son appui aux troupes nigériennes après cette attaque, dénoncée comme « terroriste » par les présidents des deux pays.

Les meurtres n’ont pas été revendiqués, mais ils surviennent dans un pays régulièrement frappé par les groupes jihadistes sahéliens, dont l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

« On ne connaît pas l’identité des assaillants mais ils sont venus à moto à travers la brousse et ont attendu l’arrivée des touristes », a indiqué une source proche des services de l’environnement.

Cette source a décrit à l’AFP les corps gisant, côte à côte, près d’un véhicule 4X4 à moitié incendié et aux portières ouvertes. Des traces de balles étaient visibles sur la vitre arrière du véhicule. L’un des corps était carbonisé. D’autres présentaient des blessures mortelles à la tête.

Présente au Niger depuis 2010 auprès des populations déplacées notamment à cause du conflit dans la zone Trois Frontières (Mali, Burkina Faso et Niger) et de la crise du Lac Tchad, Acted compte 200 salariés dans le pays, a précisé à l’AFP l’avocat de l’ONG, Joseph Breham.

13h42: Le porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu a jugé lundi « inopportun » d’« aller se balader au Niger en ce moment », y compris pour des humanitaires, au lendemain de l’attaque qui a fait huit morts, dont six Français parmi lesquels des salariés de l’ONG Acted.

Après avoir exprimé sur Europe 1 sa « compassion », il a toutefois estimé qu’« il semblerait bien inopportun d’aller se balader au Niger en ce moment ».

« Tant que la situation n’est pas rétablie et plus solide en matière de sécurité, c’est très difficile d’y envoyer certains des nôtres, y compris en mission humanitaire », a-t-il estimé.

Faut-il faire rentrer ceux qui se trouveraient dans la région? « Quand ils sont dans des zones où leur vie est en danger, ça paraît évident, pour ne pas se retrouver dans une situation de ce type », a-t-il répondu.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a de son côté présenté dans un tweet ses « condoléances aux familles des six travailleurs humanitaires français, ainsi qu’à celles de leur chauffeur et leur guide nigériens, assassinés ». « Toute la lumière devra être faite sur cet acte barbare qui a ciblé l’aide à des populations déjà fragilisées », a-t-elle ajouté.

Plusieurs responsables politique, dont Eric Ciotti (LR), Valérie Pécresse (Libres!) ou Adrien Quatennens (LFI), ont fait part sur Twitter de leur émotion et de leur « solidarité » avec les familles des victimes.

13h03: Le ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian, "condamne avec la plus grande fermeté l’attaque meurtrière qui a frappé un groupe de travailleurs humanitaires hier dans la région de Kouré au Niger".

"Je présente mes condoléances aux familles et aux proches des victimes lâchement assassinées, ainsi qu’aux autorités et au peuple nigériens. Les responsables de cette attaque abjecte devront répondre de leurs actes. Le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des affaires étrangères et l’ambassade de France à Niamey sont pleinement mobilisés, en étroite coordination avec les autorités nigériennes et l’organisation ACTED, pour apporter tout le soutien et l’accompagnement nécessaire aux familles des victimes dans ce moment tragique", explique-t-il dans un communiqué.

Et d'ajouter : "La France est déterminée à faire respecter l’impératif de protection des personnels humanitaires et des personnels de santé. Comme le Président de la République l’a rappelé lors de son entretien avec son homologue nigérien, tous les moyens sont et seront mis en œuvre pour élucider les circonstances de cet attentat meurtrier. Nos deux pays demeurent déterminés à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel". 

12h19: Le parquet national antiterroriste (Pnat) a annoncé ce midi l'ouverture d'une enquête pour «assassinats en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste» après l'attaque dimanche au Niger, qui a fait huit morts dont au moins six Français.

L'enquête «a été confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), en co-saisine avec la Sous-direction anti-terroriste (Sdat)», a précisé le Pnat dans son communiqué, sans confirmer le nombre des victimes françaises.

06h48: Ce que l'on sait ce matin

Huit personnes, deux Nigériens et six Français comprenant des salariés de l'ONG Acted, ont été tuées dimanche par des hommes armés arrivés à moto dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger) lors d'une excursion touristique. "Il y a huit morts: deux Nigériens dont un guide (touristique) et un chauffeur, les six autres sont des Français", a annoncé à l'AFP le gouverneur de Tillabéri, Tidjani Ibrahim Katiella, en milieu d'après-midi. Paris a confirmé que des Français avaient péri, sans en donner le nombre.

"Parmi les huit personnes tuées au Niger, plusieurs sont des Français, salariés d'Acted", a indiqué de son côté à l'AFP Joseph Breham, avocat de l'ONG. L'armée française a apporté un appui aux troupes nigériennes après cette attaque, a annoncé l'état-major des Armées dans la capitale française.

