10/12/2012 18:33

Selon un sondage, les Français sont de plus en plus réticents face aux médicaments génériques

Les Français sont de plus en plus réticents face aux médicaments génériques, avec une défiance qui a augmenté de 5 points en un an, selon un sondage Ifop publié aujourd'hui. Alors qu'ils étaient encore 62% en 2011 à accepter systématiquement la substitution d'un médicament d'origine, ils ne sont plus que 57% à l'accepter cette année, selon le sondage réalisé pour le groupe de pharmaciens PHR.
Les Français sont également plus réservés quant à l'efficacité des génériques, 72% la jugeant similaire à celle des médicaments d'origine contre 77% en 2011. Quant à la perception de la sécurité des génériques, elle baisse de 10 points, avec 61% des Francais se déclarant convaincus que ces médicaments sont "aussi sûrs" que les médicaments d'origine, contre 71% en 2011.
Les personnes interrogées sont également très critiques vis-à-vis de la loi de 2006 qui a supprimé le tiers payant en cas de refus des génériques, estimant, pour 46% d'entre elles, qu'elle porte atteinte à leur liberté. Les personnes âgées de 35 à 49 ans sont même majoritaires (51%) à remettre en cause cette mesure, strictement appliquée depuis le 1er juillet 2012 par les pharmaciens
L'économie que représente les génériques continue en revanche à faire consensus, avec 82% des Français estimant que ces médicaments sont plus économiques que les médicaments d'origine. La Sécurité sociale rembourse aujourd'hui quelque 700 millions de boîtes de génériques par an, soit près de deux fois plus qu'en 2006, ce qui a permis d'économiser 1,3 milliard d'euros par an. Le taux de substitution est actuellement de 76%, ce qui est jugé encore insuffisant par les autorités.
Lucien Bennatan, le président du groupe PHR (qui représente 11% des pharmacies en France), reconnaît "qu'il reste du chemin à parcourir" et que les professionnels de santé "devront sensibiliser davantage les patients". Pour restaurer la confiance des Français, il préconise de remplacer la loi sur le tiers payant "par une action pédagogique, relayée à travers une campagne d'information nationale et qui serait soutenue par les pharmaciens".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Flivia44
13/décembre/2012 - 08h36
jarod26 a écrit :

c'est fou ce qu'on consomme comme médicaments en france

+5

Portrait de Flivia44
13/décembre/2012 - 08h35
pocky34 a écrit :

80% des générique sont importés d'Asie !?!?!?!

On ne sait pas les faire en FrancE ??????????

Montebourg a du boulot smiley

Portrait de fabienne59370
11/décembre/2012 - 13h37
Erwan56 a écrit :

Une préparatrice en pharmacie n'est qu'une vendeuse spécialisée, ne vous en déplaise. Ceci depuis que l'immense majorité des pharmaciens d'officine ne préparent plus rien en matière de médicaments. Vous donnez des conseils sous l'autorité du pharmacien et ces conseils sont strictement encadrés. Vous n'avez même pas le droit, normalement, sans l'avis du pharmacien, de remplacer un médicament par un autre.

 

Désolé mais quelqu'un qui se contente de lire une ordonnance et aller chercher les éléments de la prescription,en ne pouvant prendre d'initiative sans obtenir l'aval d'un tiers est une simple vendeuse spécialisée.

En plus quelqu'un qui emploie un mot savant pour masquer son incapacité orthographique est dérisoire. La dysorthographie n'empêche pas d'écrire correctement les mots professionnels comme "excipient". Et elle n'empêche pas non plus d'ouvrir un dictionnaire ou d'utiliser un correcteur orthographique.

 

Lorsque je lis "vous ne me connaissais pas" sous la plume de quelqu'un qui se dit une professionnelle de la pharmacopée et du médicament, je me dis qu'il faut fuir absolument le lieu où elle exerce sa profession. Car étant incapable d'écrire correctement, sait-on seulement si elle est capable de lire correctement !

 

Allez, retournez donc faire votre métier de vendeuse payée au SMIC au lieu de m'interpeller. Profitez en pour regarder le salaire des vendeuses de vêtements et voir qu'il est identique au vôtre. Sauf qu'elles ne se prennent pas pour des lumières et ont la possibilité, un jour, d'ouvrir leur propre magasin. Vous, la seule possibilité que vous ayez ce sont des varices à 60 ans, avec le même salaire et sans la moindre progression. Et, cerise sur le gâteau, en ayant une convention professionnelle qui ne prévoit même pas un 13ème mois.

