04/02 12:49

Disparition d'Emiliano Sala: Des images vidéo ont permis de repérer un corps dans l'épave de l'avion transportant le footballeur et le pilote britannique David Ibbotson

12h49: Des images vidéo ont permis de repérer un corps dans l'épave de l'avion transportant le footballeur italo-argentin Emiliano Sala et le pilote britannique David Ibbotson qui s'est abîmé dans la Manche, a annoncé lundi le Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB).

Près de deux semaines après sa disparition, l'épave avait été détectée dimanche matin par un navire équipé de sonars, le FPV Morven. Ce bateau avait été déployé par la société Blue Water Recoveries, mandatée par la famille d'Emiliano Sana pour mener des recherches.

Les enquêteurs de l'AAIB, qui menaient leurs propres recherches, ont déployé un bateau, le Geo Ocean III, et utilisé un véhicule sous-marin télécommandé (ROV, Remotely Operated Vehicle) pour explorer les fonds marins.

Les images ont montré qu'"un occupant est visible dans l'épave", a indiqué l'AAIB dans un communiqué.

"L'image montre le côté arrière gauche du fuselage, y compris une partie de l'immatriculation de l'aéronef", a-t-il précisé. Tweetée par l'AAIB, l'image indique une profondeur de 67,7 mètres.

L'épave avait été détectée peu de temps après le début des recherches menées conjointement par l'AAIB et les enquêteurs privés de la société Blue Water Recoveries dimanche matin.

Une fois l'appareil repéré par le FPV Morven, les enquêteurs de l'AAIB "ont plongé avec leur véhicule télécommandé, un submersible muni de caméras et de lumières et ils ont confirmé que c'était bien l'avion. Ils ont vu le numéro d'immatriculation", a expliqué David Mearns, dirigeant de la société Blue Water Recoveries, lundi matin à la BBC.

"A notre plus grande surprise, la plus grande partie de l'avion était là", a ajouté M. Mearns.

Emiliano Sala, 28 ans, et David Ibbotson, son pilote de 59 ans, voyageaient à bord d'un monomoteur Piper Malibu qui a disparu des radars le soir du 21 janvier au-dessus de la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de l'île anglo-normande de Guernesey.

Les deux hommes étaient partis de Nantes (ouest de la France), où l'attaquant évoluait jusque-là, et devaient rejoindre Cardiff (pays de Galles), ville du club où il venait d'être transféré contre une somme estimée par la presse à 17 millions d'euros, un record pour le club gallois.

Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait indiqué que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5.000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2.300 pieds avant de disparaître des radars.

"Je ne peux pas y croire, c'est un rêve, un mauvais rêve", avait déclaré dimanche Horacio Sala, le père du footballeur, à la télévision argentine, réagissant à la nouvelle de la découverte de l'épave.

Le 26 janvier, la famille d'Emiliano Sala avait annoncé qu'elle allait poursuivre les recherches pour tenter de le retrouver grâce aux fonds récoltés par une cagnotte en ligne, après l'arrêt deux jours plus tôt des opérations de secours coordonnées par la police de Guernesey.

La police jugeait "infimes" les chances de survie du joueur et de son pilote.

La famille avait reçu le soutien de plusieurs joueurs, dont les internationaux argentins Lionel Messi, Gonzalo Higuain et Nicolas Otamendi.

Des débris de deux sièges provenant "probablement" de l'avion disparu avaient déjà été retrouvés en début de semaine dernière sur une plage de la commune française de Surtainville, dans le département de la Manche (nord-ouest).

L'AAIB a dit "étudier maintenant les prochaines étapes, en consultation avec les familles du pilote et des passagers, ainsi que la police."

"Tant qu'on n'aura pas remonté l'épave on aura du mal à savoir ce qui s'est passé exactement", a expliqué Jean-Paul Troadec, ex-président du Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile, interviewé sur RTL. Une fois remontée, les enquêteurs devraient "examiner l'état des débris, la façon dont l'avion a pu percuter la mer et l'examen des systèmes techniques de l'avion pour vérifier s'il y a eu ou non un problème technique à l'origine de cet accident".

06h39: Près de deux semaines après sa disparition, l'avion qui transportait le footballeur argentin Emiliano Sala et son pilote a été retrouvé au fond de la Manche lors de recherches sous-marines, anéantissant tout espoir pour leurs proches de les retrouver vivants. "Je peux confirmer qu'il a été retrouvé", a déclaré dimanche une porte-parole Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) . 

