05/01/2015 11:25

Le quotidien Les Echos augmente son prix de vente de 20 centimes

Après Le Monde, Libération, le Figaro et Le Parisien, le quotidien économique Les Echos a également augmenté son prix de vente au numéro, qui est passé ce lundi à 2,20 euros contre 2,00 jusqu'ici.

Les Echos deviennent avec Le Monde, le quotidien le plus cher des kiosques. Le journal a augmenté régulièrement son prix de 10 à 20 centimes par an depuis 2007, où il était encore à 1,20 euros, avec une accélération des hausses depuis 2012. Il a augmenté de 1 euro en 7 ans. Le quotidien cherche à compenser la baisse de ses ventes au numéro, qui entre novembre 2013 et octobre 2014 ont reculé de 13,65% en moyenne. Celles-ci sont cependant remontées à 17.900 exemplaires en octobre alors qu'elles étaient tombées sous les 16.000 exemplaires en juin. Les ventes totales (abonnements, vente au numéro et numérique, ventes aux tiers) des Echos ont pourtant gagné 2% en moyenne entre novembre 2013 et octobre 2014, à 124.800 exemplaires. Une performance obtenue notamment grâce à une hausse continue de ses ventes en format numérique, qui ont progressé de 50% sur cette période, à 24.000 exemplaires.

Depuis novembre 2013, les ventes d'exemplaires numériques des Echos, bien moins chères dans le cadre de formules d'abonnements, ont dépassé les ventes en kiosque. En 2013 le journal avait réussi à maintenir ses ventes globales (+0,74%). Tous les quotidiens nationaux souffrent aussi à nouveau cette année d'une contraction des recettes publicitaires.

Sur les trois premiers trimestres de 2014, les revenus publicitaires de ces titres (hors internet et gratuits) ont reculé de 8,6% par rapport à la même période de l'an dernier, passant de 159 à 145 millions d'euros, selon l'Irep (Institut de recherches et d'études publicitaires).

Le titre détenu par Bernard Arnault, patron de LVMH, s'en sort cependant bien cette année, bien mieux que d'autres titres lourdement déficitaires, comme Libération: après plusieurs années de pertes, le groupe Les Echos sera bénéficiaire en 2014, le quotidien économique ayant enregistré sa "meilleure diffusion des dix dernières années (papier et digital)", avait souligné fin novembre son PDG Francis Morel.

"La part du numérique dans le chiffre d'affaires représente désormais 20%, avec un développement très spectaculaire, grâce à l'analyse des données", a-t-il ajouté.

Les activités hors médias (événements, études, etc.) représentent environ 30%, dont une partie dans le numérique, avait-il précisé. L'an dernier, le groupe Les Echos avait essuyé une perte opérationnelle courante de près de 3 millions d'euros, après -6,7 millions en 2012.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions