30/06 08:07

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué que les 3.000 premiers contrôles sur les demandes de chômage partiel avaient débouché sur 850 suspicions de fraude

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué que les 3.000 premiers contrôles sur les demandes de chômage partiel avaient débouché sur «850 suspicions de fraude» et quatre procédures pour «escroquerie», dans un entretien au magazine Challenges publié lundi.

«Depuis le 22 mai, 12.000 contrôles sont en cours, dont 400 déclenchés à la suite de signalements d'organisations syndicales ou encore de salariés. Nous menons aussi des contrôles aléatoires». closevolume_off «A ce jour, 3.000 dossiers sont clôturés», a-t-elle indiqué. Sur ces 3.000 dossiers, «environ 600 ont conduit à des régularisations en faveur ou en défaveur de l'entreprise» et «nous avons recensé environ 850 suspicions de fraudes qui ont débouché sur des investigations plus poussées», a détaillé la ministre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Cl
30/juin/2020 - 13h27

  Pourquoi ils ne frauderaient pas  !!! Il faudrait que l'exécutif donne  l'exemple : être exemplaire 

 

Portrait de colin33
30/juin/2020 - 08h49 - depuis l'application mobile

J'en connais des patrons qui usent de cees avantages, mais comment le denoncer sans perdre son emploi ?

Portrait de bengalister
30/juin/2020 - 08h19

Pas étonnant, plein de témoignages dans mon entourage où les employés sont mis au chômage partiel mais ont les mêmes objectifs et doivent donc travailler le jour chômé.

Même dans des grandes entreprises. C'est une honte.