11/10/2014 13:02

Ebola: Le gouvernement du Liberia veut chasser les médias des centres de traitement

Le gouvernement du Liberia a interdit l'accès des journalistes aux centres de traitement d'Ebola, empêchant les médias de couvrir un mouvement de grève dans une clinique saturée de la capitale, Monrovia.

Par ailleurs, la Mission des Nations unies au Liberia (Minul) a annoncé que 41 de ses membres, dont 21 militaires, étaient sous surveillance médicale depuis la contamination, d'un de ses responsables internationaux, selon un communiqué.

Ni l'identité ni la nationalité de ce responsable testé positif au virus le 6 octobre n'ont été révélés, mais les autorités allemandes ont annoncé jeudi l'admission d'un employé soudanais de l'ONU atteint d'Ebola en provenance du Liberia.

"Les journalistes ne sont plus autorisés à entrer dans les centres de traitement d'Ebola", a déclaré à la radio Sky FM le porte-parole du gouvernement, Isaac Jackson. "Ils violent l'intimité des gens, prennent des photos pour les vendre à des institutions internationales. Nous mettons fin à tout ça", a-t-il lancé en réponse à une question après que des journalistes venus couvrir un mouvement de protestation des personnels se sont vu refuser l'accès à la clinique Island à Monrovia vendredi.

"Il n'y a pas de protestation, tout se passe bien avec les personnels de santé et les patients sont bien soignés", a assuré M. Jackson au sujet de cet établissement ouvert en urgence le 21 septembre et administré par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sommant les journalistes de le croire sur parole.

Ailleurs sur le web

Vos réactions