Emmanuel Macron a dénoncé dimanche soir "l'attaque meurtrière qui a lâchement frappé un groupe de travailleurs humanitaires" et affirmé que "tous les moyens" seront mis en oeuvre pour "élucider" les circonstances de cet "attentat", selon un communiqué de la présidence française.

Le chef de l'Etat, qui s'est entretenu avec son homologue nigérien Mahamadou Issoufou, a ajouté que "leur détermination à poursuivre la lutte en commun contre les groupes terroristes au Sahel" demeurait "intacte". "Je condamne l'attaque terroriste, lâche et barbare perpétrée ce dimanche dans la paisible localité de Kouré", a tweeté pour sa part le président Issoufou, qui a adressé ses condoléances "aux familles des victimes nigériennes et françaises" ainsi qu'"au président Macron dont l'engagement à nos côtés dans la lutte contre le terrorisme est sans faille".

Le président du Mali, un pays frontalier du Niger, Ibrahim Boubacar Kéita, a réagi à l'attaque perpétrée, "condamnant énergiquement cet acte barbare (...) récurrent dans notre espace sahélien où continuent de sévir l'extrémisme violent et l'économie criminelle malgré la guerre sans merci livrée par les armées nationales, la force conjointe du G5 Sahel et la force (française) Barkhane".

Selon le ministère nigérien de l'Intérieur, "une enquête et des opérations de ratissage, en collaboration avec nos partenaires (NDLR: français) sont en cours en vue de dénicher les auteurs de ces actes ignobles et de renforcer la sécurité dans la zone". L'armée nigérienne a quadrillé la zone du crime, une vaste région boisée, survolée par des avions de chasse français. La zone de Kouré abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest. Des agents de la police scientifique procèdent à des prélèvements, à côté des pompiers qui s'apprêtent à enlever les corps tandis que la nuit tombe sur la localité, selon le correspondant de l'AFP sur place.

"L'attaque a eu lieu vers 11H30 (10H30 GMT) à 6 km à l'est de la localité de Kouré" qui se trouve à une heure en voiture de Niamey sur la route nationale numéro 1, a expliqué à l'AFP une source proche des services de l'environnement. "La plupart des victimes ont été abattues par balle et une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches", a relevé cette source.

"On ne connaît pas l'identité des assaillants mais ils sont venus à moto à travers la brousse et ont attendu l'arrivée des touristes. Le véhicule emprunté par les touristes appartient à l'ONG Acted". Cette source a décrit à l'AFP les corps gisant, côte à côte, près d'un véhicule 4X4 à moitié incendié et aux portières ouvertes. Des traces de balles étaient visibles sur la vitre arrière du véhicule. L'un des corps était carbonisé. D'autres présentaient des blessures mortelles à la tête. "Nous sommes en train de gérer la situation, on donnera plus d'informations après", a déclaré le gouverneur local, qui n'a pas fourni de détails sur les circonstances du drame, ni sur l'identité des assaillants.

Il s'agit de la première attaque ayant visé des Occidentaux dans cette zone depuis qu'elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d'années, quand un petit troupeau de girafes peralta, une espèce qui a disparu du reste de la planète, fuyant braconniers et prédateurs, y avait trouvé un havre de paix. "Kouré est à 60 km de Niamey, une heure de route. On va tous a Kouré en sortie le week-end parce que c'est très facile d'accès (...) Tout le monde y va, même les ambassadeurs, les diplomates, les professeurs, tout le monde ! Ce n'est pas du tout considéré comme dangereux comme zone. Il y a des ONG de protection des girafes qui travaillent là-bas", a expliqué à l'AFP un humanitaire occidental à Niamey.

La région de Tillabéri est une vaste zone instable. Elle est située dans la zone de "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des jihadistes sahéliens, dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

La circulation des motos est interdite de jour et de nuit depuis janvier pour tenter d'empêcher les déplacements de jihadistes. Le 8 janvier 2011, deux jeunes Français, Antoine De Léocour et Vincent Delory, enlevés la veille en plein centre de la capitale nigérienne Niamey, ont été tués en territoire malien au cours d'une intervention militaire franco-nigérienne destinée à les secourir.

Selon les expertises des corps révélées en février 2012, Vincent Delory est mort brûlé dans l'incendie du véhicule qui le transportait, tandis qu'Antoine de Léocour a été exécuté par ses ravisseurs.

.

Dimanche 9 août

.

22h27: Selon les informations de franceinfo, deux victimes de l'attaque survenue au Niger à la mi-journée sont de nationalité nigérienne : il s'agit du chauffeur du véhicule pris d'assaut, ainsi que le président de l'association des guides touristiques de la réserve de girafes de Kouré.

