06/11/2014 10:06

Bygmalion: Jérôme Lavrilleux parle pour la première fois depuis son exclusion de l'UMP

Comme vous l'a annoncé jeanmarcmorandini.com mardi, Jérôme Lavrilleux, ancien directeur de cabinet de Jean-François Copé à la présidence de l'UMP et ancien directeur adjoint de la campagne de 2012 de Nicolas Sarkozy, a été officiellement exclu du parti d'opposition.

Ce matin, dans une interview accordée à Europe 1, il est revenu sur cette affaire et voit dans son exclusion de l'UMP le signe de "petits caprices".
Il confie: "C'est quelque chose d'assez burlesque : on a exclu quelqu'un qui n'est plus membre de l'UMP", avant de dénoncer des "petites vengeances politiques".

Il s'en est alors pris à François Fillon, et Alain Juppé.
"Je suis désolé que des personnes oublient l'essentiel et en arrivent à certaines extrémités pour satisfaire des petites rancœurs, des petits caprices de certaines personnes qui n'ont pas accepté leur défaite aux élections internes de novembre 2012. Essentiellement François Fillon et son entourage...", a-t-il lâché.

Et d'ajouter: "J'ai vu dans l'Opinion un proche de François Fillon dire qu'il quitterait l'UMP si Jérôme Lavrilleux n'était pas exclu, je pense qu'il a fallu lui donner satisfaction".
Avant d'évoquer: "Je remarque juste que, pour un parti politique, qui essaie de défendre une certaine vision de la société, on réserve un traitement particulier aux uns et aux autres selon que vous êtes puissant ou selon que vous ne soyez pas aussi puissant qu'un ancien Premier ministre. Je remarque qu'Alain Juppé a été condamné de manière définitive sur des affaires liées au financement de parti politique ! Il a attendu d'être condamné définitivement pour quitter la présidence de l'UMP : jamais aucune mesure d'exclusion n'a été prononcée à son encontre".
"Je peux vous promettre que je ne voterai pas pour Alain Juppé compte tenu de son comportement... Je pense qu'il faut avoir une certaine ligne directrice. Il a payé pour sa condamnation mais je pense qu'on ne peut pas tout oublier dans la vie, et qu'il aurait dû avoir un comportement tout à fait autre", a-t-il poursuivi.

Ecoutez:

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de marc92230
6/novembre/2014 - 12h16 - depuis l'application mobile

IL A DES COUILLES C'EST BIEN !

Portrait de bertrandd bertrandd
6/novembre/2014 - 10h55

Sans foi, ni loi, les politiques ne calculent que leur intérêt

 

Portrait de lecoco
6/novembre/2014 - 10h38

Dommage qu'il ait des trous de mémoire, lui que devait tirer à boulets rouges sur ceux qu'il rendait responsable s'il était exclu du parti. Hélas, ce matin sur Europe 1, louanges sur sarkosy qui ne savait rien, rien sur Copé, un gros faux cul, quoi ...