11/12/2012 17:49

Russie: Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov intéressé par le quotidien Vedomosti

Le milliardaire Mikhaïl Prokhorov, ex-candidat à la présidentielle russe, envisage de racheter une part du quotidien libéral Vedomosti, affirme mardi le journal Kommersant.

Vedomosti, édité en partenariat avec le Wall Street Journal et le Financial Times, est une des principales voix critiques par ses éditoriaux politiques dans la presse quotidienne russe.

Selon Kommersant, qui cite quatre sources proches du dossier, la holding Onexim contrôlée par M. Prokhorov a proposé un échange d'actifs à l'un des actionnaires occidentaux de Vedomosti, Sanoma Independent Media, filiale d'un groupe européen coté à Helsinki.

Onexim récupérerait la part de Sanoma dans Business News Media, la société éditrice de Vedomosti, et lui cèderait en échange Salon-Press, qui publie des magazines de décoration intérieure.

Vedomosti est détenu, "à parité" selon Kommersant, par Sanoma, le britannique Pearson, qui édite le Financial Times, et News Corp, le conglomérat du milliardaire Rupert Murdoch qui publie le Wall Street Journal.

Sanoma a indiqué ne pas "commenter les rumeurs". Gleb Prozorov, directeur de Vedomosti, a dit "ne pas être au courant" d'une telle possibilité dans un courriel à l'AFP.

Onexim n'a pas donné suite aux sollicitations de l'AFP.

Il n'a pas non plus été possible de confirmer dans l'immédiat la part de Sanoma dans Vedomosti.

Fondé en 1999, Vedomosti revendique une diffusion de 80.000 exemplaires par jour.

Sa société éditrice a subi, selon Kommersant, une perte nette de 26 millions de roubles (environ 650.000 euros) en 2011.

Mikhaïl Prokhorov, 47 ans, dont l'empire va de l'industrie minière aux nouvelles technologies, est entré en politique en 2011 et est arrivé en troisième position avec environ 8% des voix derrière Vladimir Poutine et le communiste Guennadi Ziouganov lors de la dernière élection présidentielle.

Mais il s'est toujours abstenu d'attaquer frontalement Vladimir Poutine et ses motivations politiques ont fait l'objet d'interrogations au sein de l'opposition russe.

Ailleurs sur le web

Vos réactions