19/12/2019 16:01

Amazon France, régulièrement accusé de ne pas payer suffisamment d'impôts, décide d'en rendre public le montant pour la première fois

Le géant américain de la distribution en ligne Amazon, régulièrement accusé de ne pas payer suffisamment d'impôts en France, a décidé d'en rendre public le montant, en annonçant qu'il avait contribué aux recettes fiscales de l'Hexagone à hauteur de 250 millions d'euros l'année dernière.

En 2018, "les prélèvements obligatoires liés aux activités d'Amazon en France se sont élevés à plus de 250 millions d'euros, dont plus de 150 millions d'euros correspondent à des prélèvements directs (impôt sur les sociétés, cotisations patronales, impôts locaux, etc.)", a précisé l'entreprise dans un communiqué.

Le reste consiste en taxes et impôts que "nous collectons pour le compte de l'Etat", a précisé à l'AFP le directeur général d'Amazon France, Frédéric Duval: cotisations sociales et salariales, TVA, CSG, etc.

Or, "Amazon est en croissance sur le territoire français et à mesure que cette croissance augmente, la contribution aux services publics, au modèle social français, augmente", a insisté M. Duval, sans préciser cependant quel était le montant de ses bénéfices.

Quant à son chiffre d'affaires en France, il s'est élevé l'an dernier à 4,5 milliards d'euros, a dévoilé Amazon qui, au niveau mondial, avait réalisé plus de 10 milliards de dollars de bénéfice net pour un chiffre d'affaires de 233 milliards.

La société, au même titre que d'autres multinationales américaines comme Google, Apple et Facebook (les "Gafa"), est régulièrement accusée de minorer les revenus qu'elle perçoit en France afin de réduire ses impôts.

Interrogé sur la raison pour laquelle l'entreprise avait décidé de rendre publiques ces informations, M. Duval a simplement répondu que c'était parce que la question lui avait été "souvent posée".

Cette annonce intervient néanmoins alors que le gouvernement français, pour mettre fin à des pratiques fiscales controversées des multinationales du numérique, a voté fin 2018 une taxe dite "Gafa" entrée en vigueur cette année et qui impose ces entreprises à hauteur de 3% du chiffre d'affaires réalisé en France.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Retrogamer
20/décembre/2019 - 18h44
Ninie76700 a écrit :

Et ci il délocalise de la France ? Plus d'impôts et combien de personnes au chômage ? Qu'il participe à l'impôt comme toutes les entreprises ok, mai il faut être honnête la France taxe trop les entreprises, les petites n'y peuvent rien prises à la gorge par contre les grosses ont souvent la possibilité de délocaliser dans d'autres pays avec une fiscalité plus avantageuse. Alors inventer de nouvelles taxes spécial grosse entreprise les fait fuir.

C'est comme isf c'est une grosse erreur, cela fait fuir les personnes riche de France, au lieu qu'ils restent en France participent à l'impôt (qui est déjà très important) et dépenses leurs argent en France ce qui fait des emplois !

La France taxe trop, les riches dépenses le plus ou ils vivent donc ailleur qu'en France, resultat bien des personnes qui auraient créé des entreprises en France le font ailleur, ce qui pour moi est un mauvais calcul, moin d'emplois et des chômeurs à indemniser, caf .... il faut arrêter avec la haine du riche ou du chef d'entreprise ( qui pour la plupart ne sont pas riche et risque de tout perdre) 

Resultat pour faire rentré de l'argent dans les caisses de l'état c'est la classe moyenne qui ce fait saigner 

Je n'ai aucune haine du riche en fait et vous le dites vous meme je souhaite bcp moins de taxe pour tout le monde mais les meme taxes pour tout le monde en fait , ni plus ni moins.

Ensuite vous me dites si amazon part combien de personnes sur le carreau ?

Clairement bcp mais je vous retourne la question combien de personnes depuis le monopole d'amazon ont perdu leur boite ou leur job faute de pouvoir s'aligner ?

En fait c'est simple aujourd'hui soit vous etes avec eux et vous plier a toutes leur regles soit vous etes contre eux et vous couler. 

