29/12/2014 18:29

Froid: Augmentation dans certaines villes françaises des capacités d'accueil des plus démunis

Les villes de Paris, Lyon, Calais ou Poitiers augmentent leurs capacités d'hébergement des sans domicile fixe, les plus exposés à la vague de froid qui a débuté ces dernières heures.

A Paris, en plus des 9.000 places permanentes d'hébergement d'urgence et des places dans des hôtels (14.000 unités par an), quelque "1.000 places d'hébergement sont en train de s'ouvrir", a expliqué à l'AFP Dominique Versini, adjointe à la solidarité et co-fondatrice du Samu social.

La Mairie peut notamment, à la demande de l'Etat, ouvrir des gymnases pour des périodes de trois semaines. Après celui des Invalides au début du mois, c'est celui de Ronsart (18e) qui a ouvert ces jours-ci. En tout, une douzaine de gymnases sont susceptibles d'être mobilisés.

Une unité supplémentaire d'aide aux sans-abris est également mobilisée pour les familles avec enfants qui ne souhaitent pas bénéficier de ces hébergements.

"Les capacités d'accueil ont augmenté depuis 20 ans mais les besoins aussi, avec la crise économique et l'accueil de familles étrangères", souligne Mme Versini, adjointe de la maire PS Anne Hidalgo.

La Ville proposera début février un Pacte de lutte contre l'exclusion, bâti avec l'Etat et les associations et qui couvrira toute la mandature, pour améliorer prévention et prise en charge, a indiqué Mme Versini.

A Lyon, la préfecture a annoncé que 125 places d’hébergement viendraient s’ajouter aux 3.500 places permanentes et aux 683 places de renfort ouvertes progressivement depuis le 5 novembre.

A Calais, le local aménagé pour accueillir les migrants dans le cadre du plan grand froid a ouvert ses portes dimanche vers 18H00 pour la troisième nuit consécutive. "On a déjà une trentaine de personnes", a déclaré à l'AFP David Lacour, le directeur de l'association Solid'R, chargée par la préfecture de gérer le site.

Le hangar industriel chauffé et équipé de matelas, d'une capacité de 400 à 500 places, avait accueilli 189 migrants dans la nuit de samedi à dimanche. Les migrants ont reçu un petit-déjeuner avant de quitter les lieux entre 09H00 et 10H00 dimanche matin.

Dans la Vienne, le niveau 1 du "plan grand froid" a été déclenché par la préfecture. Celle-ci a ainsi mis à la disposition des personnes sans abri, dès samedi soir, un "centre temporaire d'hébergement d'urgence" dans un gymnase à Poitiers.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jérôme
29/décembre/2014 - 22h36
je suis Charlie a écrit :



Tous les sans-abri peuvent être hébergés : la preuve par la Savoie!

 





Quinze mille personnes en moins de 24 heures hébergées facilement en Savoie.

 

Depuis 3 jours, FRANCE INFO nous abreuve des malheurs des vacanciers partis faire du ski, surpris par la neige et le froid et de la superbe efficacité des maires, rapides, organisés.

 

Tout le monde a été hébergé, nourri, réchauffé, conseillé pour leurs déplacements vers leur destination, les pistes de ski.


Chapeau, franchement, bravo!


Du coup, plus rien n'existait d'autre, aucune allusion aux sans-abri qui dans toutes les villes de France, sont obligés de dormir dehors, malgré le froid.

Quand les responsables politiques veulent trouver des hébergements, ils le peuvent très vite et très facilement. Les événements en Savoie sont une preuve flagrante.


Alors messieurs les élus d'Angoulème, de Tours, de Paris, de Marseille, de Calais et d'ailleurs, qu'est-ce que vous attendez ? "Ah mais ce n'est pas pareil, c'est beaucoup plus complexe et nous ne sommes pas responsables..." (je les entends répondre)


Allez basta! vous êtes écœurants, tristes et serviles.

 

 

http://blogs.mediapart.fr/blog/bichette/281214/tous-les-sans-abri-peuvent-etre-heberges-la-preuve-par-la-savoie

 

+1000

Tout en sachant que tous ces abrutis de naufragés de la route savaient qu'il allait neiger là bas...

Prévu depuis 1 semaine, mais pas pour les sans abris : Brest - 6°C ce matin, pas de centres ouverts en urgence...