24/07 20:28

Canicule: Après la SNCF, la RATP recommande à son tour de limiter les déplacements demain en Ile-de-France

20h27: Après la SNCF, la RATP recommande à son tour de limiter les déplacements demain en Ile-de-France

19h18: Un record de consommation estivale d'électricité a été atteint mercredi à la mi-journée en France, en raison de l'épisode caniculaire qui s'est abattu sur l'ensemble du pays, a annoncé RTE, le gestionnaire du réseau à haute tension.

Selon le site internet de l'opérateur, la pointe de consommation a été atteinte vers 12H45, avec 59.715 mégawatts. C'est légèrement plus que le dernier record saisonnier, datant du 22 juin 2017 (59.500 mégawatts).

RTE avait estimé lundi que la consommation d'électricité allait fortement croître cette semaine, tout en assurant que cette pointe resterait inférieure au pic de juin 2017. Le record saisonnier de 2017 avait déjà failli être battu le 27 juin, lors du précédent épisode caniculaire survenu dans l'Hexagone. La consommation d'électricité avait alors atteint 59.460 mégawatts.

17h49: "Nous faisons face à une canicule qui est exceptionnelle par son intensité", a déclaré le Premier ministre, Edouard Philippe, depuis Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

"Nous devons faire attention à nous-même, aux autres, aux personnes âgées", a-t-il continué en indiquant que "les services de l'Etat" sont mobilisés. "Nous sommes plus inquiets pour ceux qui sont isolés", a ajouté Edouard Philippe.

17h34: La SNCF appelle les voyageurs à reporter leurs déplacements prévus dans la zone en vigilance rouge.
La SNCF invite les voyageurs à reporter leur voyage dans les zones en alerte en raison des «risques d’incidents sur la circulation ferroviaire», et s’engage à échanger ou rembourser sans frais les billets des TGV et Intercités circulant jusqu’à jeudi soir.

16h44: Le point cet après-midi sur la canicule qui touche la France cette semaine

Vingt millions de personnes en zone rouge canicule, dont l’Ile-de-France: l’Hexagone fait face à une situation exceptionnelle avec des températures attendues supérieures à 40°C contre lesquelles «personne» n’est à l’abri.

En prévision de la journée de jeudi, la plus chaude de ce deuxième épisode de canicule en moins d’un mois, 20 départements allant du Nord à Paris ont été placés en vigilance rouge canicule, tandis que 60 autres sont toujours en vigilance orange.

Cette alerte rouge, le plus haut niveau qui implique une «alerte sanitaire» pour tous les citoyens, a été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud.

Mais «c’est la première fois que cela touche des départements du Nord de notre pays avec un habitat, un urbanisme, des populations qui ne sont pas habituées à des chaleurs de ce niveau là», a commenté la ministre de la Santé Agnès Buzyn lors d’une conférence de presse. «C’est la raison pour laquelle je demande qu’on redouble d’attention», a-t-elle plaidé. «Personne n’est sans risque face à de telles températures».

L’alerte rouge laisse notamment la possibilité aux préfets de prendre des mesures exceptionnelles liées notamment à l’organisation de rassemblements publics, sportifs ou autre.

Si depuis la canicule de 2003, qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, notamment personnes âgées et enfants en bas âge, les mises en garde visent désormais toute la population.

Noyades par hydrocution, hyperthermie potentiellement mortelle lors d’un effort sportif ou dans une voiture surchauffée... «Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir» et avec un effort sportif, «on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter», a expliqué Mme Buzyn sur France Inter.

Après une journée de mardi qui a vu plusieurs villes comme Brive (42,1°C), Bordeaux (41,2°C), Châteauroux (40,8°C) ou Rennes (40,1°C) battre leur record absolu de chaleur, Météo France annonçait des températures «du même ordre» mercredi, avec des valeurs souvent entre 36 et 42°C.

Le pire est pour jeudi. Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être en moyenne plus chaude que les pires jours d’août 2003.

Paris notamment devrait battre son record de 1947 (40,4°C). Mais le record absolu pour la France de 46°C, qui date de juin dernier, ne sera pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite «spectaculaire» vendredi sur l’ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l’ensemble de l’Hexagone. «On peut espérer des pluies un peu plus généralisées, mieux que des orages» alors que la sécheresse perdure, a indiqué le prévisionniste de Météo-France, François Jobard.

