24/11/2016 21:55

Débat Primaire - Le premier tacle de François Fillon contre les journalistes: "Gardez vos caricatures pour vous !" Regardez

Le premier tacle de François Fillon contre les journalistes est arrivé très vite dans le débat de la Primaire et c'est François Fillon qui a ouvert le feu:

"Gardez vos caricatures pour vous !" a-t-il lancé à la journalistes de France Inter qui tentait de l'interroger sur sa position sur la Sécurité Sociale et sur la façon de faire des économies.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de laufic
25/novembre/2016 - 12h38 - depuis l'application mobile
Seaskua... a écrit :

Il a eu raison de mettre cette jeune-femme à sa place. Et raison aussi de rappeler que les médecins libéraux doivent être remis dans le circuit de soin. Parce que, tout de même, passer 5 heures aux urgences d'un hôpital est absurde ! Surtout alors que l'on pourrait imposer des médecins de garde et imposer le déplacement à domicile en cas d'appel d'urgence.

 

Mettre des maisons médicales est utile. Je rajouterai des dispensaires pour assurer les soins pour les SDF et les personnes en situation irrégulière. (En supprimant l'AME qui assure en fait une médecine de confort au lieu d'une médecine de nécessité)

 

Il est temps de revenir à ce qui fonctionnait jadis. Des médecins de garde évitant de devoir se rendre aux urgences. Et un accès aux services d'urgence pour les urgences véritables.

 

Nota : La jeune-femme indique "tout le monde n'a pas les mêmes mutuelles". Oui et tout le monde n'a pas la même voiture, la même maison et le même revenu. Il faudrait lui dire que nous ne vivons pas en union soviétique car elle semble l'ignorer.

En union soviétique tout le monde avait le même salaire !!! C est pas le cas en France . certaine mutuel impose par les employeurs chère et très mal remboursée

Portrait de popo47
25/novembre/2016 - 05h02 - depuis l'application mobile

Il a raison!

Portrait de Randy666
24/novembre/2016 - 23h59 - depuis l'application mobile

Ha ben si tu compares les mutuels aux voitures et aux maisons...

C'est bien triste...