10/12/2012 17:21

Sondage: Enseignant, un métier d'avenir pour huit Français sur dix

Enseignant est un métier d'avenir pour près de huit Français sur dix (78%), selon un sondage CSA commandé par le ministère de l'Education, dévoilé lundi avant le lancement d'une campagne de recrutement de 43.000 professeurs.

De même, 81% des sondés disent avoir une image positive du métier (89% chez les sympathisants de gauche, 74% chez ceux de droite). Les trois-quarts (76%) seraient fiers que leur enfant devienne enseignant.

Les profs aiment leur métier selon 87% des sondés, s'investissent dans leur travail (82%) ou encore méritent une plus grande reconnaissance sociale (77%).

Ce sondage CSA a été réalisé par téléphone les 21 et 22 novembre auprès d'un échantillon représentatif de 1.007 personnes âgées de 18 ans et plus, suivant la méthode des quotas.

Le ministre de l'Education Vincent Peillon va lancer lundi une campagne pour inciter les étudiants à se présenter aux concours d'enseignants. Car le gouvernement a prévu de créer 60.000 postes dans l'enseignement sur le quinquennat, en plus des remplacements des départs à la retraite, et de recréer une formation des enseignants, après la suppression de 80.000 postes sous la droite et la quasi-disparition de la formation.

Les étudiants des futures Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) toucheront un salaire et feront une entrée progressive dans le métier, travaillant d'abord à mi-temps.

"Etre payé à temps plein pour faire cours à mi-temps est une revalorisation substantielle en début de carrière", a estimé M. Peillon.

Sur trois ans, 18.000 "emplois d'avenir professeur" seront aussi créés, pour permettre à de futurs enseignants d'origine modeste de faire ces longues études.

Au moment "réjouissant" de voir de nouveau l'Etat recruter des enseignants, "il va falloir remobiliser les vocations, qui existent, notamment avec une politique salariale digne de ce nom pour des gens recrutés à bac+ 5", selon Sébastien Sihr, du SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire.

Une étude sur le climat scolaire dans le primaire, menée par le professeur Eric Debarbieux auprès des personnels, publiée en septembre, faisait ressortir "un malaise sociétal profond", évoquant "la relation aux parents d'élèves, le sentiment de ne pas être respectés, reconnus et pris au sérieux comme professionnels, le dénigrement par les médias".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de caramelus
11/décembre/2012 - 00h37

au lieu de recruter des profs ils feraient mieux de donner du boulot à ceux qui sont en attente de mutation ,

Portrait de Steph Anie
10/décembre/2012 - 20h03 - depuis l'application mobile
waze a écrit :

Je suppose bien sûr que pour affirmer une telle chose, vous êtes professeur ! Votre message correspond tout à fait au climat que je décrivais dans mon précédent message.Je ne suis pas pour une telle augmentation du nombre de professeurs, surtout qu'ils ne seront pas placés au bon endroit.

Oui Waze, et je suis entièrement d'accord avec vous.

Portrait de waze
10/décembre/2012 - 19h56
xanadu016 a écrit :

Si tu veut glander , c'est un tres bon metier !!

Je suppose bien sûr que pour affirmer une telle chose, vous êtes professeur ! Votre message correspond tout à fait au climat que je décrivais dans mon précédent message.Je ne suis pas pour une telle augmentation du nombre de professeurs, surtout qu'ils ne seront pas placés au bon endroit.

Portrait de Steph Anie
10/décembre/2012 - 19h54 - depuis l'application mobile

Eh ben...entre la droite qui supprime à tours de bras et la gauche qui racole dans un pur esprit de démagogie....
Et je parle de ce que je connais, ce qui n'est pas le cas de certains, de toute évidence...

Portrait de waze
10/décembre/2012 - 17h51

Je suis professeur des écoles et j'adore mon métier. Je ne me plains pas de mon salaire, même s'il pourrait être revalorisé ( rappel : nous sommes payés 10 mois étalés sur 12, pas de plateau repas, pas de frais de déplacement ).

Je m'étonne quand même des résultats de cette enquête, car au quotidien, je n'entends que des : " tu fais ce métier pour les vacances, t'es une planquée, tu ne travaille pas beaucoup etc.) ... Les gens ont souvent une image fausse et négative de ce métier qui n'est, ni plus ni moins difficile qu'un autre.