02/01/2015 13:25

Crash d’AirAsia: Les secours espèrent des "avancées importantes"

Les équipes de recherches de l’avion d’AirAsia qui s’est abîmé en mer de Java en Indonésie espéraient des «avancées importantes» vendredi, avec la participation attendue d’enquêteurs français, alors que 16 corps au total ont été repêchés et davantage de débris retrouvés.

Les enquêteurs français du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) pour la sécurité de l’aviation civile sont équipés notamment d’hydrophones en vue de détecter des signaux permettant de retrouver les boîtes noires de l’Airbus A320-200. Il a disparu des écrans radars dimanche, peu après son décollage de la ville indonésienne de Surabaya pour Singapour, avec 162 personnes à son bord, parmi lesquelles le copilote français Rémi Plesel.

Après avoir été confronté à de très mauvaises conditions météo, l’avion s’est abîmé en mer de Java, au large de l’île de Bornéo, où le mauvais temps et de hautes vagues ont freiné ces derniers jours les recherches de victimes et du fuselage de l’appareil, en particulier les boîtes noires, cruciales pour les investigations.

Les enquêteurs du BEA, qui doivent être acheminés dans la matinée par bateau dans la zone de recherches, sont «équipés de moyens de détection comprenant notamment des hydrophones en vue de localiser les balises acoustiques des deux enregistreurs de vol», a indiqué le BEA.

Au total, 29 bateaux et 17 avions participent aux recherches, a souligné vendredi le directeur des opérations de recherches et de secours, Bambang Soelistyo, évoquant «deux tâches prioritaires». «La première consiste à localiser la plus grande partie de l’avion. La seconde tâche, c’est de trouver l’emplacement des boîtes noires, ou enregistreurs de vol. Elle sera assurée par le KNKT (Comité de sécurité nationale des transports), qui commence à travailler aujourd’hui» vendredi, a ajouté M. Soelistyo lors d’une conférence de presse.

- 'Plonger dans cette zone prioritaire' -

«Des plongeurs sur le navire de guerre Banda Aceh attendent déjà pour plonger dans cette zone prioritaire, afin de localiser le fuselage de l’avion. J’espère que nous pourrons réaliser des avancées importantes», a-t-il souligné.

Les corps et débris repêchés jusqu’ici ont été retrouvés dans une zone relativement petite, ce qui semble indiquer que le fuselage n’est probablement pas loin, a déclaré de son côté un autre responsable des recherches, S.B. Supriyadi.

«Nous avons trouvé des parties de l’avion qui pourraient être une partie d’une aile ou de l’intérieur de l’appareil», a-t-il déclaré à la chaîne de télévision indonésienne MetroTV, en montrant une structure en bois blanche de 1,5 mètre sur 1 mètre.

Mais une autre structure en métal découverte dans la zone s’est révélée être une fausse piste, a-t-il ajouté, précisant qu’elle provenait peut-être d’un bateau qui a coulé en mer de Java.

Des dizaines d’épaves de bateaux, à la fois modernes et datant de la Deuxième guerre mondiale, gisent au fond de la mer de Java, qui fut le théâtre d’une des principales batailles de la campagne du Pacifique, lors de l’invasion de la marine japonaise qui infligea une défaite aux marines alliées au début des années 1940.

Des experts estiment que le pilote de l’avion d’AirAsia pourrait avoir réussi un atterrissage d’urgence sur l’eau avant que l’appareil ne coule, submergé par de hautes vagues. L’avion devrait se trouver à environ 25 à 32 mètres de profondeur.

La première inhumation d’une victime du vol QZ8501 a eu lieu jeudi, après que son corps a été remis à sa famille à Surabaya, deuxième ville d’Indonésie d’où l’avion était parti. Un centre de crise y a été installé pour procéder à l’identification des victimes.

A bord de l’Airbus de la compagnie malaisienne se trouvaient 155 Indonésiens, le copilote français, trois Sud-Coréens, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien.

2014 aura été une année noire pour l’aviation civile malaisienne, avec la perte de deux avions de la compagnie nationale Malaysia Airlines (vol MH 370 et MH 17), à laquelle s’ajoute celui d’AirAsia.

Ailleurs sur le web

Vos réactions