21h32: L'armée française annonce fournir un appui aux forces nigériennes après la mort de huit personnes, dont des Français. "La force Barkhane a fourni un appui à la demande des autorités nigériennes", a déclaré un porte-parole de l'état-major des Armées, sans fournir plus de précisions dans l'immédiat.

19h53: L'Elysée confirme ce soir "la disparition de Français" sans en préciser le nombre ou les circonstances

Des Français se trouvent bien parmi les huit personnes tuées aujourd'hui au Niger, selon les informations recueillies par franceinfo. Les autorités françaises tentent toujours de confirmer les informations données par le gouverneur local, qui a indiqué en fin d'après-midi que six touristes français avaient été abattus par des hommes armés dans la zone de Kouré.

Le président français Emmanuel Macron s'est par ailleurs entretenu par téléphone avec son homologue nigérien, Mahamadou Issoufou, a encore précisé l'Élysée.

19h31: Il s'agit de la première attaque qui a visé des touristes occidentaux dans cette zone, depuis qu'elle est devenue une attraction touristique il y a une vingtaine d'années, quand un petit troupeau de girafes peralta, une espèce qui a disparu du reste de la planète, fuyant braconniers et prédateurs, y avait trouvé un havre de paix. La région de Tillabéri est une vaste zone instable. Elle est située dans la zone de "trois frontières" entre Niger, Burkina Faso et Mali, devenue un repaire des djihadistes sahéliens, dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

19h02: Les autorités françaises tentent actuellement de confirmer les informations du gouverneur local, qui affirme à l'AFP que six Français font partie des victimes.

.

16h59: Huit personnes dont six Français et deux Nigériens ont été tuées dimanche 9 août par des hommes armés venus à motos dans la zone de Kouré au Niger qui abrite les derniers troupeaux de girafes d'Afrique de l'ouest, a-t-on appris de source officielle."Il y a huit morts : deux Nigériens dont un guide (touristique) et un chauffeur, les six autres sont des Français", a déclaré à l'AFP le gouverneur de Tillabéri, Tidjani Ibrahim Katiella. 

"Nous sommes en train de gérer la situation, on donnera plus d'informations après", a-t-il ajouté sans donné de détails sur les circonstances de l'attaque, ni sur l'identité des assaillants.

"L'attaque a eu lieu vers 11H30 (10H30 GMT) à 6 km à l'est de la localité de Kouré" qui se trouve à une heure de route de Niamey sur la route nationale numéro 1, a expliqué à l'AFP, de son côté, une source proche des services de l'environnement.

"La plupart des victimes ont été abattues par balles et une femme qui a réussi à s'enfuir a été rattrapée et égorgée. Sur place, on a trouvé un chargeur vidé de ses cartouches», a relevé cette source. "On ne connait pas l'identité des assaillants mais ils sont venus à motos à travers la brousse et ont attendu l'arrivée des touristes. Le véhicule emprunté par les touristes appartient à l'ONG Acted".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sorj
10/août/2020 - 16h13
Cathodegauche a écrit :

Qu'est-ce qui vous fait croire que les victimes sont blanches ? Avez-vous des photos ? Les connaissiez-vous ? Je vous informe qu'il y a des français de toutes les couleurs, que cela vous plaise ou non.  A votre place j'aurais honte de ricaner comme hyenne quand 8 personnes viennent de se faire zigouiller..  

Ils étaient en embuscade, attendaient le passage d’occidentaux.

Parmi les français, 4 femmes et deux hommes. Au minimum une blanche : Charline Fouchet.

Ceux qui ne sont pas morts dans la voiture ont été exécutés d’une balle dans la tête, et comme indiqué depuis hier, celle qui a tenté de prendre la fuite a été égorgée.

Portrait de clal
10/août/2020 - 10h45 - depuis l'application mobile
Cathodegauche a écrit :

Qu'est-ce qui vous fait croire que les victimes sont blanches ? Avez-vous des photos ? Les connaissiez-vous ? Je vous informe qu'il y a des français de toutes les couleurs, que cela vous plaise ou non.  A votre place j'aurais honte de ricaner comme hyenne quand 8 personnes viennent de se faire zigouiller..  

@Cathodegauche Zigouillés par ces mêmes personnes que vous passez votre vie à défendre et protéger

Portrait de th93100
10/août/2020 - 09h57
Gino Pietro a écrit :

 Le mieux c'est d'appeler nos amis tchétchènes pour s'occuper de ces norvégiens sauvages; ils vont régler vite et bien leur sort, comme à Dijon....

