26/09/2014 09:48

Le président de la TV publique espagnole démissionne, malaise à la rédaction

Le président de la radio et télévision publique espagnole, Leopoldo Gonzalez-Echenique, élu en 2012 par les députés conservateurs, au pouvoir dans le pays, a démissionné en évoquant des raisons "personnelles", les journalistes s'inquiétant à nouveau de "la main-mise du gouvernement".

Elu en juin 2012 grâce aux votes des députés du Parti populaire (PP), Leopoldo Gonzalez-Echenique a présenté sa démission au Conseil d'administration de la radio et télévision publique (RTVE) puis adressé une lettre aux employés dans laquelle il évoquait des motifs "strictement personnels", selon RTVE.

Il est remplacé provisoirement par un membre du Conseil d'administration, José Manuel Peñalosa, jusqu'à l'élection d'un nouveau président.

Les raisons de ce départ seraient en fait plutôt financières, selon un porte-parole de la Société des journalistes de TVE, qui n'est plus financée par la publicité depuis une loi de 2009: "Nous n'avions pas reçu le financement suffisant, ce qui nous empêchait d'élaborer une bonne programmation et il n'avait en outre pas rempli les objectifs qu'il s'était fixés: l'audience a baissé.

"Plus précisément, c'est parce qu'il n'avait pas obtenu une ligne supplémentaire de financement, à hauteur de 130 millions d'euros, de la part du gouvernement que le président de RTVE aurait démissionné, selon une information amplement diffusée par les autres médias espagnols.

Proche du PP, Leopoldo Gonzalez-Echenique avait été élu peu après la modification, controversée, par la droite de la loi sur la nomination du président de RTVE.

Dénonçant une situation de "paralysie" après le départ du précédent président, les députés ne s'étant pas mis d'accord sur le nom de son successeur pendant près d'un an, le gouvernement avait modifié en avril 2012 la loi votée six ans plus tôt par les socialistes, qui exigeait un consensus des deux-tiers des députés.

Une simple majorité suffit désormais, au deuxième tour, pour élire le président de RTVE.

Jeudi, les journalistes de TVE se sont réunis "en une assemblée improvisée en plein JT" à la mi-journée, une partie d'entre eux estimant que la couverture donnée sur la chaîne, n'évoquant que les "raisons personnelles", "n'était pas adéquate", a expliqué le porte-parole de la Société des rédacteurs. Celle-ci devait lancer vendredi une pétition pour dénoncer "la manipulation et la main-mise du gouvernement dans la télévision publique".

Ailleurs sur le web

Vos réactions