Les vagues de chaleur, déjà plus fréquentes en France, sont appelées à se multiplier et à s’intensifier sous l’effet du réchauffement provoqué par les activités humaines.

Cet épisode caniculaire s’accompagne d’habituels pics de pollution à l’ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace. La circulation différenciée est ainsi mise en place ou reconduite mercredi à Paris, Lyon, Lille ou Annecy. La pollution à l’ozone se poursuivra jeudi en Ile-de-France.

16h05: Météo France vient à l'instant d'actualiser sa carte de vigilance. Comme annoncé il y a quelques minutes, ce sont 20 départements qui sont placés en vigilance rouge "canicule". 60 autres départements sont en vigilance orange "canicule".

VIGILANCE ROUGE POUR : Aisne, Aube, Eure, Eure-et-Loir, Loiret, Marne, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Paris et petite couronne, Seine-Maritime, Seine-et-Marne, Yvelines, Somme, Yonne, Essonne et Val-d'Oise. 

"Cet après-midi les températures maximales seront généralement semblables à celles d'hier avec des valeurs souvent entre 36 et 42 degrés. A noter qu'elles seront en hausse par rapport à mardi sur le flanc nord-est du pays. Jeudi sera la journée la plus chaude de l'épisode sur le nord du pays avec dès le matin des températures minimales encore plus chaudes que mercredi tandis que des températures maximales supérieures à 40°C seront observées encore sur un grand quart nord-est du pays. Par ailleurs sur les départements en vigilance rouge canicule, on pourra même battre des records absolus avec des valeurs de 42 à 43 degrés du Centre vers l'Ile-de-France et la Champagne et 40 à 41 degrés plus au nord", précise Météo France.

Et d'ajouter : "Sur la moitié sud du pays, les valeurs maximales seront plutôt stationnaires ou en légère baisse par rapport à mercredi dans une fourchette de 36 à 40 degrés. La moyenne des températures à l'échelle de la France pour cette journée pourrait alors égaler la valeur la plus haute atteinte lors de la canicule de 2003. Vendredi, les températures chuteront de façon spectaculaire sur l'ouest de la France, en liaison avec une dégradation orageuse, tandis que la chaleur résistera à l'est. Il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode caniculaire en toute région".

15h36: Le ministère de l'Intérieur rappelle les gestes à adopter en période de canicule. "Soyez très prudents, même les personnes en bonne santé peuvent être fragilisées. Évitez au maximum de vous exposer à la chaleur, hydratez-vous et prenez soin de vos proches", précise-t-il sur Twitter.

15h06: La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s'exprime devant les journalistes

"C'est une canicule qui présente des caractéristiques assez extrêmes"

"Nous sommes aujourd'hui très mobilisés. Tous les services de l'Etat le sont", a tenu à préciser la ministre de la Santé, Agnès Buzyn

"Personne n'est sans risque face à de telles températures"

La ministre de la Santé a rappelé les bons gestes à adopter : prendre des nouvelles de ses proches, s'hydrater, éviter de faire du sport en période de fortes chaleurs.

14h54: Météo France déclenche la vigilance rouge pour 20 départements allant du Nord à l'Ile-de-France. Une vigilance qui prendra effet dès aujourd'hui, 16h.

Voici les départements concernés : les 8 départements d’Ile-de-France dont Paris, les 5 départements des Hauts-de-France , Seine-Maritime, Eure, Eure-et-Loir, Loiret, Yonne, Aube et Marne

60 départements restent en vigilance orange.

14h49: Dans les transports parisiens, les usagers souffrent de la chaleur. Certains font leur itinéraire en fonction des lignes climatisées ; d’autres transpirent en silence, éventail en main.

Cinq lignes de métro -représentant 60% du parc, selon la RATP- sont équipées d’une «ventilation mécanique forcée réfrigérée (VMFR) qui aspire l’air extérieur et l’abaisse de quelques degrés pour apporter de la fraîcheur aux usagers.

Les premiers autobus climatisés sont entrés en service en juillet et la RATP a annoncé qu’elle généraliserait la climatisation sur tous les véhicules mis en exploitation à partir de 2020.

13h01: Le point à la mi-journée sur la canicule qui touche la France

La canicule continue à s’étendre mercredi sur la France où le mercure va flirter avec les 40°C sur une grande partie du territoire avant de grimper encore un peu plus jeudi et des départements pourraient être placés en vigilance rouge.

