11/01/2015 14:41

Charlie Hebdo - Plantu: "Ce qu'il faut, c'est s'intéresser aux dessinateurs quand ils sont vivants"

Plantu, dessinateur du Monde, appelle les patrons de presse à faire "preuve de courage" et à publier davantage de caricatures: "ce qu'il faut, c'est s'intéresser aux dessinateurs quand ils sont vivants", dit-il après l'attentat sanglant contre Charlie Hebdo qui a coûté la mort à cinq de ses confrères.

"C'est plus facile d'utiliser une photo qui ne dérange pas", note Plantu, qui a collaboré autrefois à Charlie Hebdo et dont les dessins illustrent aujourd'hui chaque jour la Une du Monde.

"Les rédactions ont peur des dessinateurs, elles se disent +il va nous échapper+ et cela a toujours été comme ça", explique-t-il .

"Moi, j'ai la chance d'être protégé par des directeurs et des rédacteurs en chef qui aiment, qui supportent et qui portent même le dessinateur", note-t-il.

"Ils savent bien que c'est parfois un peu limite mais ils pensent +bon, c'est notre dessinateur +!", ajoute le caricaturiste qui collabore également avec L'Express.

Jean Plantureux, de son vrai nom, demande aux patrons de presse -- les "décideurs en images", comme il les appelle -- d'avoir "le courage d'engager de jeunes dessinateurs et les laisser s'exprimer. Oui, cela demande un courage aujourd'hui que les décideurs en images n'ont pas".

Regard bleu et franc, Plantu montre un dessin de Chimulus, fils de Jacques Faizant, dans lequel un caricaturiste regrette que les dessinateurs n'intéressent les rédactions que "quand ils sont morts".

Ailleurs sur le web

Vos réactions