12/04/2019 10:00

Amazon emploie des milliers de salariés dans le monde pour écouter les conversations des utilisateurs des enceintes connectées Alexa - Vidéo

Une enquête de Bloomberg révèle qu’Amazon emploie des milliers de salariés dans le monde pour écouter les conversations des utilisateurs avec Alexa, l’assistant vocal qui alimente les enceintes Echo du géant et plus de 100 millions d’objets connectés dans le monde. Ces employés travaillent neuf heures par jour dans des bureaux à Boston, au Costa Rica, en Inde ou encore en Roumanie. Il analyse jusqu’à 1000 clips audio par jour pour transcrire et annoter leur contenu.

"Il y a des êtres humains qui écoutent l'audio, c'est-à-dire ce que les gens disent à l'enceinte, et qui le retranscrivent quand le système automatique a du mal, pour qu'il s'améliore", explique Gérôme Billois, spécialiste de cybersécurité. "Le concept de base, c'est qu'on lui parle et que, derrière, ce qu'on dit va partir sur internet pour être analysé et nous répondre". Le spécialiste rappelle néanmoins que, malgré de nombreux soupçons d'écoute et de piratage des objets connectés, les utilisateurs bénéficient de certaines protections. "Il y a un mot clé pour le déclencher. C'est ce qui fait la sécurité du mécanisme : il n'écoute pas tout le temps, il ne va écouter qu'à certains moments. Il y a eu des bugs, qui ont été corrigés, et il y a même un bouton qui permet de vraiment couper l'enceinte. Et comble de la sophistication, on peut mettre une cloche sur son enceinte pour avoir une vraie protection physique qui est non-piratable".

Deux personnes qui travaillaient pour Amazon ont pourtant raconté avoir entendu ce qui ressemblait à une agression sexuelle. Après l’avoir mentionné à leur hiérarchie, ils ont été informés qu’Amazon ne souhaitait pas réagir à la situation. Pourtant le géant affirme que «des procédures ont été mises en place» pour ce genre de situation. Enfin, lorsque les employés entendent des données personnelles telles que les coordonnées bancaires, ils cochent simplement une boîte de dialogue indiquant «données critiques» avant de passer au fichier audio suivant.

Jeanmarcmorandini a joint la direction d'Amazon qui explique:

« Nous prenons au sérieux la sécurité et la confidentialité des informations personnelles de nos clients. Nous n'annotons qu'un nombre extrêmement faible d'interactions provenant d'un ensemble aléatoire de clients afin d'améliorer l’expérience de nos clients. Par exemple, ces informations nous aident à  former nos systèmes de reconnaissance vocale et de compréhension du langage naturel, afin qu'Alexa puisse mieux comprendre vos demandes, ou nous assurer que le service fonctionne au mieux pour tout le monde. Nous mettons en œuvre des garanties techniques et opérationnelles strictes et avons une politique de tolérance zéro envers les abus sur notre système. Dans ce cadre, les employés n'ont pas d'accès direct à des informations qui leur permettraient d'identifier une personne ou un compte. Nous traitons toutes les informations avec la plus grande confidentialité, utilisons l'authentification multifactorielle pour restreindre l'accès, le cryptage du service et les audits de notre environnement de contrôle pour le protéger, et les clients peuvent également supprimer leurs enregistrements vocaux associés à leur compte  à tout moment. »

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de jenrisdeveau
13/avril/2019 - 05h00

Bien évidemment, durant la guerre froide, les russes, les allemands à l'Est et les américains à l'ouest n'écoutaient les gens, chez eux... que pour apprendre à leurs services d'espionnage respectifs à mieux prononcer certains mots ; rien d'autre. Ils jurent !!! 

Donc Alexa, ça fonctionnerait comme comme dans la tête de Franck Ribéry?? Y a un petit bonhomme complètement bourré, assis sur un tout petit siège à la place de son cerveau, qui essaye de parler sans pouvoir le faire... Tandis que l'autre petit bonhomme qui est chargé de réfléchir... est parti pisser?!

De qui se moque t'on???  C'est un scandale planétaire sans précédent et une totale violation de la vie privée! La seule raison d'exister des GAFAM, c'est de vendre de la pub comportementale ciblée aux sociétés de marketing web! Et là, on veut nous faire croire que les milliers de salariés qui écoutent les utilisateurs à leur domicile, en permanence... ne le font en réalité que pour apprendre la sémantique du langage à leur fichue boîte de conserve!? 

Des centaines de millions balancés par la fenêtre pour se rendre compte que cette cochonnerie n'est en fait qu'un micro débile incapable de la moindre intelligence autonome? Il faut dégager tous ces crétins de cette tech de m....!! Et revenir dans la vraie vie!

Les employés de la NSA doivent se faire dessus en lisant ces conneries!!!