24/01/2015 15:34

Libérée hier en Centrafrique, la française Claudia Priest raconte son calvaire: "Ils m'ont frappée!"

Comme vous l'a annoncé vendredi jeanmarcmorandini.com, Claudia Priest a été libérée en Centrafrique. Au lendemain de sa libération, l'humanitaire de 67 ans raconte sur BFM TV son calvaire.

"Je vais bien, j'ai passé une nuit calme et sereine et je suis bien entourée", a-t-elle d'abord expliqué, avant d'annoncer son retour en France pour "dimanche, 16 heures". Avant de raconter sa détention par des miliciens anti-balaka.

"Les débuts ont été très difficiles car ils se sont montrés menaçants et déterminés avec toutes leurs armes. Ils criaient beaucoup et m'ont frappée".

Et de préciser avec "quelques contusions et notamment des plaies aux pieds (...) Mais ce n'est rien". Clauda Priest a également précisé avoir été "dépouillée de ses biens personnels et professionnels".

Elle a expliqué avoir "beaucoup parlé" avec ses geoliers qui consultaient "ses dossiers de travail (...) Ils se sont rendus compte de ce que l'on faisait depuis 10 ans en Centrafrique, que c'était du bénévolat" pour le compte de l'ONG Catholique CODIS qui opère des enfants handicapés notamment. Avant d'être détenue avec son collègue par "des hommes sans armes".

"Je voyais les jours passer et même si on m'assurait que la libération était proche, passé midi on se disait que c'était fichu. La nuit paraissait toujours dangereuse car les hommes en armes pouvaient revenir", a-t-elle poursuivi.

Et d'ajouter que ce sont des divergences entre les rangs de la milice, au sujet de Rodrigue Ngaïbonan un des chefs des anti-balaka, qui ont permis leur libération.

"Un 'colonel' était très fâché et c'est lui qui a pris la décision de nous libérer sans avertir l'autre groupe", plus proche du "général Andjilo", a confié l'humanitaire.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Happy38
25/janvier/2015 - 09h51 - depuis l'application mobile

Pkoi aller a l'étranger faire de l'humanitaire ??? En France aussi on a beaucoup de malheureux ! Alors balayons déjà devant chez nous !!