07/11/2018 11:22

EN DIRECT - Elections US de mi-mandat : Pas de vague anti-Trump - Les Républicains conservent le Sénat - Les Démocrates obtiennent le contrôle de la Chambre des Représentants

11h00: Le point ce matin

Les démocrates américains ont remporté une victoire partielle mardi aux élections législatives de mi-mandat, gagnant la Chambre des représentants mais perdant du terrain au Sénat, un tableau nuancé dont Donald Trump s’est saisi pour revendiquer un succès personnel.
Deux ans après la victoire choc de l’homme d’affaires, propulsé à la Maison Blanche sans la moindre expérience politique ou diplomatique, la «vague» anti-Trump annoncée n’a finalement pas eu lieu.
Les démocrates étaient en passe de remporter 27 sièges supplémentaires de représentants - il leur en fallait 23 pour prendre le contrôle de la Chambre. De leur côté, les républicains semblaient en mesure de renforcer leur courte majorité au Sénat en prenant trois ou quatre sièges aux démocrates, selon les projections des médias américains.
Les Américains ont ainsi élu un 116e Congrès divisé, qui promet deux dernières années de mandat mouvementées au 45e président des Etats-Unis.
Donald Trump a proclamé un «immense succès», lui qui avait martelé que ces élections étaient un référendum sur sa présidence. Habile, il avait pris soin ces derniers jours de souligner avoir surtout fait campagne pour les candidats républicains au Sénat dans sa rafale de rassemblements «Make America Great Again», faute de temps, disait-il, pour les républicains en lice pour la Chambre, beaucoup plus nombreux.
Les élections de mi-mandat sont traditionnellement délicates pour le président en place. Mais la perte de la Chambre, en dépit d’excellents indicateurs économiques, reste un revers pour le magnat de l’immobilier.
Donald Trump a appelé le chef de ses troupes au Sénat, Mitch McConnell, pour le féliciter «sur les avancées historiques» à la chambre haute, où son parti a renforcé sa majorité, selon sa porte-parole Sarah Sanders.

10h34: Le candidat démocrate noir au poste de gouverneur de Floride Andrew Gillum a reconnu sa défaite mardi face au républicain Ron DeSantis à l'issue d'une campagne marquée par des accusations de racisme.

"Nous reconnaissons que nous n'avons pas gagné ce soir", a déclaré le maire de Tallahassee, la capitale de l'Etat, devant ses partisans en milieu de soirée. M. Gillum, âgé de 39 ans, espérait devenir le premier gouverneur noir du "Sunshine State", un Etat clé lors des élections présidentielles américaines.

Né à Miami dans une famille modeste --sa mère conduisait des bus scolaires et son père était maçon--, il a largement utilisé ses origines pour tenter de convaincre les Hispaniques, les Noirs et les jeunes.

Soutenu par Barack Obama, Hillary Clinton et le progressiste Bernie Sanders, il avait notamment fait campagne pour des lois "de bon sens" sur les armes, dans un Etat frappé en février par la tuerie du lycée de Parkland (17 morts). Il militait pour la protection des immigrants illégaux, la légalisation de l'usage récréatif du cannabis, un système de santé universel, et un renforcement des lois environnementales.

Il s'est incliné face à Ron DeSantis, 40 ans, ancien membre républicain de la Chambre des représentants, qui a fait campagne sur un message résolument pro-Trump: il souhaite limiter l'avortement, baisser les impôts, durcir la politique migratoire et alléger celle sur le contrôle des armes. Il se dit "guerrier conservateur".

10h08: L'ex-candidat conservateur à la présidentielle américaine, Mitt Romney, a été élu au Sénat mardi, signant un retour en politique qui lui offre une place de choix à Washington pour critiquer le président républicain Donald Trump, avec qui il a déjà croisé le fer.

"Je m'engage à vous représenter avec dignité, intégrité et d'une façon qui vous rendra fiers", a tweeté Mitt Romney, 71 ans, à l'adresse de ses électeurs.

Le républicain a battu la démocrate Jenny Wilson dans l'Etat de l'Utah, où vit une importante population de confession mormone comme lui et qui n'a pas envoyé de démocrate au Sénat depuis plus de 40 ans.

Il s'installera au Sénat début janvier 2019 pour un mandat de six ans. Y prendra-t-il la place de John McCain, décédé en août, pour être l'une des voix critiques de Donald Trump dans ses propres rangs républicains? Ou l'hostilité des débuts s'est-elle adoucie avec le temps?

