09/03/2015 15:17

Le mystérieux compte Twitter, spécialisé sur la famille royale et l'actualité saoudiennes, a été rétabli après 3 jours de suspension

Un mystérieux compte Twitter, spécialisé sur la famille royale et l'actualité saoudiennes, a été rétabli lundi après trois jours de suspension. "Je suis de retour avec le même compte", a indiqué dans un courriel adressé à l'AFP le détenteur du compte @mujtahidd, qui ne souhaite pas être identifié.

"La bonne chose est que j'ai gardé (sur ce compte) tous ceux qui me suivent", soit environ 1,8 million de personnes, a-t-il ajouté. Il a affirmé que ses tweets étaient destinés à donner une vision "plus juste et plus transparente" de la situation en Arabie saoudite. Certaines informations diffusées sur le compte se sont révélées fausses mais d'autres pertinentes, comme celle faisant état de la mort du roi Abdallah d'Arabie saoudite quelques heures avant l'annonce officielle de son décès le 23 janvier. Le compte avait été suspendu vendredi sans explications.

Alors contacté par l'AFP, le détenteur du compte avait accusé Twitter d'avoir cédé à des pressions et suspendu son compte. Selon lui, le réseau social avait invoqué la diffusion en avril 2014 d'un "document privé" en guise d'explication. "Pourquoi cette suspension a-t-elle été notifiée dix mois après le tweet ?", s'était interrogé le détenteur du compte, qui affirme tweeter depuis décembre 2011. "J'ai souligné auprès des administrateurs de Twitter la crédibilité du profil, qui est suivi par les cercles du pouvoir en Arabie saoudite", avait-il dit.

L'usage de Twitter est très répandu en Arabie saoudite, où même le nouveau roi Salmane dispose d'un compte officiel. Les médias sont, quant à eux, étroitement contrôlés par les autorités. L'Arabie saoudite, royaume ultra-conservateur du Golfe, a été répertoriée parmi les "ennemis d'internet" par l'ONG Reporters sans frontières (RSF), qui ne cesse de dénoncer une "censure implacable", alors que "s'était développée une certaine forme de liberté d'expression" ces dernières années.

Ailleurs sur le web

Vos réactions