Une conférence de presse est prévue à 14h30 avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn, «compte tenu de l’évolution possible de la carte d’alerte météorologique».

Cette alerte rouge avait été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud, entraînant l’annulation d’événements sportifs et de sorties scolaires, ainsi que l’école facultative.

Avec un record de 80 départements en vigilance orange mardi matin, cette deuxième vague de chaleur intense en moins d’un mois n’épargnera qu’une toute petite partie du territoire, à la pointe de Bretagne et en Méditerranée.

Si depuis la canicule historique de 2003 qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, les mises en garde visent désormais toute la population.

«Le mois dernier, nous avons vu que les mesures de sécurité prises dans les lieux collectifs, notamment vis-à-vis des personnes âgés ou des enfants en bas âge, fonctionnent bien et permettent une bonne prévention des complications liées à la chaleur», a noté mercredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur France Inter, précisant que seulement 3% des passages aux urgences lors de cette canicule y étaient liés.

Mais «nous observons des prises de risque des citoyens qui ne se sentent pas concernés», a-t-elle insisté. Noyades par hydrocution, hyperthermie potentiellement mortelle lors d’un effort sportif ou dans une voiture surchauffée... «Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir» et avec un effort sportif, «on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter».

Or après une journée de mardi qui a vu plusieurs villes comme Brive (42,1°C), Bordeaux (41,2°C), Châteauroux (40,8°C) ou Rennes (40,1°C) battre leur record absolu de chaleur, Météo France prévoit des températures «du même ordre» mercredi, avec des valeurs souvent entre 36 et 42°C.

Le pire est pour jeudi. Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être plus chaude que les pires jours de la canicule de 2003.

Paris notamment devrait battre jeudi son record de 1947 (40,4°C). Mais le record absolu pour la France de 46°C, qui date de juin dernier, ne sera en revanche pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite «spectaculaire» vendredi sur l’ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l’ensemble de l’Hexagone. «On peut espérer des pluies un peu plus généralisées, mieux que des orages», a indiqué le prévisionniste de Météo-France François Jobard.

Les vagues de chaleur, déjà plus fréquentes en France, sont appelées à se multiplier et à s’intensifier sous l’effet du réchauffement provoqué par les activités humaines.

Cet épisode caniculaire s’accompagne d’habituels pics de pollution à l’ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace. La circulation différenciée est ainsi mise en place ou reconduite mercredi à Paris, Lyon, Lille ou Annecy. La pollution à l’ozone se poursuivra jeudi en Ile-de-France.

La canicule arrive au moment où 73 départements sont déjà concernés par des restrictions d’eau. Elle «va accentuer l’assèchement des sols superficiels dans les jours à venir», avertit Météo-France, alors que de nombreuses régions connaissent déjà un «déficit de pluviométrie marqué» depuis un an.

«Pour l’instant, c’est tendu mais maîtrisé, mais nous devons être très vigilants», a déclaré la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon mardi après la réunion de la commission de suivi hydrologique du Comité national de l’eau. Elle a notamment appelé «au civisme» de chacun pour éviter de gaspiller l’eau.

Pour aider les agriculteurs, le gouvernement va demander le versement anticipé d’une partie des aides européennes, soit une avance de trésorerie d’un milliard d’euros.

De son côté, EDF a annoncé lundi que les deux réacteurs nucléaires de la centrale de Golfech (Tarn-et-Garonne) seraient arrêtés en raison de la canicule. Leur redémarrage est prévu au mieux le mardi 30 juillet.

La SNCF invite les voyageurs à reporter leur voyage dans les zones touchées par la canicule en raison des «risques d’incidents sur la circulation ferroviaire», et s’engage à échanger ou rembourser sans frais les billets des TGV et Intercités circulant jusqu’à jeudi soir.

12h33: La circulation différenciée sera maintenue demain à Paris et en petite couronne, annonce la préfecture de police de Paris.

"Dans le cadre de la lutte contre la pollution et au vu des fortes chaleurs, la circulation différenciée est maintenue pour ce jeudi 25 juillet (5h30 à 00h). Pour circuler à Paris et en petite couronne, votre véhicule doit disposer d'une vignette Crit’Air 0 à 2", indique-t-elle sur Twitter.

