31/03/2017 11:00

Voici le moyen de pression des Anglais sur l'Union Européenne dans les négociations sur le Brexit - Regardez

Hier soir dans le 20h de France 2, David Pujadas a proposé un point sur le Brexit.

Les Anglais entrent en négociations pour une sortie de l'Union Européenne. 
Ils ont trouvé un moyen de pression dont se targue la presse britannique : le GCHQ, l'équivalent britannique de la NSA américaine, qui permet d'intercepter des communications entre terroristes.
"L'Europe a besoin de ce partage d'information. Le gouvernement britannique dit 'si les négociations se passent mal, nous le diminuerons", a expliqué Loïc de la Mornais, le correspondant de la chaîne à Londres
.
Regardez
.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jonews
31/mars/2017 - 15h48 - depuis l'application mobile

Les anglais sont moins cons que nous !

Portrait de Laziq
31/mars/2017 - 12h22

Ce sont des sans-couilles du genre de Flanby et Juncker qui voulaient un Brexit impitoyable.

 

"Il faut qu’il y ait une menace, il faut qu’il y ait un risque, il faut qu’il y ait un prix" dixit Grotoumou.

 

Ben, ils vont l'avoir.

Portrait de bress01
31/mars/2017 - 11h58 - depuis l'application mobile

Votre raisonnement oublie une logique : les taxes à l'exportation. Si les entreprises paient des taxes douanières très chères pour exporter, même avec une fiscalité agressive, cela ne fonctionnera pas. Il est normal que l'UE veuille montrer aux autres pays membres qu'une sortie de l'union est risquée sinon tout le monde sortirait. Les prix ont commencé à augmenter depuis l'annonce du Brexit et aujourd'hui les menaces de l'Angleterre sur le terrorisme montre bien qu'ils n'ont pas beaucoup de marge de manœuvre. Rappelons tout de même que les Anglais veulent sortir de l'Union mais veulent conserver la libre circulation des marchandises en Europe, la coopération en matière de terrorisme et l'influence de la City sur les places boursières européenne. En fait ils veulent rester dans l'UE sans participation financière. C'est du "foutage de gueule". Et pourquoi ? Parce que les pro Brexit étaient persuadés qu'ils ne passeraient pas. D'ailleurs le chef de file des pro Brexit a reconnu quelques mensonges après sa victoire et n'a pas voulu du poste de 1er ministre.

Portrait de Martin17
31/mars/2017 - 11h52 - depuis l'application mobile

Chantage insensé ds la situation actuelle et qui n'est guère intelligent !!! Ces anglais veulent garder une main mise sur l'Europe alors qu'ils veulent s'en retirer ! Il faut savoir ce que l'on veut et assumer ! Je pense que des dents vont grincer car pas sur que le Brexit leur apporte ce qu'ils en espèrent !!!

Portrait de Tine64
31/mars/2017 - 11h44

Ce genre de chantage me paraît dangereux.. Je ne sais pas sur quoi repose les négociations liées au brexit, mais la grande Bretagne doit assumer son choix et ne pas réclamer le beurre et l'argent du beurre...