Elle n'a pas précisé où et quand l'appareil avait été localisé, indiquant seulement que l'AAIB diffuserait un communiqué lundi matin. David Mearns, le dirigeant de la société Blue Water Recoveries, mandatée par la famille de l'attaquant pour mener des recherches sous-marines, a indiqué sur Twitter que l'épave avait été "localisée tôt dimanche matin" par son navire équipé de sonars, le FPV Morven, peu après le début de sa mission. Emiliano Sala, 28 ans, et David Ibbotson, le pilote de 59 ans, voyageaient à bord d'un monomoteur Piper Malibu qui a disparu des radars le soir du 21 janvier au-dessus de la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de Guernesey. Les deux hommes étaient partis de Nantes (ouest de la France), où l'attaquant évoluait jusque-là, et devaient rejoindre Cardiff (pays de Galles), ville du club où il venait d'être transféré, contre une somme estimée par la presse à 17 millions d'euros, un record pour le club gallois.

Le contrôle aérien de l'île voisine de Jersey avait indiqué que l'avion et ses deux occupants, qui volaient dans un premier temps à 5.000 pieds, avaient demandé à descendre et évoluaient à 2.300 pieds avant de disparaître des radars. - Familles informées - Les recherches sous-marines avaient commencé dimanche dans une zone de 13 km2 au nord de l'île de Guernesey, à la faveur d'une météo clémente. Elles étaient menées "en étroite coordination" par Blue Water Recoveries et l'AAIB.

Après la découverte de l'épave, le navire de l'AAIB, le Geo Ocean III, s'est rendu sur place "pour identifier visuellement l'avion", a expliqué David Mearns sur Twitter. L'océanographe avait précédemment indiqué que l'AAIB était "très confiant" sur le fait que l'avion pourrait se trouver dans cette zone. "Nos pensées ce soir vont uniquement aux familles et amis d'Emiliano et David" Ibbotson, qui ont été informées par la police, a-t-il ajouté.

"C'est à peu près le meilleur résultat que nous puissions espérer pour les familles", a-t-il déclaré par ailleurs sur la chaîne de télévision Sky News, précisant qu'"une partie importante de l'épave se trouve sur le fond marin". Mercredi, l'AAIB avait annoncé que des débris de deux sièges provenant "probablement" de l'avion disparu avaient été retrouvés sur une plage de la commune française de Surtainville, dans le département de la Manche (nord-ouest).

Le 26 janvier, la famille d'Emiliano Sala avait annoncé qu'elle allait poursuivre les recherches pour tenter de le retrouver grâce aux fonds récoltés par une cagnotte en ligne, après l'arrêt deux jours plus tôt des opérations de secours coordonnées par la police de Guernesey. Celle-ci jugeait "infimes" les chances de survie du joueur et de son pilote.

"Nous allons continuer jusqu'au bout, nous n'arrêterons jamais", avait alors déclaré la soeur du footballeur, Romina Sala, tandis que son frère Dario se disait "convaincu" qu'Emiliano était en vie.

La famille avait reçu le soutien de plusieurs joueurs, dont les internationaux argentins Lionel Messi, Gonzalo Higuain et Nicolas Otamendi.

.

Dimanche 3 février 2019

.

22h45: "Je peux confirmer qu'il a été retrouvé", a indiqué une porte-parole, alors que des recherches sous-marines avaient été entreprises dimanche pour retrouver le monomoteur, disparu des radars le soir du 21 janvier au-dessus de la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de Guernesey.

22h31: Le bateau de l'AAIB (Air Accidents Investigation Branch, l'organisme chargé des enquêtes sur les accidents aériens au Royaume-Uni) va superviser la mise hors d'eau de l'épave.

22h26: Le chercheur d'épaves David Mearns avait annoncé qu'il faudrait «moins de trois jours» pour trouver l'avion d'Emiliano Sala, perdu dans la Manche. Il n'en a fallu qu'un. Parti ce dimanche, le bateau équipé d'un sonar a repéré et identifié la carlingue du Piper Malibu dans une zone proche de l'ile de Guernesay, dans la Manche. Le chercheur d'épaves David Mearns avait annoncé qu'il faudrait «moins de trois jours» pour trouver l'avion d'Emiliano Sala, perdu dans la Manche. Il n'en a fallu qu'un. Parti ce dimanche, le bateau équipé d'un sonar a repéré et identifié la carlingue du Piper Malibu dans une zone proche de l'ile de Guernesay, dans la Manche

.