 

12h28: Selon France Bleu Bas Rhin, la circulation différenciée va être mise en place demain dans l'Eurométropole de Strasbourg. Elle débutera demain, à 6h.

"A partir de 6h du matin, jusqu'à 22h, les vignettes Crit'Air 5 et 6 seront donc interdites de circulation dans les trente-trois communes de l'Eurométropole de Strasbourg. Les conducteurs qui possèdent les vignettes 0, 1, 2 et 3 seront autorisés à rouler", précisent nos confrères.

12h25: La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, tiendra une conférence de presse aujourd'hui à 14h30

11h30: Il n’est «pas exclu» que certains départements soient placés en vigilance rouge, selon la Direction générale de la Santé. Cette alerte rouge avait été utilisée pour la première fois en juin dans quatre départements du sud, entraînant l’annulation d’événements sportifs et de sorties scolaires, ainsi que l’école facultative.

Paris notamment devrait battre jeudi son record de 1947 (40,4°C). Mais le record absolu pour la France de 46°C, qui date de juin dernier, ne sera en revanche pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite «spectaculaire» vendredi sur l’ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l’ensemble du territoire.

11h22: Aujourd'hui, les autorités ont dévoilé les premiers chiffres potentiels de la canicule. Ceux-ci viennent d'être révélés par BFMTV.

Cinq décès, 27 urgences absolues et 371 urgences relatives pourraient être imputées à la forte chaleur, d'après les premiers chiffres. Nos confrères précisent "[qu']à présent, il reste aux enquêtes d'établir avec certitude" les causes de ces hospitalisations.

11h09: Le point ce matin sur la canicule qui touche la France

La canicule continue à s’étendre mercredi sur la France où le mercure va flirter avec les 40°C sur une grande partie du territoire avant de grimper encore un peu plus jeudi, une chaleur synonyme de danger même pour les gens en bonne santé.

Avec un record de 80 départements en vigilance orange, cette deuxième vague de chaleur intense en moins d’un mois n’épargnera qu’une toute petite partie du territoire, à la pointe de Bretagne et en Méditerranée.

Si depuis la canicule historique de 2003 qui avait fait quelque 15.000 morts, les autorités insistaient surtout sur les risques pour les personnes vulnérables, les mises en garde visent désormais toute la population.

«Le mois dernier, nous avons vu que les mesures de sécurité prises dans les lieux collectifs, notamment vis-à-vis des personnes âgés ou des enfants en bas âge, fonctionnent bien et permettent une bonne prévention des complications liées à la chaleur», a noté mercredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur France Inter, précisant que seulement 3% des passages aux urgences lors de cette canicule y étaient liés.

Mais «nous observons des prises de risque des citoyens qui ne se sentent pas concernés», a-t-elle insisté. Noyades par hydrocution, hyperthermie potentiellement mortelle lors d’un effort sportif ou dans une voiture surchauffée... «Au-dessus de 37°C, notre corps fait un effort considérable pour se refroidir» et avec un effort sportif, «on aggrave considérablement le risque de voir la température du corps augmenter», a-t-elle mis en garde.

Or après une journée de mardi qui a vu plusieurs villes comme Brive (42,1°C), Bordeaux (41,2°C), Châteauroux (40,8°C) ou Rennes (40,1°C) battre leur record absolu de chaleur, Météo France prévoit des températures «du même ordre» mercredi, avec des valeurs souvent entre 36 et 42°C.

Et le pire est pour jeudi ! Le mercure devrait dépasser les 40°C sur un grand quart nord-est du pays en particulier, avec des pointes à 43°C localement et une journée qui pourrait être plus chaude que les pires jours de la canicule de 2003.

09h57: L’Italie est également touchée et les autorités ont élevé l’alerte au niveau 3 («bulletin rouge») dans cinq villes pour mercredi, Bolzano, Brescia, Florence, Pérouse et Turin.

L’alerte de niveau 3, explique le ministère, est déclenchée en présence de «conditions d’urgence pouvant avoir des effets sur la santé des personnes actives et en bonne santé, et pas seulement sur des sous-groupes à risque comme les personnes âgées, les très jeunes enfants et les personnes atteintes de maladies chroniques».

Et une douzaine de villes, dont Rome, seront concernées par le bulletin rouge jeudi, journée du pic de la canicule.

