05/08 20:31

Le CSA met en demeure BFMTV pour "son manque de rigueur" dans la couverture de l'attentat de Trèbes et lui demande de respecter ses obligations à l'avenir

BFMTV a manqué de "rigueur" dans sa couverture de la prise d'otage du supermarché de Trèbes (Aude) selon le CSA, qui a "mis en demeure" la chaîne d'information de respecter ses obligations à l'avenir. Après les attentats commis à Carcassonne et Trèbes le 23 mars 2018, BFMTV a indiqué "à plusieurs reprises" que l'auteur de ces actes terroristes avait été naturalisé Français en 2015, alors même qu'il faisait l'objet d'une inscription au fichier des personnes recherchées pour risque d'atteinte à la sûreté de l'Etat depuis l'année 2014, explique le CSA dans sa décision parue vendredi au journal officiel.
Cette information, largement reprise sur les réseaux sociaux, "était erronée", souligne le CSA: l'auteur de ces actes avait en réalité été naturalisé français en 2004, "soit antérieurement à la survenance des faits ayant justifié son inscription sur un fichier intéressant la sûreté de l'Etat". Contactée par l'AFP dans les jours suivant l'attentat, Céline Pigalle, directrice de la rédaction de BFMTV, avait reconnu une "erreur". Selon le CSA, BFMTV "a fait preuve d'un manque de réactivité et de vigilance, en dépit de la sensibilité de cette information au regard du contexte".
L'incident litigieux revêt cependant "un caractère isolé" et la chaîne s'étant corrigée et excusée, elle échappe à une sanction. Le CSA a cependant regretté qu'il n'ait pas "été procédé à une rectification explicite et spontanée de cette erreur à l'antenne". Après les attentats de janvier et de novembre 2015 en Ile-de-France, ou du 14 juillet 2016 à Nice, plusieurs médias, dont BFMTV, LCI, France 2 ou Europe 1, avaient été sanctionnés ou rappelés à l'ordre par le CSA pour leur couverture des évènements, initiant une remise en question de leurs pratiques.

Le CSA avait publié fin 2016 un "code de bonne conduite" pour les médias audiovisuels en cas d'attaques terroristes, élaboré avec les autorités, les rédactions et les associations de victimes. Lorsque des attaques surviennent, les médias doivent "éviter de gêner, notamment sur les lieux d'intervention, les forces de sécurité" et "s'abstenir de toute prise de contact avec les terroristes ou les otages", recommande notamment le CSA dans ce guide.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de piedsdansleplat
6/août/2019 - 10h03

BFM et RMC en voilà des médias ! Toujours des exclus, "pour BFMTV" ils ont des ordres pour dire jusqu'à 50 fois par heure le nom en question. Je n'écoute plus ces deux médias poubelles. Ecoutés par le populo à qui on donne en pâture des infos. Tout est RMC, les courses, le Tour de France, les sports, modérez vous un peu. 

Portrait de Petoulet
6/août/2019 - 00h03

CSA= ramassis de bouffons corrompus qui disent toujours amen à TF1,mais en même temps refusent le passage en gratuit de Paris Première et Planète qui relèveraient le niveau  de débilité ambiante de la TNT.

Ils préfèrent que le populo s'abrutisse devant NRJ 12

Portrait de Petoulet
5/août/2019 - 23h03

1 an et demi après l'évènement en question !!!

Je trouve que c'est un peu trop précipité comme réaction.

Prenez votre temps les planqués du CSA,réfléchissez,y'a pas le feu au lac...

Portrait de legaulois2009
5/août/2019 - 21h41

csa le bras droit de macron juste bon a censurer

Portrait de ettenuob
5/août/2019 - 21h33

 Diffuse la finale de la Ligue des Champions sans autorisation et tu auras le csa dans le f*** . .

 

Portrait de ettenuob
5/août/2019 - 21h31

 Diffuse la finale de la Ligue des Champions et tu auras le csa dans le f... .