19/07/2013 15:01

Les "Cannabis Social Clubs" sur le point de disparaître

Les Cannabis Social Clubs (CSC), groupement de personnes produisant du cannabis pour leur consommation personnelle, né en début d'année dans quelques villes de France, sont en passe de disparaître, plusieurs ayant été dissous par la justice, a-t-on appris jeudi auprès du mouvement.

Alors que six Cannabis Social Clubs avaient été déclarés en préfecture, trois d'entre eux ont déjà été dissous et un quatrième doit l'être prochainement, a expliqué jeudi à l'AFP Jean-François Sarrazin, ex-membre d'un de ces clubs.

Les Cannabis Social Clubs sont des groupements d'adultes cultivant ensemble du cannabis pour leur consommation personnelle afin de s'affranchir du marché noir. Le mouvement est né en France officiellement en mars, avec la déclaration à la préfecture d'Indre-et-Loire de la Fédération des Cannabis Social Clubs.

Dans la foulée, l'initiateur du mouvement, Dominique Broc, avait incité tous les groupements déjà créés à faire reconnaître légalement leur existence en préfecture. Selon lui, plusieurs centaines de CSC existent officieusement en France.

Six d'entre eux ont fait la démarche de déclaration: à Tours (Indre-et-Loire), La Roche-sur-Yon (Vendée), Guéret (Creuse), Limoges (Haute-Vienne), Royan (Charentes-Maritimes) et Nantes (Loire-Atlantique). Tous ont été enregistrés et sont parus au Journal officiel.

Mais plusieurs procureurs se sont saisis de l'affaire, la production, la vente et la consommation de cannabis étant illégales en France.

La fédération a été dissoute le 20 juin, suivie par le CSC de Creuse le 25. Les CSC de Vendée et de Tours ont été dissous à la mi-juillet, tandis que celui de Guéret attend une décision similaire dans les jours prochains, selon M. Sarrazin.

Seuls ceux de Nantes et Royan n'ont pas pour l'instant fait l'objet de demande de dissolution par la justice.

"Ces décisions sont la première marche pour aller au niveau européen", a estimé M. Sarrazin. "On va faire appel. On ira ensuite en cassation, puis devant la Cour européenne des droits de l'Homme", a-t-il expliqué.

Même si d'autres groupements "aimeraient encore se déclarer officiellement" en préfecture, "on freine des quatre fers car cela nous coûte très cher" en frais judiciaires, a-t-il admis.

Farid Ghehiouèche, un ex-membre de la fédération, a regretté "l'absence de courage des responsables politiques à faire évoluer la loi pour offrir un cadre expérimental à cette initiative des Cannabis Social Clubs", "alors que de nombreux dirigeants de pays se positionnent pour l'ouverture d'un débat, et qu'en Europe la France bat des records de consommation en dépit d'une loi très dure".

Mais les CSC "renaîtront sous une autre forme", a-t-il promis.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DarkAngel
29/juillet/2013 - 00h05
jarod26 a écrit :

certains nous font vraiment ch... :(

smiley

Portrait de DarkAngel
29/juillet/2013 - 00h03
dolphins a écrit :

Certains devaient être accro

C'est quasi sûr

Portrait de DarkAngel
29/juillet/2013 - 00h00

Tant mieux au moins une co.... en moins

Portrait de Flivia44
23/juillet/2013 - 11h38
Shunshine a écrit :

Nooooooooooooooon :cry: :)

smiley

Portrait de Ridley
23/juillet/2013 - 11h07
Shunshine a écrit :

Nooooooooooooooon :cry: :)

bah il ne faut pas se mettre dans cet état smiley

Portrait de Ridley
23/juillet/2013 - 11h06

On nous supprime tout hélas

Portrait de Paula Roïd
19/juillet/2013 - 19h18
Looker2 a écrit :

Bah,tant que la législation sur le cannabis sera ce qu'elle est en France, ils n'ont qu'a faire comme beaucoup.

Cultiver leur propre herbe pour leur propre consommation annuelle, sans rien dire a personne, et sans monter de club ou autre association.0:)

et quand ils se feront gauler (car, ça fini toujours par arriver) soit par dénnonciation, ou parce ce que tu as sur toi l'équivalent d'un joint, ils se feront un grand plaisir de visiter la maison, tu seras un bon moment en garde à vue, ressortir avec une tête comme une enclume, en colportant l'odeur du "cachot" (on passe les détails) et l'état se fera un grand plaisir de t'envoyer le tarif! smiley

 

De toute façons tant que l'état ne touchera pas un dard sur le cannabis, ces associations seront démontés les unes après les autres malheureusement...

 

 

Portrait de ptifilou02
19/juillet/2013 - 15h27 - depuis l'application mobile

ouaiiii !! t'as pas des feuilles vieux.. j'veux bedave :)

Portrait de Gloubox
19/juillet/2013 - 15h22

C'est justes qu'ils ont pas trouvé le moyens de gagner de l'argent avec le cannabis et que la vieille france est toujours au pouvoir.Ils sont persuadé que la consommation va augementer si il le légalise mais c'est comme tout celui qui veut fumer fume,celui qui veut boire boit etc....Mais certaines mentalitée Francaise ne sont pas prête.

Portrait de Djo1
19/juillet/2013 - 15h22

Si ils ont un moyen de faire leur truc de leur coté sans emmerder les autres, ni alimenter les marchés souterrains, je vois pas pourquoi on les en empécherait. D'autant que la situation en matière de cannabis semble être en passe de changer dans les autres grand pays. 

 

Mais bon, c'est pas demain la veille qu'un de nos politiques prendra ce genre de risque politique, la question est trop épineuse

Portrait de lefoulon
19/juillet/2013 - 15h14 - depuis l'application mobile

bon chance