09h47: La Belgique a elle déclenché l’alerte rouge canicule pour la toute première fois. «Après concertation avec le Risk assessment group et le directeur-général de l’IRM, j’ai décidé de lancer le CODE ROUGE pour la CHALEUR les prochains jours, car les critères seront atteints», a ainsi indiqué sur Twitter David Dehenauw, responsable des prévisions de l’Institut royal météorologique.

Mercredi, «les températures grignoteront quelques degrés supplémentaires pour approcher les records absolus», note en effet Météo Belgique, qui attend par exemple 38°C à Serein, dans le nord-est du pays. Le record historique date du 27 juin 1947, avec 38,8°C, corrigés à 36,6°C au moment de l’instauration des contrôles avec abri thermométrique fermé.

Conséquences, la majorité des services de la ville de Bruxelles fermeront dès 13h00 mercredi, jeudi et vendredi, a annoncé la municipalité. Et en Flandre-Occidentale, le gouverneur a décrété mardi l’interdiction du fumer et de faire du feu dans les domaines naturels de cette province maritime afin d’éviter les incendies.

09h32: Les températures, déjà élevées, vont continuer à grimper mercredi en Europe occidentale où ce nouvel épisode caniculaire a poussé les autorités de plusieurs pays à déclencher l’alerte rouge.

En France, la quasi-totalité des régions sont sous alerte canicule. Un nouveau record de chaleur a été atteint mardi à Bordeaux, avec 41,2°C, et Météo France prédit des températures jamais vues en plus de 70 ans jeudi à Paris avec 41°C. Le record actuel date de 1947 avec 40,4°C.

En revanche, le record national de température ne devrait pas être dépassé: il avait été battu fin juin avec 46°C dans le sud.

08h27: Dieppe a battu ce matin son record de température la plus élevée au plus frais de la nuit, selon les relevés de Météo France. A six heures du matin, il faisait 24,1 °C

07h15: Le mercure va continuer de grimper mercredi en France où la quasi-totalité des départements sont en alerte canicule, après une journée ayant déjà vu plusieurs villes battre leur record absolu de température. Il s'agit d'un "épisode caniculaire nécessitant une vigilance particulière notamment pour les personnes sensibles ou exposées" qui "épargnera peu de régions", a prévenu Météo-France dans un bulletin diffusé à minuit. Le phénomène est appelé à se poursuivre jusqu'à jeudi à 13h00 "au plus tôt". 

Au lever du jour mercredi, des averses ont arrosé la facade ouest du pays mais la ciel est apparu "bien dégagé" à l'est. Dans l'après-midi, le thermomètre affichera 22 à 25°C sur les rivages de la Manche, et plus de 30°C partout ailleurs, atteignant 40°C dans le Grand Est, en Rhône-Alpes et en Provence.

Pour ce nouvel épisode caniculaire, le deuxième en moins d'un mois, 80 départements, un record, ont été placés en vigilance orange. L'alerte a été levée dans La Manche mais c'est presque tout l'Hexagone qui est concerné.

Plusieurs villes ont battu leur record absolu de température mardi avec 42,1°C à Brive, 41,2°C à Bordeaux (40,7°C en 2003), 40,8°C à Châteauroux (40,5°C en 1906), 40,7°C à Angers (39,8°C en 1947), 40,7°C au Mans (40,5°C en 2003) ou 40,1°C à Rennes (39,5°C en 2003), selon Météo-France. Des records étaient déjà tombés mardi matin, avec une nuit qui n'avait jamais été aussi chaude dans le Sud-Ouest: 24,8°C à Bordeaux-Mérignac ou 24,6°C à Toulouse-Blagnac.

Mais le pire est pour jeudi ! Météo-France prévoit ainsi des températures de 37 à 42°C sur une grande partie du pays, avec des pointes à 43°C localement. Paris devrait battre ce jour-là son record de 1947 (40,4°C). Mais le record absolu pour la France de 46°C, qui date de juin, ne sera en revanche pas atteint.

La baisse des températures sera ensuite "spectaculaire" vendredi sur l'ouest du pays, mais il faudra attendre samedi pour voir la fin de cet épisode sur l'ensemble du territoire. Les vagues de chaleur, déjà plus fréquentes en France, sont appelées à se multiplier et à s'intensifier sous l'effet du réchauffement provoqué par les activités humaines.

