04/04/2014 16:13

Harlem Désir, contesté, exclut un congrès ou une démission

Le nouveau Premier ministre, Manuel Valls, devrait assister à la prochaine réunion du Conseil national du Parti Socialiste, a indiqué vendredi son premier secrétaire, Harlem Désir qui, contesté par des membres de son parti, a repoussé l'idée de convoquer un congrès extraordinaire ou de démissionner.

"Nous n'avons pas, aujourd'hui, à organiser un congrès socialiste et à nous donner en spectacle mais au contraire à être rassemblés", a déclaré M. Désir sur i>TELE.

"Il faut au contraire que les socialistes serrent les rangs, qu'ils débattent. J'ai moi-même proposé que nous ayons un Conseil national qui va se tenir dans quelques jours, auquel le Premier ministre participera", a poursuivi le premier secrétaire du PS, élu en 2012.

Jeudi, le député Henri Emmanuelli, premier secrétaire de 1994 à 1995 et ancien président de l'Assemblée Nationale, a appelé à la tenue d'un congrès extraordinaire ou à une démission de Harlem Désir, estimant, dans une interview à Mediapart, que ce parti, "parc à moutons", était plongé "dans un coma profond".

Vendredi, Frédéric Cuvillier, non reconduit comme ministre des Transports dans le gouvernement de Manuel Valls, a également lourdement critiqué le parti et son premier secrétaire dans les colonnes du Parisien: "cette campagne (municipale, ndlr) a révélé au grand jour l'absence totale du PS national. Nous n'avons reçu aucun soutien de sa part. Le PS n'a eu aucune stratégie. Le malaise est général. Voilà vingt-deux mois que le parti est inaudible, absent".

"Si on considère qu'il faut tirer des leçons de la lourde défaite aux municipales, alors il faut le faire à tous les niveaux, y compris à la tête du PS. Certes, Harlem Désir a été élu par les militants socialistes, mais il y a une forme de responsabilité électorale qui doit être prise en compte aujourd'hui. Il y a besoin d'un électrochoc", a poursuivi M. Cuvillier.

"Ni après 1983 ni après 2001 nous n'avons procédé comme cela", a rétorqué vendredi M. Désir.

"Nous avons besoin que s'organise de façon plus étroite la coopération entre le Parti socialiste, le gouvernement et la majorité parlementaire. Que les militants, le PS puissent être associés et entendus", a-t-il estimé, avant de souhaiter "qu'il n'y ait pas d'étalage des divisions des socialistes, et une approche qui pourrait être politicienne."

Interrogé sur France Info, le député (PS) des Hauts-de-Seine Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, a pour sa part estimé que "changer Harlem Désir, ce n'est pas la question." "Je crois que le PS doit redevenir une voix qui porte et qui compte et il doit mieux s'organiser pour cela. Mais ne faisons pas une guerre de personnes, on n'est ni à l'école des fans ni à la Star academy, on a la responsabilité de travailler ensemble et de travailler mieux pour mieux réussir", a développé M. Germain.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de flo75
4/avril/2014 - 22h37
Camora a écrit :

 

Si tu es pas capable de comprendre ce que je dis fais toi aider !! je répète la déroute du PS c'est pas grâce à Copé mais aux électeurs de gauche qui se sont abstenus ou ont voté pour les autres partis de gauche voir FN  ..un baudet à la tête de l'UMP aurait eu le même résultat !!!

Portrait de tchoupa33
4/avril/2014 - 21h29

Depuis qu'il est à la tête du ps ... les renouvellements d'adhésions sont en baisse constantes. Ce type est à vomir ! Il est destructif ! C'est vraiment un très mauvais choix que de l'avoir placé là !

Portrait de flo75
4/avril/2014 - 20h16
Camora a écrit :

 

Copé n'a rien à voir avec le résultat des élections..l'abstention en est la cause..!!!

 

La gauche chute, le FN progresse, et la droite… stagne. C’est la statistique cachée de ce deuxième tour des municipales : les listes de droite ont recueilli dimanche 45,3% des bulletins exprimés, contre… 45,9% au second tour de 2008. Sa victoire électorale est donc surtout la conséquence du camouflet spectaculaire de la gauche, passée en six ans de 50,9% des voix exprimées à 43,8%. A l’inverse, la progression de l’extrême droite est spectaculaire : quasi absente du second tour en 2008 (0,4%), elle a recueilli 8,7% des suffrages exprimés dimanche.

 

Municipales 2014 : la victoire en trompe-l'œil de la droite

pauvre Lamire, tu es vraiment un borné incorrigible...même tes copains socialos parlent de débacle, bérézina, défaite la plus lourde.....allez  tu vas nous faire un c/c de leurs déclarations, mdr.

Portrait de AB1957
4/avril/2014 - 17h07

Mais que se soit Copé ou Désir même combat!!! aucun charisme on n'a vraiment pas envie de les suivre!!!!!

Portrait de gb4612
4/avril/2014 - 16h49

Je ne comprend pas que le Parti Socialiste soit dirigé par une personne donneuse de lecons qui n'est pas exemplaire "déja condamné et en plus il ne payait pas ses amendes du temps qu'il était sous Mitterand" et pourtant Francois Hollande a promis une république exemplaire ! ou est t'elle !