24/11/2016 17:43

Une centaine de journalistes de L'Obs menacent de bloquer la sortie du prochain numéro

Une centaine de journalistes de L'Obs, premier news magazine français, se sont rassemblés jeudi devant leur siège parisien pour protester contre un plan de 38 départs volontaires décidé par la direction, certains se disant prêts à bloquer le prochain numéro pour obtenir de meilleures conditions.

En septembre, la direction du magazine, détenu depuis 2013 par le groupe Le Monde et toujours déficitaire, avait présenté aux salariés ce plan qui doit ramener les effectifs d'environ 180 à 140 personnes. Faute d'un nombre suffisant de volontaires, d'ici fin janvier, ce dispositif risque de se transformer en départs contraints, a expliqué à l'AFP Marie-Hélène Clavel, déléguée SNJ. Une coupe qui s'ajoutera à la cinquantaine de départs volontaires de 2013-2014, dans le cadre de la clause de cession.

La manifestation se tenait juste avant une après-midi de négociations où les salariés réclament de meilleures indemnités de départ et l'assurance qu'aucun départ ne sera contraint.

Interrogée, la direction ne s'est pas exprimée, dans l'attente de l'issue des négociations en cours. "Selon le résultat, nous sommes prêts à bloquer la sortie du prochain numéro", ont lancé quelques journalistes présents, en demandant aussi "un vrai projet éditorial". "Le magazine perd 3,5 millions d'euros par an, mais au niveau du groupe, Le Monde est à l'équilibre et le pôle magazine (dont Télérama, ndlr) gagne 8,8 millions", a fait valoir la déléguée SNJ, précisant que le groupe avait initialement prévu une enveloppe de 6 millions d'euros pour financer les départs.

L'Obs, qui devance ses concurrents Le Point (325.000 exemplaires) et L'Express (280.000), a vu ses ventes reculer de 13% en 2015 et encore de 15% ces douze derniers mois, pour tomber à 358.000 exemplaires en moyenne par semaine en septembre. La situation est également tendue à l'Express, dont les effectifs ont été drastiquement réduits depuis son rachat début 2015 par le groupe Altice de Patrick Drahi, propriétaire de SFR, à une soixantaine de journalistes (dont 45 qui écrivent) contre 110 en 2014.

L'ensemble du groupe L'Express a vu ses effectifs ramenés de 750 à 550 personnes. Les ventes de cet hebdomadaire ont chuté de 22% ces douze derniers mois, après déjà une baisse de 16% en 2015.

La direction vient de décider de cesser la parution du mensuel L'Expansion et les éditions régionales de L'Express. Les salariés de l'Express craignent que leur actionnaire ne veuille revendre tous ses titres de presse écrite sauf Libération et L'Express, à commencer par L'Etudiant, qui est sur le point d'être cédé à l'homme d'affaires Marc Laufer, a indiqué l'intersyndicale CGT-CFDT. Interrogée, la direction n'a pas souhaité réagir.

Le Point, détenu par François Pinault, dont la rédaction est restée stable à 110 journalistes, a mieux résisté, avec une baisse de 8% depuis 12 mois, après celle de 5% en 2015.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Koro
25/novembre/2016 - 06h00
Bolloré doit-être dans les parages smiley
Portrait de et en vrai
24/novembre/2016 - 22h03

L'enquête "Ils ont acheté la presse" de Benjamin Dormann révélait déjà les lamentables coulisses de l'Obs-olète, pourtant gavé de subventions comme toutes notre presse, bien au delà des chiffres officiels.

et aujourd'hui, ils pleurent. Trop tard... les lecteurs sont partis. Il fallait s'intéresser à eux avant

Portrait de montiti22
24/novembre/2016 - 18h13

smiley

Portrait de Fakrys
24/novembre/2016 - 17h47

quand on voit des cochonneries de magazines mal foutus qui se portent bien!

quand on voit ce qu'on ose qualifier de presse, pipole ou people, et faite par des employés qu'on ose appeler journalistes: cela fait très mal ce genre de nouvelle!