03/03/2019 10:16

L’auteur de dizaines de tags à caractère antisémite dans le RER, condamné samedi soir à six mois de prison avec sursis

L’auteur d’une cinquantaine de tags injurieux ou à caractère antisémite sur une ligne du RER, a été condamné samedi soir à Paris pour « dégradations de biens d’utilité publique ».

Pour ces dégradations, le tribunal correctionnel de Paris a condamné cet homme de 65 ans à six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve avec obligation de soins pendant deux ans, ainsi qu’à l’obligation d’indemniser la SNCF, selon son avocate.

Cette affaire survient dans un contexte d’inquiétude en France avec la découverte de nombreuses inscriptions à caractère antisémite ces dernières semaines dans plusieurs villes.

« C’est un coup de folie d’un monsieur qui ne sait pas l’expliquer et le tribunal lui-même s’est interrogé sur le mobile de ces actes qui pourraient avoir des origines psychologiques », a expliqué Me Charlotte Paredero, son conseil. « C’est un fonctionnaire depuis quarante ans avec un casier judiciaire vierge, mais qui se trouve aujourd’hui acculé avec des dettes liées à des difficultés familiales : sa mère est hospitalisée en longue durée et il a un fils handicapé à 85 % », a expliqué son avocate à l’issue de l’audience.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de JF_Lacour
3/mars/2019 - 16h53
seb2746 a écrit :

6 mois de sursis... autant je serais + cléemant avec l'autre sur finkelmachin car ce qu'il lui a dit n'est pas "entièrement" incorrect, autant là le gars devrait prendre 10 ans minimum + obligation d'aller faire un tour dans un camp ou au minimum un musée sur la Shoah.Et le nottoyage, qui va payer ?...

 

 

Attention !

Le type a été jugé pour l'instant en comparution immédiate uniquement pour "dégradation de biens publics" et pas pour d'autres motifs. C'est comme s'il avait simplement pété un abribus ou brûlé des poubelles.

C'est peut être pas fini pour lui.

Il risque un second procès concernant la nature antisémite des tags ainsi qu'une condamnation au civil pour couvrir les frais de remise en état des endroits qu'il a taggé.