09/04/2013 10:13

Le mariage pour tous déjà dans le dictionnaire...

N’en déplaise aux opposants au mariage pour tous qui se réfugient derrière «la définition du dictionnaire» pour réfuter l’extension de ce terme aux personnes de même sexe, les pros du dico ont déjà pour la plupart entériné cette évolution de la société.

 

«Nous avons modifié dans le Petit Larousse 2014 (publié en juin 2013) la définition du mot +mariage+ en tenant compte du projet de loi en cours d’examen», indique Carine Girac-Marinier, directrice des Dictionnaires et Encyclopédies chez Larousse.

Auparavant, «mariage» y était défini comme un «acte solennel par lequel un homme et une femme établissent entre eux une union dont les conditions, les effets et la dissolution sont régis par les dispositions juridiques en vigueur dans leur pays...»

La définition 2014 précisera: «acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, ou de même sexe, établissent entre eux une union...», précise-t-elle.

Depuis 2009, Le Petit Larousse avait ajouté une sous-entrée «mariage homosexuel», la notion étant déjà débattue même si cette union n’existait pas dans la loi française.

La définition de «mariage» est d’ores et déjà actualisée dans le Larousse en ligne: «acte solennel par lequel un homme et une femme (ou, dans certains pays, deux personnes de même sexe) établissent entre eux une union...»

«Nous nous devons d’être réactif», ajoute Mme Girac-Marinier. Dans un autre domaine, le pape François a ainsi été intégré in extremis dans l’édition 2014.

Le temps des immortels

Son grand rival, Le Petit Robert, ne définit plus depuis une dizaine d’années le mariage comme l’union «d’un homme et d’une femme.»

«Mariage», dans Le Petit Robert 2013 est défini comme une «union légitime de deux personnes dans les conditions prévues par la loi».

«Notre définition est déjà ouverte et universelle, c’est pourquoi nous ne la changeons pas dans l’édition 2014 (publiée en juin 2013). De plus, la loi n’est pas encore votée. Quand elle le sera, la définition évoluera», assure-t-on aux Dictionnaires Le Robert.

Le temps des immortels est différent: une redéfinition du mot «mariage» dans le Dictionnaire de l’Académie française, garant du bon usage de la langue depuis plus de trois siècles, «est impossible puisque le 3e tome de la dernière édition (allant de Maquereau à Quotité) a été publié en novembre 2011», précise à l’AFP Mathieu Pasqualini directeur de cabinet du secrétaire perpétuel.

«La philosophie du dictionnaire de l’Académie est d’enregistrer l’usage établi d’un mot, pas de précéder cet usage. Les académiciens se donnent le temps de la réflexion. Et, de toutes façons, son rythme de parution ne permet pas de modification», explique-t-il.

«Le sens des mots n’est évidemment pas figé. Si l’usage évolue dans la pratique et le langage, la définition de +mariage+ pourra être revue dans la prochaine édition... dans une quinzaine d’années», relève M. Pasqualini.

Aujourd’hui, l’Académie définit le mariage comme «l’union légitime d’un homme et d’une femme formée par l’échange des consentements que recueille publiquement le représentant de l’autorité civile».

«Des universitaires s’interrogent pour savoir si le législateur a le droit de modifier le sens des mots... Mais l’Académie ne juge pas sur le fond, elles consacre un usage», souligne-t-il.

Le dictionnaire en ligne de l’Académie ne permet pas non plus de modifier les définitions déjà entérinées dans l’édition papier. «Dans l’avenir, cela pourrait changer. Peut-on se permettre d’attendre 10 à 15 ans pour modifier notre dictionnaire ? Sans devenir annuel, il faudrait trouver un moyen terme», note M. Pasqualini.

La rédaction de la 9e édition de ce monument de la langue française avait commencé dans les années 80 sous l’égide de Maurice Druon, avec une publication du premier tome en 1992.

Quant à la première édition du dictionnaire, elle date de 1694, soixante ans après la fondation de l’Académie.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de phix
10/avril/2013 - 07h52

Cette manipulation jusque dans le sens des mots montre que la vermine est à tous les étages de la société.

Portrait de T22
9/avril/2013 - 16h58
Sebangu a écrit :

Quelle honte. Afin de respecter un promesse de campagne (qui sera certainement la seule de son mandat) Monsieur Hollande et son Gouvernement ont mené une politique agressive et ont mis en plance une propagande sans précédent sur cette question du Mariage Pour Tous. Nous ne sommes plus une démocratie, nous ne sommes plus en répuplique. Ces abérrantes gens imposent leurs idées (et font taire ceux qui ne sont contre) et continuent sur leur lancée en se foutant de ce que pensent le peuple alors que toutes les formations politiques et de nombreux Français de tous les bords, Gauche y compris, tentent de tirer la sonnette d'alarme. Pitoyables Crypto-Staliniens !

Informez vous cher ami ! Ce n'est pas le gouvernement d'Hollande qui à mis en avant les enfants face aux gendarmes lors des manifs pour tous. Ce n'est pas le gouvernement d'Hollande qui a remplis les murs d'un bâtiment -où a eu lieu une réunion pour le mariage pour tous- avec leurs affiches ! Ce n'est pas le gouvernement d'Hollande qui interrompt et empèche des débats démocratique publique sur le mariage pour tous ! Ce n'est pas le gouvernement de Hollande qui monopolise les panneaux d'affichages de ma ville et des villes voisines avec leurs opinions sur le mariage pour tous ! Cela dit ce n'est pas non plus Frigide Barjot mais les extremistes ! Oui, informez vous cher ami !

Portrait de T22
9/avril/2013 - 16h48

Bonne nouvelle !

Portrait de lyly21
9/avril/2013 - 14h20
archadeus a écrit :

Effectivement les acamédiciens suivent la politique dictée par le pouvoir en place.

Déjà pour prendre un exemple relativement récent, le mot "race" a été re-définit. Dans l'idée que parce qu'il n'y aurait qu'une seule race (humaine) le racisme serait supprimé !! ....?? 

 

Tôt ou tard  viendront la re-définition, voire les suppressions  de certains mots, devenus de véritables "maux" puisqu'ils sont en totale contradiction avec la volonté du pouvoir politique en place qui cherche à imposer de manière autoritaire "sa" société qu'il a l'arrogance de qualifier de progressiste.

 

Ci-dessous, deux exemples de mots qui dérangent et finiront par être re-définis, (le but suprême étant de les supprimer purement et simplement) :

- le "genre" n'existera plus, il n'y aura plus d'homme, ni de femme mais un humain

- le "père"  et la "mère" n'existeront plus, remplacé par parent 1, parent 2

- etc ..

 

Féliciation, vous avez bien appris la leçon, bourrage de crane des anti-mariage pour tous. Par contre faudrait qu'ils pensent à la revoir et la modifier, il y'a quelques erreurs...