10h03: L'ex-candidat conservateur à la présidentielle américaine, Mitt Romney, a été élu au Sénat mardi, signant un retour en politique qui lui offre une place de choix à Washington pour critiquer le président républicain Donald Trump, avec qui il a déjà croisé le fer.

"Je m'engage à vous représenter avec dignité, intégrité et d'une façon qui vous rendra fiers", a tweeté Mitt Romney, 71 ans, à l'adresse de ses électeurs.

Le républicain a battu la démocrate Jenny Wilson dans l'Etat de l'Utah, où vit une importante population de confession mormone comme lui et qui n'a pas envoyé de démocrate au Sénat depuis plus de 40 ans.

Il s'installera au Sénat début janvier 2019 pour un mandat de six ans. Y prendra-t-il la place de John McCain, décédé en août, pour être l'une des voix critiques de Donald Trump dans ses propres rangs républicains? Ou l'hostilité des débuts s'est-elle adoucie avec le temps?

09h30: Le sénateur du Texas Ted Cruz a été réélu mardi, offrant une victoire majeure au parti républicain à l'issue d'une course serrée face au jeune espoir démocrate Beto O'Rourke, rapportent les médias américains.

Selon des estimations des chaînes ABC et NBC, Ted Cruz ne peut plus être rejoint par son adversaire, un quadragénaire qui faisait jusque-là figure d'étoile montante du parti démocrate. Sa victoire annoncée permet aux républicains de conserver un siège crucial pour garder leur majorité au Sénat.

Le duel Ted Cruz-Beto O'Rourke s'était imposé comme l'un des principaux de cette campagne des "midterms", d'abord en raison de l'importance politique et économique du Texas, ensuite à cause du profond clivage entre les deux candidats.

Ted Cruz est un redoutable orateur mais "Beto" s'est également montré charismatique, sillonnant l'Etat en bras de chemise et se targuant de refuser tout financement provenant des groupements d'intérêts.

Ce punk-rockeur avait fait sensation sur internet en août avec une défense passionnée du droit des joueurs noirs de football américain à poser un genou à terre pendant l'hymne national pour protester contre les brutalités policières.

La superstar de la chanson américaine Beyoncé avait tardivement appelé mardi à voter pour Beto O'Rourke.

07h00: Le Point à 7h sur l'élection de mi-mandat

Les démocrates ont engrangé une victoire précieuse dans ces élections de mi-mandat en prenant le contrôle partiel du Congrès. Toutefois, la "vague" anti-Trump un temps annoncé n'a pas eu lieu.

Cette victoire démocrate à la chambre basse devrait entraver l'action du 45e président des États-Unis. Elle alimente leurs espoirs d'une revanche politique deux ans après la victoire choc de Donald Trump lors des élections présidentielles.

Les républicains conservent leur majorité au Sénat. Cela a permis à Donald Trump de rapidement revendiquer un "immense succès", sans évoquer la perte par son parti de la Chambre des représentants.

 

 

06h52: Les résultats préliminaires des élections de mi-mandat aux USA sont "un immense succès" aux yeux du président américain Donald Trump dont le parti républicain conserve son emprise sur le Sénat mais perd le contrôle de la Chambre des représentants, selon les projections des médias américains. "Immense succès ce soir. Merci à vous tous!", a commenté sur Twitter le président républicain peu après les premières conclusions tirées par les médias américains sur le partage du pouvoir au Capitole entre les Démocrates et les Républicains.

05h11: Les démocrates ont engrangé une précieuse victoire mardi soir dans les élections américaines de mi-mandat, en prenant le contrôle partiel du Congrès, mais la "vague" anti-Trump un temps annoncée n'a pas eu lieu.

Les républicains ont conservé leur majorité au Sénat, ce qui a permis à Donald Trump de rapidement revendiquer un "immense succès", sans évoquer la perte par son parti de la Chambre des représentants. Cette victoire démocrate à la chambre basse devrait entraver l'action du 45e président des Etats-Unis jusqu'à la fin de son mandat en 2021.

"Un Congrès démocrate va oeuvrer à des solutions qui nous rassemblent, car nous en avons tous assez des divisions", a déclaré Nancy Pelosi, la chef des démocrates à la Chambre des représentants, en promettant de restaurer les "contrepouvoirs constitutionnels".