Cet épisode caniculaire s'accompagne d'habituels pics de pollution à l'ozone à Paris, en Rhône-Alpes ou en Alsace, poussant à la mise en place mardi de la circulation différenciée à Lyon et à Paris, où elle a été reconduite pour mercredi.

Lille la mettra également en place mercredi et jeudi.

La canicule arrive au moment où 73 départements sont déjà concernés par des restrictions d'eau. Elle "va accentuer l'assèchement des sols superficiels dans les jours à venir", avertit Météo-France, alors que de nombreuses régions connaissent déjà un "déficit de pluviométrie marqué" depuis un an.

"Plusieurs villes connaissent ainsi leur début d'été le plus sec depuis le début des mesures", comme Tours, Melun, Romorantin, Orléans, Rouen et Nantes, entre autres, selon l'organisme.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Nono75
24/juillet/2019 - 21h07
C'ptain What13 a écrit :

Il fut un temps où nous avions des locomotives au charbon qui polluaient mais arrivaient à l'heure.  Maintenant nous avons des trains électrique en retard. 

Et oui !

Et ces locomotives à charbon n'arrachaient pas les caténaires qui sont soumises à la loi physique sur la chaleur et les métaux tout comme les rails d'ailleurs.

Et aussi elles ne se croisaient pas à 320 km/h...

Portrait de seb2746
24/juillet/2019 - 19h18
Philou-02. a écrit :

tu n’as pas la clim dans la voiture ? 

Oui mais c'est mauvais pour la santé et il faudra que je fasse des arrêts en extérieurs donc.

Après on consomme +, on pollue + , etc... la terre ou mourir de chaud, dur choix smiley

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 17h38
Wouhpinaise a écrit :

Étouffant !! 33° lundi, 38° hier, 39° aujourd'hui, et 42° annoncés pour demain. Sans parler des nuits (23°). Quand son lieu de travail et son appartement sont en surchauffe (30°), la fatigue vous tombe vite dessus. Vivement vendredi et surtout samedi qu'on récupère un peu.

c’est infernal ! C’est suffoquant ! Mon appart donne pourtant à l’ombre a partir de 12h mais wallou ! Pas une once d’air ne rentre dedans aujourd’hui ! Vivement vendredi pour que ça baisse mais jusqu’à quand ? 

Portrait de Wouhpinaise
24/juillet/2019 - 17h33

Étouffant !! 33° lundi, 38° hier, 39° aujourd'hui, et 42° annoncés pour demain. Sans parler des nuits (23°). Quand son lieu de travail et son appartement sont en surchauffe (30°), la fatigue vous tombe vite dessus. Vivement vendredi et surtout samedi qu'on récupère un peu.

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 17h00
seb2746 a écrit :

Et demain après-midi, j'ai +200 km obligatoire à faire... dans l'après-midi, trop de chance :(

tu n’as pas la clim dans la voiture ? 

Portrait de seb2746
24/juillet/2019 - 16h49

Et demain après-midi, j'ai +200 km obligatoire à faire... dans l'après-midi, trop de chance smiley

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 16h38
Manrock a écrit :

Vive la Bretagne !!! :) 

écoutes le temps de faire une petite valise et j’arrive ok ? Je suis sympa et pas encombrant smiley

Portrait de Manrock
24/juillet/2019 - 16h32

Vive la Bretagne !!! smiley 

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 16h07

Didiou !!! En rouge carrément là.. qui veut bien m’héberger si possible au bord de la mer ? C’est une question de survie smiley 

Portrait de cygogne
24/juillet/2019 - 14h35

Chez nous on ne souffre pas de la canicule...il fait meme frais la nuit...on habite à la campagne et on supporte la chaleur...on a connu plus chaud notamment en 1976.

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 13h51
Mikah2307 a écrit :

çà va être pire demain! par contre faut attendre samedi pour pouvoir respirer!

c est irrespirable là ! On étouffe ! Vivement samedi qu'on ait un peu de répit ! 

Portrait de jarod.26
24/juillet/2019 - 09h00
c'est le four dans la drôme
Portrait de Mite1
24/juillet/2019 - 08h59

Quel intérêt de mettre cette photo d’une femme pour cet article

Portrait de Philou-02.
24/juillet/2019 - 07h46

Purée il fait déjà chaud là et presque pas d’air ça promet encore !!