 

Désolé de vous le dire mais préparatrice en pharmacie cela fait chic dans le bourg mais pour qui connait le domaine c'est la pire profession à exercer. :)

 

il est trés heureux  pour moi de ne pas avoir choisi mon métier pour l'argent à se faire , je ne suis pas au smic mais trés légérement au dessus est ce n'est  pas chére payé pour les responsabilité que l'on a effectivement dans les textes le préparateur excerci sous le controle effectif du pharmacien mais dans la pratique il n'en ai rien et quand j'ai un doute sur une prescription je téléphone au médecin pour lui en faire part et c'est le médecin qui change ( tous les pharmaciens doivent prosédé ainsi) le prépérateur en pharmacie est la seule personne capable de seconder le pharmacien

Portrait de fabienne59370
11/décembre/2012 - 09h48
Erwan56 a écrit :

Ma définition du médicament n'est pas fausse, elle est condensée pour faciliter la lecture et n'est pas un copié-collé d'un site quelconque. Je vous cite "(je suis préparatrice en pharmacie depuis 8 ans mais j'ai commencer ma carriére en tant qu'apprentis il y a 12 ans)" Je rectifie en français : (Je suis préparatrice en pharmacie depuis 8 ans mais j'ai commencé ma carrière par l'apprentissage il y a 12 ans) Etre une vendeuse spécialisée ne fait pas de vous une spécialiste de la pharmacopée, ni une spécialiste du médicament. La médiocrité de votre orthographe suffit à d'ailleurs à qualifier votre niveau au sein d'une officine. Ecrire "exipiants" au lieu de "excipients" montre enfin que vous ne maîtrisez pas le sujet. Et c'est un conseiller Giphar qui vous le dit !

pour un conseiller Giphar ne pas faire la différence entre une préparatrice et une simple vendeuse c'est énorme , moi quand on viens me voir je donne un conseil si la personne ne veut pas acheter je ne la force pas je ne suis pas là pour ça et les personnes vennant dans les officines ou je travailler vennais surtout pour la qualité des conseils apporter 

et me juger sur mon orthographe c'est trés puérile vous ne me connaissais pas mais je pense que vous savais ce qu'est la dysorthographie

Portrait de Boubaa
11/décembre/2012 - 09h15

moi je comprens les gen il veus ses medicamens moi je le veut pas non plus on sais pas cet qi qi les fais si vons marché ou pas on a pas obligé les gen de prendre sa si il veules pas

Portrait de brems
10/décembre/2012 - 20h49

Perso je n'aime pas les génériques par exemple le toplexil un médicament contre la toux ce n'est vraiment pas le même en générique il est moins efficace et il n'a pas le même goût. Iden avec la carbocistéïne je préfère le bronchokod.

Quand ils feront des générriques 100 % identiques, je changeras d'avis.

Portrait de fabienne59370
10/décembre/2012 - 20h41

je tiens à vous dire que 98% des génériques en france sont bien fabriquer soit chez nous soit en europe

la différence entre princeps et générique est trés mince puisse qu'il y a de pus en plus d'auto générique c''est à dire que le labo fabriquant le princeps fabrique ausssi le générique donc même molécule et même exipients puisse que fabriquer sur la même chaine , quand cela n'est pas le cas c'est surtout pour des question d'évolution car un générique ne peut arriver sur le marché que quand la molécule tombe dans le domaine publique soit 10 ans aprés le dépot de brevet est que en 10 ans les exipiants peuvent avoir évolué et rendre le principe actif plus vite disponible dans l'organisme

concernant l'aplication du tiers payant contre générique cela pourrait enfin montrer aux français combient coute leur traitement car depuis longtemps ils ne paie plus rien à la pharmacie et ne savent plus le cout des médicaments et je trouve que l'on devrais avoir ce systéme pour touts les médicament générique ou pas comme il y a fort longtemps comme ça nous ne verrion pas les pharmacie fermée les unes aprés les autres pour cause de dépot de bilan car  trop de difficulter de se faire remboursé et par les caisses d'assurance maladie et par les mutuelles

@Erwan56 votre définition du médicament est fausse voici la vrai définition telle que je l'ai apprise en cours de législation pharmaceutique

(je suis préparatrice en pharmacie depuis 8 ans mais j'ai commencer ma carriére en tant qu'apprentis il y a 12 ans)

«On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou chez l'animal ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique.

Sont notamment considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits, soit des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d'épreuve.Les produits utilisés pour la désinfection des locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés comme des médicaments. Lorsque, eu égard à l'ensemble de ses caractéristiques, un produit est susceptible de répondre à la fois à la définition du médicament prévue au premier alinéa et à celle d'autres catégories de produits régies par le droit communautaire ou national, il est, en cas de doute, considéré comme un médicament. »            

Portrait de fthec
10/décembre/2012 - 20h36
jvachez a écrit :

Le problème c'est que le médecin met toujours le nom du médicament non générique sur l'ordonnance, du coup si l'on prend des génériques il faut faire des correspondances de nom de médicament ce qui complique la vie.

les futurs médecins apprenent et prescriront en DCI (au lieu de mettre Doliprane il mettent paracetamol)