04h35: Deux ans après la victoire choc de l'homme d'affaires, propulsé à la Maison Blanche sans la moindre expérience politique ou diplomatique, les Américains se sont pressés en nombre dans les bureaux de vote.

Selon les estimations des chaînes américaines, les démocrates ont repris le contrôle de la Chambre des représentants pour la première fois depuis 2010.

Les républicains, de leur côté, ont conservé leur majorité au Sénat, qu'il pourraient même accroître d'un ou deux sièges. Les Etats-Unis se retrouveront donc, en janvier 2019, avec un 116e Congrès divisé, dans une société marquée par un profond clivage autour de la personne de M. Trump. Les élections de mi-mandat sont traditionnellement délicates pour le président en place. Mais la perte de la Chambre, en dépit d'excellents indicateurs économiques, reste un revers pour le magnat de l'immobilier tant il avait fait de ce rendez-vous un véritable référendum sur sa personne.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de tpr20688
7/novembre/2018 - 14h29

le socialisme est devenu un gros mot labas, à notre tour tres prochainement esperons le!

Portrait de Sally Patou
7/novembre/2018 - 12h05 - depuis l'application mobile
Alala 1er a écrit :

Pas de branlée électorale pour Trump, les médias français sont furieux...

Pire pour eux, il garde toutes ses chances d'être réélu dans 2 ans J)

@Alala 1er

Jusqu'à novembre 2020, date du renouvellement total de la Chambre des représentants, du renouvellement partiel du Sénat et bien sûr de l'élection du prochain président, on devrait assister à une véritable guerre de tranchées au sommet de la politique américaine avec d'un côté Donald Trump et de l'autre le chef de la majorité à la Chambre des représentants, rôle qui pourrait échoir à Nancy Pelosi, déjà titulaire de cette fonction entre 2006 à 2010. En clair, ce serait une sorte de cohabitation.

Concrètement, Donald Trump ne va plus pouvoir faire voter de loi. Il pourra donc oublier le financement du mur qu'il veut construire à la frontière mexicaine, promesse importante de sa campagne présidentielle. Il sera néanmoins possible pour lui de gouverner par décrets, comme il l'a souvent fait depuis deux ans.

Les Démocrates vont aussi pouvoir lancer des enquêtes parlementaires, notamment sur les conflits d'intérêts supposés au sein de la famille Trump. Enfin, ils pourront amorcer une procédure d'impeachment visant à destituer Donald Trump, mais c'est le Sénat qui aura le dernier mot. Et sauf levée de boucliers républicains contre le président, cela ne devrait pas arriver.

Portrait de jp91
7/novembre/2018 - 11h37

Le plus amusant dans tout ça c'est que pour nos élections  ça ne fait pratiquement aucune ligne dans les médias américains ! occupons nous donc de nos affaires !

Portrait de zig et puce
7/novembre/2018 - 09h44
Dragon75 a écrit :
@© au lieu de juste lire le titre tu sais que les républicains ont perdus la chambre des représentants? Que maintenant il va y avoir un réel contre pouvoir? Mais ravi que les Midterms passionnent les français alors que eux la politique française ils en ont rien à foutre

Oui mais Trump tient encore plus le sénat , qui a un rôle autrement plus puissant qu'en France(incomparable) , c'est peu de le dire , bref! les anti et pro Trump sons contents , chacun à sa part du gâteau

Quand à la passion des français pour les midterms , correction! se sont les médias français qui ont fait que l'on est obligé d'en bouffé ! c'est différent!  

Portrait de Dragon75
7/novembre/2018 - 09h21 - depuis l'application mobile
Leroy Jethro Gibbs a écrit :

Ehhhh merde! La France anti -Trump vient encore de se prendre une veste. Le Senat reste pro Trump.  Honte aux média français. 

@© au lieu de juste lire le titre tu sais que les républicains ont perdus la chambre des représentants? Que maintenant il va y avoir un réel contre pouvoir? Mais ravi que les Midterms passionnent les français alors que eux la politique française ils en ont rien à foutre

Portrait de Sally Patou
7/novembre/2018 - 09h10 - depuis l'application mobile

la chambre des représentants est un gros contre pouvoir et trump entre en cohabitation pour les 2 prochaines années. Il ne pourra plus faire passer toutes ses lois et des enquêtes pourront être menées contre lui. Bref la première partie de la chute est amorcée

Portrait de Louis de Tarlepuit.
7/novembre/2018 - 08h36

le sénat !