13/04 10:46

Coronavirus: En cette période de confinement , les ventes de tabac ne cessent d'augmenter en France - VIDEO

La Confédération des buralistes assure avoir constaté une hausse des ventes de tabac allant jusqu'à "30 à 40%" dans certaines zones frontalières, estimant que la pandémie de Covid-19 a tari provisoirement les achats transfrontaliers.

"La fermeture des frontières et le non-déplacement de nos concitoyens a provoqué un sursaut d'activité dans le Nord, l'Est, les Pyrénées-atlantiques et orientales. Nous retrouvons des clients perdus ces dernières années", a déclaré à l'AFP Philippe Coy, président de la fédération des buralistes.

"Toutes les zones exposées à une évasion de clients" par leur proximité avec un pays à la fiscalité sur le tabac plus faible que celle de la France, "connaissent actuellement une croissance de leurs ventes qui va jusqu'à 30 à 40%", a-t-il rapporté.

Cette estimation se base sur un sondage effectué par la confédération auprès de ses adhérents, mais devra être confirmée par les chiffres publiés par Logista, l'opérateur qui livre les bureaux de tabac sur tout le territoire.

"Il faut rester prudents: certains points de vente peuvent avoir bénéficié d'un report de clientèle d'un concurrent" qui a fermé ses portes, dans la même zone de chalandise, met en garde M. Coy. Et en mars, globalement dans l'Hexagone, les ventes de cigarettes ont reculé de 9,04% comparé au même mois de 2019, tandis que celles de tabac à rouler baissaient de 6,57%, ont annoncé les services des Douanes vendredi.

Autorisés à rester ouverts au même titre que les commerces alimentaires jugés "essentiels", quelque 19.000 bureaux de tabac sont toujours en activité, tandis qu'"environ 15%" du réseau a fermé, selon la Confédération des buralistes qui les regroupe.

Le paquet de Marlboro, la marque de cigarettes la plus vendue en France, a atteint le 1er mars la barre symbolique des 10 euros, sous l'effet d'une hausse des taxes qui a fait reculer les ventes de plus de 9% l'an dernier et vise à réduire le tabagisme.

Première cause de mortalité évitable, le tabac tue quelque 75.000 Français chaque année.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de À mon humble avis

Les caisses de l’Etat se remplissent d’une manière ou d’une autre.. merci aux fumeurs, à dix euros le paquet, sa fait chère le cancer..

Portrait de sebastian
13/avril/2020 - 18h42

Mince, le gouvernement a encore échoué!

Portrait de Parapluie
13/avril/2020 - 11h00

Oh mais ça voudrait dire que l'augmentation du prix du paquet n'est pas un vecteur de frein à la consommation de tabac et que la baisse du nombre de fumeurs annoncée par notre gouvernement ne serait qu'un effet trompeur dû aux achats trans-frontaliers ?! Mince, je suis le premier surpris ! smiley