De toute facon une taxation egale ne peut pas fonctionner etant donné qu'aucune harmonisation fiscale n'existe a l'echelle europeenne il est la le gros du probleme puisque nous avons des niches fiscales a coté de chez nous et protegées par l'europe.

Quand les geants controleront tout , et ce qui va arriver en fait puisqu'ils commencent a lorgner du coté de l'alimentaire ils ne nous restera plus grand chose a part nous convertir a leur regles de toute facon.

 

Portrait de hummerH2
19/décembre/2019 - 16h56

Toujours surpris par l'énorme succès d'Amazon.

Moi qui suis un gros consommateur d'achats en ligne, j'ai vu apparaitre Amazon, mais après ces années, ils ne m'ont toujours pas conquis .

Je  trouve toujours beaucoup plus de choix ailleurs et surtout toujours beaucoup moins cher ailleurs.

Alors, Amazon, c'est vraiment très rarement que je me retrouve à commander chez eux.

Portrait de stbx00
19/décembre/2019 - 16h35
nina83 a écrit :

Je ne comprends pas pourquoi on leur tape dessus car : ils font travailler pas mal de salariés en France, ils vendent des produits moins cher, on trouve de tout, et ils font vivre aussi pas mal de petites et moyennes entreprises françaises, donc rien à dire, je commande assez régulièrement via leur plateforme. 

Qu'ils créés de l'emploi c'est vrai mais ce qu'il leur est reproché (au delà des emplois précaires et des conditions de travail pointées du doigt) c'est comme l'écrit l'article de ne pas payer ce qu'ils doivent en impôts en minorant les résultats.

Même s'ils font fonctionner des PME françaises, les conditions sont là encore difficiles pour elles (par exemple à la moindre réclamation sur un achat market place, le vendeur est prélevé, l'acheteur remboursé sans réel suivi quant au bien fondé de la réclamation - Les coûts de stockage demandés font que les produits retournés son parfois simplement détruit).

Les abonnements prime sont aussi une catastrophe environnementale, on a des camions qui passent pour livrer un gel douche.

Pas mal de commerces (y compris en ligne) ont fait les frais de la politique commerciale agressive d'Amazon (qui a longtemps été déficitaire mais avec une grosse force de frappe) qui pendant un certain temps facturait des produits vendus en France depuis l'Irlande sans TVA française - Impossible d'être en concurrence dans ses conditions...

Bref, il y a plein de raisons d'en avoir après Amazon mais je comprends bien que c'est pratique, c'est moins cher etc... Mais à un moment donné, quand il y aura plus de chômeurs que de cotisants, ça va devenir dur de consommer...

Portrait de Retrogamer
19/décembre/2019 - 16h31
nina83 a écrit :

Je ne comprends pas pourquoi on leur tape dessus car : ils font travailler pas mal de salariés en France, ils vendent des produits moins cher, on trouve de tout, et ils font vivre aussi pas mal de petites et moyennes entreprises françaises, donc rien à dire, je commande assez régulièrement via leur plateforme. 

Tu ne comprend pas que les entreprises comme tu dit qui travaillent grace a amazon ou peut etre parce qu'elles n'ont pas le choix paient leur impots plein pot et rubis sur l'ongle sans negocier ou meme oser demander negocier , tu ne comprend pas qu'en france la totalité des pmi sont assomèes de taxes en tout genres et que payer un salarié est devenu un double salaire salarié/etat , tu ne comprend pas que le francais moyen n'as pas le choix de payer devant sa feuille d'impot sans delai sinon on lui flanque un redressement bref je peut en ecrire longtemps comme ca ... j'essaie juste de te dire qu'amazon se fout du monde et qu'il y a surtout un gros sentiment d'injustice fiscale. Oui les produits sont moins cher chez eux ,c'est evident les livraisons ultra rapides ,on trouve tout ,mais ne te demande tu pas au detriment de quoi ou de qui ?
Portrait de nina83
19/décembre/2019 - 16h14

Je ne comprends pas pourquoi on leur tape dessus car : ils font travailler pas mal de salariés en France, ils vendent des produits moins cher, on trouve de tout, et ils font vivre aussi pas mal de petites et moyennes entreprises françaises, donc rien à dire, je commande assez régulièrement via leur plateforme.