03/11/2019 15:12

Somme : 33 passagers blessés dont 4 graves dans l'accident d'un Flixbus sur l'A1 effectuant la liaison Paris-Londres

Trente-trois personnes ont été blessées dimanche sur l'autoroute A1, dont quatre grièvement, dans l'accident d'un bus effectuant la liaison Paris-Londres, a annoncé la préfecture de la Somme.

A 11H50, un bus de la compagnie Flixbus a fait une sortie de route au niveau de la sortie 13 - Estrées-Deniécourt (entre Amiens et Saint-Quentin) - et s’est couché sur son flanc, a indiqué la préfecture dans un communiqué, sans préciser les circonstances de l'accident.

Sur les 33 personnes à bord, dont des passagers de nationalité étrangère, 29 ont été légèrement blessées et quatre grièvement, selon la préfecture.

D'importants moyens de secours ont été mobilisés, dont des équipes du Samu, du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) et de la gendarmerie.

L'accident a provoqué la fermeture de la sortie 13, mais la circulation se poursuit sur l'A1 malgré un ralentissement sur 400 mètres au niveau de l'accident, a précisé la préfecture à l'AFP.

Le SDIS a installé sur le site un poste de commandement. La Sanef (société d'autoroute) avec l’aide de la gendarmerie a ouvert un point de rassemblement des victimes, a-t-on ajouté de même source.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BREIZ Mike
3/novembre/2019 - 19h31

Ca fait deux fois avec Flixbus!

 

Portrait de BREIZ Mike
3/novembre/2019 - 19h31

Ca fait deux fois avec Flixbus!

 

Portrait de C'est Mon Avis
3/novembre/2019 - 15h34

Voyez les deux réservoirs sur le toit du bus. C'est la climatisation ! Et c'est le gaz réfrigérant contenu dans cette climatisation qui s'est embrasé lors de l'accident de Puisseguin le 26 octobre 2015 et qui a conduit à la mort de 43 personnes. Ce n'est nullement les réservoirs de gazole qui se sont enflammés lors de la friction du métal, comme on a voulu le faire croire (par peur de devoir changer la climatisation de tous les cars certainement). Sachant que le point éclair du gazole est de 56° (donc être chaud pour s'enflammer), tandis que celui de l'essence est de -40°, il est facile de constater que le frottement de deux parties de métal n'auraient pas pû élever la température à un tel niveau ! Voici ce que l'on trouve en cherchant un peu sur le net (si peut que l'on s'y intéresse) :

"Dans l’accident de Puisseguin, le bus très récent, environ 1 an était équipé de la climatisation, un système rempli avec le nouveau gaz réfrigérant R1234yf en remplacement du R134a.Le bus a touché le camion qui était en portefeuille sur la route, choc minime puisque le chauffeur, la personne la plus exposée en cas de choc frontal, était chez lui le soir même. Sur ce car, le condenseur de climatisation est à l'avant; lors du contact avec le camion, au niveau du réservoir du camion, il a été perforé. Le gaz s'est échappé.Ce nouveau gaz rendu obligatoire dans l'UE est très dangereux : explosif, inflammable très rapidement et toxique.Il a été imposé par les technocrates de l'union Européenne malgré les mises en garde des constructeurs automobiles, et la diffusion d’un rapport de tests accablant effectué par Mercédès. En brûlant, ce gaz dégage du fluorure d'hydrogène qui se transforme en acide fluorhydrique au contact de l'eau, il y a donc danger également pour les pompiers !Les passagers n'avaient aucune chance de s'en sortir vivant : soit intoxiqués, soit brûlés par l'acide ou le feu.Les journalistes ne font que répéter la version officielle de l'AFP, en nous racontant que le réservoir de gazole du camion à mis le feu au bus. Etant tous plus ignares les uns que les autres, ils ont même diffusé un reportage où l’on voyait les employés de la DDT de Libourne râcler la terre des bas côtés de la route (route fermée pendant quelques jours) et la remplacer par de la nouvelle terre ! Ils avaient sans doute cru que c'était pour faire des plantations !Ce gaz développé et produit exclusivement par les américains et une société mixte dans laquelle ils sont majoritaires, fait qu'une recharge de climatisation sur nos voitures, qui coutait moins de 100 euros avec l'ancien gaz, passe à 250 euros avec le nouveau gaz."