30/11/2019 10:02

Le 20h de France 2 démonte les étranges promos d'un gros site internet de vente de chaussures en ligne Français provoquant un énorme malaise face caméra de la directrice - Vidéo

Le 20h de France 2 a démonté, hier soir, les étranges promos d'un gros site internet de vente de chaussures en ligne provoquant un énorme malaise face caméra de la directrice. C'était hier soir lors d'un reportage qui risque de faire beaucoup de mal à cette marque qui était cité par les journalistes.

Dans cette enquête sur le black Friday l'enquête a cherché à savoir d'où venaient les prix barrés, mais à surtout découvert que les promotions affichées pouvaient en réalité cacher des prix qui ne sont pas si intéressants que ça. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Kratus
30/novembre/2019 - 12h12

Le plus surprenant n'est pas cette pratique très courante mais le fait qu'une entreprise ai accepté que cet interwiew passe à la télé...la seule période ou les ventes à perte sont autorisées sont les périodes de soldes 

 

Portrait de laurent28320
30/novembre/2019 - 11h09 - depuis l'application mobile

Les chiffres, on leur fait dire ce que l’on veut.
Forcément dans un secteur où on multiplie les prix d’achat par trois ou quatre, il est facile de faire des promotions ensuite.

La paire de chaussures qui est conseillée à 60 € par le fabricant (ce qui est une indication, chaque vendeur pouvant ensuite vendre plus ou moins cher en fonction de sa clientèle, de la concurrence, etc) ils doivent l’acheter donc 15 € hors-taxes, et la proposent déjà à 31,50 € ce qui leur fait une marge correcte.
C’est sûr que si ils annoncent que le prix de base c’est 60 € en laissant le prix de vente de 31 50, le consommateur a l’impression de faire une super affaire sauf que en fait ils n’ont absolument pas changé les prix.
Mais encore une fois, ça reste légal. C’est peut-être aussi à la législation de changer. Mais ça montre encore que le blackFriday est une opération commerciale et rien d’autre.

Ne croyez jamais que vous faites de bonnes affaires, le distributeur est toujours gagnant dans l’histoire.