02/04/2013 10:49

Le promoteur AEG au tribunal pour répondre de la mort de Michael Jackson

Le souvenir de Michael Jackson hantera une fois encore les tribunaux de Los Angeles, mardi, avec l'ouverture du procès du promoteur de concerts AEG, auquel la mère et les enfants de la star défunte réclament des milliards de dollars pour négligence.

Après le procès retentissant du docteur Conrad Murray à l'automne 2011, qui s'était soldé par sa condamnation à quatre ans de prison pour homicide involontaire, les yeux se tournent maintenant vers le groupe AEG, producteur d'une série de 50 concerts que le "roi de la pop" devait donner à Londres.

C'est pendant les dernières répétitions de ce spectacle que Michael Jackson avait succombé, le 25 juin 2009, à une surdose de propofol, un puissant sédatif qu'il utilisait comme somnifère avec la complicité bienveillante du Dr Murray.

Katherine Jackson, 82 ans, ainsi que les enfants de la star, estiment qu'AEG a fait preuve de négligence en embauchant Conrad Murray pour veiller à la santé de leur fils et père, et qu'ils sont donc en partie responsables de sa mort brutale, à l'âge de 50 ans.

Ils réclament au promoteur pas moins de 40 milliards de dollars, en dédommagement des revenus qu'aurait pu engranger le chanteur de "Thriller" s'il était encore en vie. Un montant qualifié d'"absurde" par AEG.

Le procès débute mardi avec la sélection du jury, en prélude aux débats, qui pourraient durer entre un mois et six semaines, selon la porte-parole de la Cour supérieure de Los Angeles.

Selon les médias locaux, Conrad Murray, qui purge sa peine de prison près des Los Angeles, est sur la liste des témoins mais aurait refusé de témoigner.

En revanche, Katherine Jackson et les enfants aînés de la star -- Prince, 16 ans, et Paris, 14 ans -- devraient se présenter à la barre des témoins.

Il a fallu une longue procédure judiciaire pour finalement aboutir au procès d'AEG, qui n'a eu de cesse de répéter, depuis la mort du chanteur, que le groupe n'était en rien responsable du drame. Ses responsables avaient d'ailleurs déjà témoigné lors du procès de Conrad Murray.

Mais Katherine Jackson n'a rien voulu entendre, restant persuadée qu'AEG, outre le choix "négligent" du Dr Murray, a exercé trop de pressions sur son fils, contribuant à ruiner sa santé physique et mentale.

AEG rétorque que le chanteur n'avait pas attendu les répétitions de ses concerts londoniens pour abuser des médicaments, et notamment du propofol. Le groupe assure en outre qu'il n'avait pas décidé d'embaucher Conrad Murray.

La juge Yvette Palazuelos, qui préside les débats, a jusqu'ici refusé de laisser filmer le procès. Les chaînes de télévision CNN et NBC devraient revenir à la charge mardi, en rappelant que le procès de Conrad Murray avait été quant à lui diffusé en direct.

Ailleurs sur le web

Vos réactions