Pour bien connaitre la Tchétchénie, mieux vaut garder nos sauvages !  Ils sont Musulmans et nos Suédois / Auvergnats sont des enfants de coeurs à coté d'eux...

Portrait de dukatrinn
10/août/2020 - 09h23

Je ne comprends pas. Comment ces 6 personnes membres d'une ONG ont pu voyager en période de  pandémie Covid-19 où tous les avions ou presque sont à l’arrêt ? Ensuite, le Nigéria fait partie des pays déconseillés aux Français à cause de l’insécurité. Pourquoi y aller quitte à y laisser sa peau ?

Portrait de lilirose45
10/août/2020 - 09h00
Sorj a écrit :

Apparemment ce ne sont pas des touristes, mais des humanitaires de l’ONG Acted, basés au Niger et sortis en excursion.

Ils étaient d'autant plus irresponsables. 

Surtout que par  là-bas, ce sont des pays instables. A tout moment, il peut y avoir un coup d'État ou une révolution

Portrait de Mimosas06
10/août/2020 - 08h40
Sorj a écrit :

Apparemment ce ne sont pas des touristes, mais des humanitaires de l’ONG Acted, basés au Niger et sortis en excursion.

A plus forte raison alors, ils devraient connaître la situation...

Portrait de Sorj
10/août/2020 - 07h19
Gino Pietro a écrit :

 Le mieux c'est d'appeler nos amis tchétchènes pour s'occuper de ces norvégiens sauvages; ils vont régler vite et bien leur sort, comme à Dijon....

Les tchétchènes sont musulmans.

Ils ont fini par sceller  un accord avec la communauté maghrébine incriminée de Dijon dans une mosquée, sous la houlette d’un imam.

La charia, non merci.

Portrait de Dady cool
9/août/2020 - 21h53
550 CZ Stutzen a écrit :

ET il a raison.  Il ne faut plus visiter ces pays avant qu'ils aient fait le ménage chez eux. 

Je suis sûr qu´aujourd´hui  beaucoup de touristes étrangers disent la même chose de la France.

Portrait de Sorj
9/août/2020 - 21h24
Azrael68 a écrit :
Triste mais en même temps qu’est-ce que des français vont encore faire du tourisme dans ces pays de M.....?

Apparemment ce ne sont pas des touristes, mais des humanitaires de l’ONG Acted, basés au Niger et sortis en excursion.

Portrait de LouisonBobet
9/août/2020 - 20h09
Cathodegauche a écrit :

Qu'est-ce qui vous fait croire que les victimes sont blanches ? Avez-vous des photos ? Les connaissiez-vous ? Je vous informe qu'il y a des français de toutes les couleurs, que cela vous plaise ou non.  A votre place j'aurais honte de ricaner comme hyenne quand 8 personnes viennent de se faire zigouiller..  

calmos moustiquos ! soit realiste tout simplement

Portrait de Alhekine
9/août/2020 - 20h00
Mimosas06 a écrit :

Comme vient de le dire un Général sur BFM, il ne doit pas y avoir de tourisme dans ces régions... Ceux qui s'y aventurent connaissent les risques éventuels.

C'est décidé l'année prochaine je vais dans un club en Afghanistan .

Il parait qu'il y a tous les jours des feux d'artifice et qu'il y a une ambiance d'enfer.

Portrait de Cathodegauche
9/août/2020 - 19h46
Manu Macron a écrit :

Le racisme anti blanc n'existe pas hihi

Qu'est-ce qui vous fait croire que les victimes sont blanches ? Avez-vous des photos ? Les connaissiez-vous ? Je vous informe qu'il y a des français de toutes les couleurs, que cela vous plaise ou non.  A votre place j'aurais honte de ricaner comme hyenne quand 8 personnes viennent de se faire zigouiller..  

Portrait de Mimosas06
9/août/2020 - 19h26

Comme vient de le dire un Général sur BFM, il ne doit pas y avoir de tourisme dans ces régions... Ceux qui s'y aventurent connaissent les risques éventuels.

Portrait de Aubry.Isab
9/août/2020 - 18h13 - depuis l'application mobile

Et chez nous, on ne parle pas de tout ce qui se passe !! Je veux dire qu’il n’y a pas d’article à chaque fois !

Portrait de Aubry.Isab
9/août/2020 - 18h13 - depuis l'application mobile

Et chez nous, on ne parle pas de tout ce qui se passe !! Je veux dire qu’il n’y a pas d’article à chaque fois !

Portrait de lysniais
9/août/2020 - 17h57

Oui, la même chose chez nous maintenant pour moins cher, certes moins exotique aussi!

Portrait de Adolfix.
9/août/2020 - 17h29

C'est loin tout ça,restez à Paris on a tout ça chez nous maintenant smiley