15/08/2016 16:19

Loyers trop élevés, transports trop chers... : le coût de la vie continue de grimper pour les étudiants

Loyers trop élevés, transports trop chers: le coût de la vie continue de grimper pour les étudiants à la rentrée 2016, selon l'Unef, obligeant la moitié d'entre eux à cumuler job et études, et 12% à financer leur cursus avec un prêt.

"Pour la rentrée 2016, le coût de la vie augmente de 1,23% soit près d'un point de plus que l'inflation", selon une étude de l'Union nationale des étudiants de France (Unef) publiée dimanche. A la rentrée 2015, l'augmentation était de 1,1%, soit environ quatre fois l'inflation.

La hausse "atteint +9,7% depuis le début du quinquennat", souligne le premier syndicat étudiant à moins de neuf mois de la présidentielle de 2017. Pour l'Unef, cette nouvelle augmentation "va accentuer les inégalités sociales et la précarité déjà existante pour les étudiants".

"Si l'Unef a obtenu des mesures de protection comme le gel des tarifs obligatoires (frais d'inscription, restaurant universitaire, sécurité sociale, NDLR) ou l'augmentation des bourses, cela ne permet que de ralentir l'augmentation du coût de la vie pour les étudiants", estime-t-il.

Le syndicat, mobilisé ces derniers mois pour le retrait de la loi travail aux côtés d'organisations de salariés, réclame "une refonte de la protection sociale des jeunes et un plan de vie étudiante ambitieux".

Un tel plan passe, selon lui, par "un nouvel investissement dans le système de bourses", "l'ouverture du RSA aux moins de 25 ans" et un investissement "dans les aides indirectes" concernant notamment le logement, premier poste de dépenses des étudiants (55%).

Car, selon l'Unef, la hausse du coût de la vie pour la rentrée 2016 s'explique en premier lieu par l'augmentation des prix des loyers dans 15 villes universitaires, ainsi que par une hausse des tarifs des transports. "Alors que 19% des étudiant-e-s vivent dans la pauvreté, ou encore que 60% d'entre eux sont exclus du système de bourse, il est urgent d'agir", interpelle le syndicat étudiant.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de caramel moule
15/août/2016 - 21h38

la moitié doit financer ses études en travaillant donc 50% ont les parents qui financent......les études c'est pas pour les pauvres, restons entre gens de bonne famille...... mais à part cela dans notre république chacun a ses chances....

Portrait de Micheldu17.02
15/août/2016 - 20h59

 2 exemples que je connais un peu :

 

- BAC +3 : Ayant achevé ses études de ......?, elle enchaîne les CDD depuis 3 ans comme hôtesse de caisse....smiley

- BAC + 5 en droit : Elle est en CDD reconductibles comme celle qui l' a précédée, pour une agence bancaire et conseille les artisans. Apparemment plutôt que de lui proposer un CDI ils prendront le même profil, encore et encore, au même salaire.

Par contre un 3 ème dans un autre parcours :

- Un chef de rang, hôtellerie se recycle en FPA , électricité du bâtiment, bosse en divers  intérims afin d' accumuler et diversifier les expériences pro, sans interruptions, se sédentarise,  obtient un CDI et vient de passer niveau 2.

Portrait de chelmi
15/août/2016 - 20h05 - depuis l'application mobile

Les loyers trop élevés , le gouvernement n.'en prendrait pas une bonne partie impôts divers , revenu, CSG, fonciers etc , ils diminueraient certainement

Portrait de nina83
15/août/2016 - 16h28

ben oui, merci les socialistes, mais comme c la gauche qui est au pouvoir (enfin, il parait....) ils ne manifesteront pas smiley