21/08/2019 08:01

L'Italie se retrouve sans gouvernement et dans l'incertitude après la démission annoncée du Premier ministre Giuseppe Conte

L'Italie se retrouve sans gouvernement et dans l'incertitude après la démission annoncée du Premier ministre Giuseppe Conte, qui a pris acte du divorce irrémédiable entre le Mouvement 5 Etoiles (M5S) dont il est proche, et la Ligue (extrême droite) du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini.

A la fin d'un débat parlementaire de plus quatre heures, M. Conte a repris la parole, affirmant vouloir "faire preuve du courage qui manque à Salvini pour assumer ses responsabilités", avant de quitter le Sénat pour aller remettre sa démission au président Sergio Mattarella.

Avec la fin du gouvernement né en juin 2018, l'Italie entre dans une période de flottement dont le président Sergio Mattarella détient la clef. Il va entamer rapidement des consultations, avec le défilé attendu dans son palais du Quirinal de toute la classe politique italienne pour explorer la possibilité d'une nouvelle majorité.

Plusieurs hypothèses se dessinent: le chef de l'Etat pourrait demander à M. Conte de rester à la tête du pays pour piloter un gouvernement de transition. Beaucoup d'observateurs estiment que le Premier ministre, accueilli au Sénat par une banderole "Conte, l'Italie t'aime", sort grandi de la crise. Mardi, le chef du M5S (anti-système) Luigi di Maio, l'a qualifié de "serviteur de la Nation dont l'Italie ne peut pas se passer".

Un gouvernement "Conte bis" pourrait avancer dans l'élaboration du budget pour 2020 et éviter une hausse automatique de la TVA prévue l'an prochain, si rien n'est fait avant pour combler un trou de 23 milliards dans les caisses de l'Etat. Cela donnerait le temps au M5S de peut-être nouer avec le Parti démocrate (centre gauche) un pacte pour "un gouvernement fort et de renouvellement dans son programme", selon les termes du chef du PD Nicola Zingaretti.

L'idée d'une alliance PD-M5S est venue, par surprise, de l'ex-chef de gouvernement Matteo Renzi, toujours poids lourd du PD, qui a proposé à ses anciens ennemis du M5S une réconciliation et un gouvernement "institutionnel".

Ailleurs sur le web

Vos réactions