16/09/2014 14:20

Paul Amar rétorque à Elkabbach et l'accuse d'être responsable de la montée du FN - Regardez

Hier soir, invité de "C à vous" sur France 5, Paul Amar est revenu sur les propos tenus par Jean-Pierre Elkabbach dans l'émission de la chaîne publique, vendredi dernier.

"Est-ce que vous savez qui parle le mieux de Paul Amar ? Sa carrière ! Il ne faut jamais être victime de ses rancunes et de ses amertumes. Paul, l'aigreur est toujours mauvaise conseillère", avait lâché le journaliste après être revenu sur le pacte secret qu'il aurait passé avec Nicolas Sarkozy.

"Pour aller un tout petit peu au-dessus et pour ne pas rester dans ce bras de fer un peu stupide, je dis simplement que Jean-Pierre Elkabbach, et je maintiens ce que je dis, porte une lourde responsabilité dans l'émergence du Front national. Jean-Pierre Elkabbach a été l'un des journalistes politiques à inviter le plus Jean-Marie Le Pen dans les années 80. Demandez à la rédaction d'Europe 1 qui se souvient des éclats de rire dans le bureau d'Elkabbach quand il recevait Jean-Marie Le Pen. C'est la raison pour laquelle nous avons eu un différend lourd, lourd, sur le traitement de l'extrême droite dans l'audiovisuel public", a indiqué Paul Amar. 

Et d'ajouter : "Quand il dit par exemple qu'il m'a nommé au 20 Heures, je pense à Hervé Bourges [ancien président de France Télévisions, ndlr] qui doit ricaner ou éclater de colère, car c'est lui qui m'a nommé, tout simplement. Quand il dit qu'il m'a suspendu une semaine, c'était trois semaines. Il ne m'a pas viré à cause des gants de boxe. Mais, parce que toute la rédaction avait exigé que je revienne à l'antenne le soir à 20h. Et je suis revenu après les gants de boxe [qu'il a sorti, en 1994, lors d'un débat entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie, ndlr]. Le 4 juillet au matin, il m'a demandé de démissionner. Ce que je n'ai pas fait".

Paul Amar est également revenu sur le pacte secret qu'aurait passé Jean-Pierre Elkabbach avec Nicolas Sarkozy. "Quant à Sarkozy et le fameux pacte, je vous renvois à une déclaration de Sarkozy, ministre de l'Intérieur, en février 2006, est dans un avion avec des jeunes journalistes autour de lui. Il parle d'Elkabbach et que dit-il ? 'vous savez ce qu'a fait Elkabbach ? Il m'a appelé pour que l'on choisisse ensemble les journalistes politiques de la station'. Demandez à Sarkozy ! C'est de notoriété publique".

"Je ne parlerais pas de carrière, mais de parcours. Qu'est-ce qui est le plus glorieux ? Se faire huer sur la Bastille en 1981 ? Se faire débarquer de France Télévisions quand on est président après le scandale des animateurs producteurs ? Interviewé Sarkozy comme il l'a fait récemment et se faire traiter de carpette d'honneur par Libé ? Ecoutez je suis très fier de mon parcours", a conclu Paul Amar.

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sam50
19/septembre/2014 - 15h03
Seaskua. a écrit :

La montée en puissance du FN date des années 80 et François Mitterrand a instrumentalisé le FN pour en faire une épine dans le pied de la droite. Mais évidemment que les causes sont multiples et qu'elles s'expliquent par la compétition sur le marché du travail ou sur le logement social entre les français modestes et les immigrés.

Par contre, partir du principe que le FN ferait empirer la situation du pays est un postulat et une posture. En quoi le fait de vouloir privilégier les français dans l'accès au logement social nuirait à la situation du pays ? En quoi le fait de faire payer l'affiliation à la sécurité sociale pour les nouveaux arrivants nuirait à la situation du pays ? En quoi vouloir instaurer la préférence nationale dans l'accès à l'emploi nuirait à la situation du pays ? (A noter que pour l'accès aux fonctions publiques il faut être citoyen français ou citoyen de l'UE et que c'est une préférence nationale !)

Si le personnel politique prenait conscience qu'une Nation se doit d'abord à ses nationaux, la situation des françaises et des français s'améliorerait ! Et les relations avec les immigrés aussi d'ailleurs.