.

22h17: La chaîne annonce que l'avion a été retrouvé dans la Manche et que la famille du joueur a été prévenue dans la journée de cette découverte. Pas plus d'informations pour le moment

22h16: La météo étant plus clémente sur la Manche, le bateau financé par les fonds privés récoltés par la famille d’Emiliano Sala a pu lancer ses recherches sous-marines ce dimanche matin pour retrouver l'avion dans un rayon de 12 km² autour de Guernesey. L’équipe, composée de sept personnes, est menée par le chasseur d’épaves David Mearns.

Parti de Guernesey à cinq heures du matin, il tourne  dans la zone où il estime avoir le plus de chances de retrouver l’épave, comme l’on peut le voir sur cette image du trafic maritime.

C’est un sonar qui devrait lui permettre de retrouver l'avion sous l’eau. Le FPV Morven fonctionne en étroite collaboration avec le bateau mis à disposition par l’AAIB, l’organe anglais en charge des crashs aériens, le Geo Ocean III.

L’avion privé transportant l’ex-attaquant du FC Nantes Emiliano Sala a disparu, lundi soir, au-dessus de la Manche alors qu’il était en route pour Cardiff.

22h08: L'avion disparu du joueur Emiliano Sala a été découvert annonce la chaîne anglaise Sky News peu après 22h

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
4/février/2019 - 23h48
minou75 a écrit :
Prendre un avion privé pour un déplacement perso...Bonjour le bilan carbone...Sauvons la Planète !!!

Il y a un vol au départ de Nantes à 17:15 qui arrive à Cardiff à 21:40 avec changement à Paris.

5h25 de voyage en toute sécurité  contre 1h30 a 2h avec le petit coucou pas sûr du tout qu’il a pris. Vouloir gagner 4h et perdre la vie.

Apparemment, les Canaries l’ont retenu trop longtemps à Nantes. Il est parti trop tard.

Portrait de Capri
4/février/2019 - 19h24
Anthodigi a écrit :
Avec le salaire que ce faisait SALA, je me demande toujours pourquoi il n’a pas pris en location un jet privé en voyant l’épave de l’avion qu’il allait prendre. Je ne comprend pas.

Oui. C’est comme si quelqu’un gagnait 2000 euros par mois (E. Sala gagnait 45.000 euros) et devrait se payer un billet d’avion a 450 euros... Je pense qu’il a été pingre (le vol en jet aurait coûté 10.000 euros À/R)... peut-etre du à des origines modestes ? Ça fait réfléchir. Ne jamais (jamais !) tergiverser avec la sécurité et depenser l’argent qu’il faut.

Portrait de Capri
4/février/2019 - 08h21

Un (vrai) jet privé lui aurait coûté 10.000 euros A/R Cardiff / Nantes. Ça représentait une semaine de salaire d'Emiliano Sala. Or, il a demandé au fils de son manager « combien ça va me coûter ? » et l’autre a répondu « rien si tu marques des buts » ce à quoi Sala a répondu « ça, ce n’est pas un problème ! ».

Il  dit dans son dernier message que les au-revoir à Nantes n’en finissaient pas... et il était attendu dès le lendemain pour un entraînement à Cardiff (timing trop court...).

Apparemment, l’appareil s’y est pris à plusieurs reprises pour démarrer à Nantes...

CONCLUSION : 1) ne pas être pingre quand on peut se payer un moyen de transport à la fois sûr et efficace - 2) quand c’est l’heure, c’est l’heure : il fallait partir de Nantes plus tôt ou alors le lendemain après une bonne nuit à Nantes - 3) ne pas subir la pression (il s’est fait mettre la pression par Cardiff avec l’entrainement le lendemain) - 4) quand on le « sent » pas, il ne faut pas rester : il aurait dû descendre de cet avion qui avait déjà du mal au décollage.

J’ai l’impression qu‘il a été pingre à la base et que le « système foot » (Nantes qui ne le laisse pas partir... Cardiff qui le veut dès le lendemain... un agent qui fait des économies de bout de chandelles...) autour de lui, l’a tué au final.

Bien triste car le gars avait l’air très sympa ! (et super joueur)

Portrait de Samir13
3/février/2019 - 23h13

Que dieu vs êtes  Mrs ls chercheurs ont compt sr vs 

Portrait de nina83
3/février/2019 - 22h15

contente pour la famille, j'espère surtout que l'on va retrouver les 2 corps.....