22/09 16:01

Le quotidien régional "Midi Libre" veut accélérer la digitalisation de ses contenus - Les lecteurs prendront part à l'élaboration du journal

Le quotidien régional Midi Libre (Groupe La Dépêche) a annoncé une accélération de la digitalisation de ses contenus et une plus grande ouverture vers ses lecteurs, dont certains prendront part, tous les 15 jours, à l'élaboration du journal.
"Nous avions pris beaucoup de retard ces dernières années, c'est le moment d'accélérer, pour répondre aux Gafa, aux fake news et aux +infox+", a annoncé Bernard Maffre, PDG des Journaux du Midi, groupe englobant Midi Libre, L'Indépendant et Centre-Presse, lors de l'inauguration des nouveaux locaux de son agence Midi Libre de Montpellier. La locale de Sète va ainsi basculer entièrement dans le digital, de façon expérimentale, pendant un an, à travers des articles et des vidéos publiés en ligne en continu.
Le quotidien, qui affiche une diffusion payante de 90.000 exemplaires en semaine et 130.000 le week-end, va par ailleurs généraliser ses podcasts. Après une première série, cet été, de podcast dédiés aux grands faits divers de la région, trois nouveaux formats vont être créés. "L'un résumera en bref l'actualité, l'autre, plus long, racontera des histoires régionales, et le troisième répondra à des questions de jeunes âgés de 8 à 12 ans", a détaillé Olivier Biscaye, rédacteur en chef de Midi Libre. Une application gratuite, dédiée aux loisirs et à la culture de Montpellier, sera par ailleurs téléchargeable à partir de cet automne.
Pour contrer l'érosion de sa diffusion print (- 8 % en 2018 par rapport à 2017), Midi Libre compte s'appuyer sur les abonnements numériques (+ 44 % en 18 mois): "Nous espérons doubler rapidement le nombre d'abonnés numériques, qui sont actuellement 10.000", a déclaré Claire Charbonnel, DG déléguée de Midi Libre. Le site web du quotidien revendique 500.000 visites par jour.

Les lecteurs seront par ailleurs invités à des débats avec la rédaction et certains d'entre eux participeront même à des conférences de rédaction, et prendront part, une fois tous les quinze jours à partir de mi-octobre au siège du groupe, à l'élaboration du journal, "une démarche totalement innovante en France", selon Olivier Biscaye: "Nous voulons une relation moins descendante avec les lecteurs. Il s'agit de nous remettre au plus près des gens, de comprendre ce qu'ils veulent, les réponses qu'ils souhaitent".
Racheté en 2015 par le Groupe La Dépêche, Midi Libre emploie 700 salariés, réalise un chiffre d'affaires de 110 millions d'euros, et compte 14 éditions.

Ailleurs sur le web

Vos réactions