30/12/2014 17:09

Gmail bloqué en Chine: Un journal chinois renvoie à la responsabilité de Google

Le blocage en Chine de la messagerie Gmail pour des raisons politiques de sécurité est une hypothèse "douteuse", la question étant de savoir si Google est prêt à "obéir aux lois chinoises", a affirmé mardi un journal à Pékin.

"Au coeur du problème est la question de savoir dans quelle mesure Google est prêt à obéir aux lois chinoises, sur lesquelles la position de la Chine est inébranlable", a jugé le Global Times dans un éditorial.

"Il est douteux que la Chine ait bloqué Gmail seulement pour des raisons de sécurité" intérieure, a ajouté le quotidien.

Gmail, service phare du géant informatique américain, est le premier service de messagerie du monde.

Selon des experts indépendants, en bloquant l'accès en Chine à Gmail, les services de la censure à Pékin, sans doute les plus sophistiqués au monde, veulent pousser les internautes chinois à se tourner vers des boîtes mails locales, au contenu plus facilement accessible par la police.

Le Global Times s'est gardé de confirmer cette thèse, préférant noyer le poisson: "Les nouveaux problèmes d'accès à Gmail sont peut-être causés par la Chine, par Google lui-même, ou par les deux combinés", a-t-il assuré, en dénonçant l'attitude des médias occidentaux qui ont "immédiatement pointé du doigt les autorités chinoises".

Le journal, volontiers nationaliste, a insisté sur la longue histoire conflictuelle entre Pékin et Google qui, en 2010, s'était partiellement retiré de la Chine populaire et avait déménagé ses serveurs à Hong Kong, refusant de se plier à une censure draconienne.

Ces dernières années, les entraves pour se connecter en Chine à Gmail ou à d'autres services de Google, dont ses moteurs de recherche, se sont multipliées, culminant avec la fermeture vendredi des ultimes voies d'accès à Gmail.

La Chine est prête à ouvrir les bras à Google, à la condition que la société américaine respecte les lois chinoises, a insisté le Global Times.

"Mais Google fait primer son aversion à être encadré par les lois chinoises, ce qui débouche sur des situations conflictuelles", a affirmé le journal.

"La Chine accueille et soutient toujours les activités légales en Chine des investisseurs étrangers et continuera à leur fournir un environnement ouvert et transparent", a déclaré Mme Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, tout en déclarant qu'elle n'était "pas au courant" du blocage de Gmail.

Les services de Google ont été sérieusement entravés à l'approche du 25e anniversaire de l'écrasement du mouvement pro-démocratie de Tiananmen, le 4 juin 1989. Pékin a ensuite encore resserré l'étau de la censure face à la fronde d'habitants de Hong Kong qui ont exigé de pouvoir élire leur gouverneur en 2017 au suffrage universel plein et entier.

A Washington, le département d'Etat n'a pas directement accusé Pékin du blocage de Gmail. Mais un porte-parole, Jeffrey Rathke, a exprimé les "inquiétudes" des Etats-Unis quant aux "efforts de la Chine pour saper la liberté d'expression, notamment sur internet".

Ailleurs sur le web

Vos réactions