Les politiques que tu énumères n'arriveront pas à résoudre les problèmes existant de la France. En quoi la préférence nationale de l'accès à l'emploi et au logement permettrait de résoudre les problèmes des entreprises et du déficit ? Il faut une politique concrète afin de sortir de cette spirale infernale. Ce n'est pas en donnant la priorité aux français à certains services que les problèmes économiques et sociaux s'en iront. Si comme tu dis il faut donner la priorité aux français, la France devra régler le problème des "prétendus immigrés" sans droits qui ont pourtant la nationalité française pour la plupart...

Ce que propose le Front National en politique économique c'est de sortir de l'UE et de l'euro sauf qu'encore une fois, ces décisions sont irrationnelles. Après que le FN aura chouiné les français avec ce que tu as dis (la politique du "privilège"), il restera un énorme défi à réaliser pour la France : celui de ne pas se faire croquer par la mondialisation et les pays européens voisins...

 

 

 

Portrait de guybrush59
18/septembre/2014 - 18h36
Seaskua. a écrit :

François Mitterrand a parfaitement instrumentalisé le Front National et pas du tout inconsciemment.

1981 : Jean-Marie Le Pen n'est pas qualifié pour le 1er tour de la Présidentielle.

1988 : Il fait 14,38% des voix au 1er tour de la Présidentielle.

Concernant les 35 heures, vous semblez ignorer qu'elles sont payées 41 heures puisque le passage de 41 heures à 35 heures c'est fait sans baisse de salaire. (C'est le contribuable qui compense)

Quant à la retraite, sachant qu'il faudra 42 annuités pour une retraite à taux plein, un simple calcul démontre qu'avec une retraite à 60 ans, il faut travailler sans interruption de 18 ans à 60 ans. Ce qui est quasi impossible dans le privé et ce qui n'autorise pas à faire des études supérieures.

Le vice inhérent au capitalisme s'est l'inégale répartition de la richesse; La vertu inhérente au socialisme c'est l'égale répartition de la misère. Quant aux classes moyennes, elles sont coincées entre ceux qui peuvent défiscaliser ou s'expatrier et ceux qui bénéficient de toutes les aides. Et les résultats de l'économie française démontrent que cela ne fonctionne pas !

 

L'exemple de François Mitterrand ne tient pas pour moi. la montée du F.N. vient surtout de la déception de 82-83 et le retour a la rigueur. 88 montre déjà un changement de direction de la classe ouvrière. 

Quant aux 35H payés 41, il faudra me montrer comment. je suis à un tarif horaire sur une base de 37H payés 35 plus 2H de recup. 

 

Portrait de Sam50
18/septembre/2014 - 14h58

Je ne pense pas que la montée du Front National ne soit l'oeuvre que d'une seule personne (cf : François Mitterrand). La montée du Front National est due à une succession de politiques, de gouvernements qui ont déçu les français. A cela s'ajoute la crise économique aux problèmes du pays, le FN s'en nourrit avec plaisir mais au final, ce parti qui arriverait au pouvoir ne fera rien pour améliorer les choses. Bien au contraire, elle fera empirer la situation du pays...

Portrait de guybrush59
17/septembre/2014 - 21h50

La gauche a bien fait monté le F.N. mais a mon avis pas sciemment. Ils ont surtout décu les ouvriers et la classe moyenne en général. Comme d'ailleurs la droite avec sarko en 2007. Et je reste persuadé que le front ne fera pas mieux que les autres. La classe moyenne est seulement une notion que les politiques de tous poils ressortent aux moments des elections. et apres..???? la gauche aide les démunis et la droite nous promet 39h payés 35 avec une retraite à 65 ans! Et la classe moyenne? elle se fait gentillement draguer par le F.N.... La prochaine fois je vote blanc!

Portrait de Tex Azerty
16/septembre/2014 - 20h24

Paul Amar +500000 smiley

Portrait de garlaban
16/septembre/2014 - 18h07

Je pense Qu'Elkabach est aussi responsable du réchauffement climatique (avec sa dodoune).

Portrait de meganoun
16/septembre/2014 - 17h51 - depuis l'application mobile

complètement débile comme propos...la montée (hélas !) du FN est tout simplement la conséquence de gouvernements successifs incompétents et complètement déconnectes de ce qui préoccupe les français. Leurs soucis premiers...d'où cette désespérance et le succès sans préalable du populisme.
on va en effet droit dans le mur et ce n'est pas ce gouvernement en place, de loin le pire sous notre république, qui coupera les ailes à Le Pen.
Bien au contraire. ..Quelle tristesse.