26/08/2018 12:01

La visite du souverain pontife en Irlande déclenche des controverses et un débat enflammé dans les rues de Dublin

la visite du souverain pontife en Irlande suscitait samedi un débat enflammé dans les rues de Dublin sur la place de l'Eglise dans ce pays profondément marqué par les abus commis par des ecclésiastiques.

Il y a d'un côté les partisans du pape François, qui l'ont acclamé lorsque le souverain pontife leur a fait un signe de la main depuis la voiture le conduisant dans les rues de la capitale irlandaise.

Accompagné par le son des cloches résonnant dans la ville, des fidèles, parmi lesquels se trouvait une importante délégation espagnole, ont brandi des banderoles "Pape François, ensemble nous t'aimons pour l'éternité".

Certains jeunes n'ont pas hésité à suivre le cortège papal dans les rues, fermées à la circulation et bordées de policiers, mais aussi de vendeurs à la sauvette proposant des drapeaux-souvenirs du Vatican.

Mais il y aussi des opposants, à l'instar de Rosa Lopez, 45 ans, venue avec une banderole recouverte de slogans provocateurs, et clairement opposés au pape: "Le pape n'est pas le bienvenu", "Solidarité avec les survivants (d'abus du clergé)", peut-on lire. "Il y a eu un crime et il doit être poursuivi", dit à l'AFP cette femme originaire d'Espagne, mais résidant à Dublin.

Cette visite papale, la première en Irlande depuis 1979, est une "insulte aux survivants", insiste-t-elle.

"Il a dit qu'il était désolé, mais ce n'est pas suffisant". Depuis 2002, plus de 14.500 personnes se sont déclarées victimes d'abus sexuels commis par des prêtres en

Irlande. L'ampleur de ce scandale a accéléré le déclin de l'influence de l'Eglise, autrefois très grande, sur la société irlandaise, traditionnellement catholique.

Ailleurs sur le web

Vos réactions