24/01/2016 16:30

Jean-Pierre Raffarin interpelle Emmanuel Macron sur les 35h: "Passons à l’acte, agissons!"

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (LR) a interpellé dimanche le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, qui a prédit vendredi à Davos la fin des 35 heures, l’enjoignant à «pass(er) à l’acte».

«Quand j’entends M. Macron à Davos, je dis simplement: +allons, passons à l’acte, agissons!+», a déclaré le sénateur Les Républicains dans l’émission le Grand Rendez-Vous Europe1/iTELE/LeMonde.

Le ministre de l’Economie a déclaré vendredi au forum économique mondial de Davos que le projet de réforme du code du travail signait «de facto» la fin des 35 heures.

«Il n’y a pas dans le pays chez nos dirigeants la vision de la gravité au bon degré», a poursuivi M. Raffarin, appelant à nouveau à un accord national non partisan pour lutter contre le chômage.

«Aujourd’hui, on estime qu’on va gagner les prochaines élections si on est dans le camp du pouvoir parce que le pouvoir a les moyens de gagner les élections et que finalement, en jouant un peu sur les statistiques du chômage tout ça va se redresser», a-t-il commenté, parlant de mesures «cosmétiques», «artificielles».

«Et puis d’autre part, dans l’opposition, on se dit que de toute façon, puisqu’ils sont en train d’échouer, c’est nous qui gagnerons», a analysé M. Raffarin. Il a néanmoins rappelé un «fait nouveau dans la politique» française: «quand la gauche ou la droite échouent, ce n’est pas l’adversaire de la droite ou de la gauche qui en profite, c’est le Front national».

Au-delà, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac a jugé qu’il existait «vraiment une corrélation entre les questions de sécurité et les questions économiques», soulignant la «fragilité» selon lui de la France, notamment vis à vis de ses partenaires européens sur les questions d’emploi, de dette ou de fiscalité.

«Quand je vois le budget de la Défense: si nous voulons tenir nos objectifs, il nous faudra passer à 2% du PIB, et on est encore loin d’être capables de faire ça, mais tant que nous ne ferons pas ça, nous ne serons pas à la hauteur», a-t-il explicité.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PtiGlaçon
25/janvier/2016 - 06h05
Il avait fait quoi quand il était premier ministre rien !
Portrait de pat10
24/janvier/2016 - 17h14 - depuis l'application mobile

Après avoir été pendant 10 ans avec tous les pouvoirs ils viennent nous dire qu'il faudrait supprimer les 35 heures ou supprimer l'impôt sur la fortune. Pourquoi ne pas l'avoir fait avant si c'était si désastreux pour la France?

Ou alors ils y trouvaient peut être un avantage quand même

Portrait de el maestro
24/janvier/2016 - 17h08

avec tout ses loosers c'est retour vers le futur

Portrait de BUCK JOHN
24/janvier/2016 - 17h06

Et après les 35 heures dont bénéficient beaucoup de personnes en France, quelle sera la prochaine loi sociale qui sautera ? La Sécurité sociale, la cinquième semaine, le retour à la semaine de 52 heures, les primes d'ancienneté....

Portrait de BUCK JOHN
24/janvier/2016 - 17h06

Et après les 35 heures dont bénéficient beaucoup de personnes en France, quelle sera la prochaine loi sociale qui sautera ? La Sécurité sociale, la cinquième semaine, le retour à la semaine de 52 heures, les primes d'ancienneté....