06/12/2012 09:49

Grille réaménagée de France 3 : Réalisateurs et producteurs s'inquiètent

Les réalisateurs et producteurs de fictions et documentaires se sont inquiétés mercredi de l'annonce par France Télévisions du réaménagement des secondes parties de soirée de France 3, avec la suppression de cases consacrées aux documentaires ou aux films.

"A quoi joue (le président de France Télévisions) Rémy Pflimlin?", s'interrogent dans un communiqué commun l'ADDOC (Association des cinéastes documentaristes), le Groupe 25 Images (réalisateurs de fictions de télévision), la Scam (Société civile des auteurs multimédia), le SPI (Syndicat des producteurs indépendants), la SRF (Société des réalisateurs de films) et l'USPA (Union syndicale de la production audiovisuelle).

"Alors même qu'elle entame la négociation de l'avenant à son Contrat d'objectifs et de moyens (COM) avec l'Etat afin de prendre en compte la nouvelle donne budgétaire imposée par la loi de finances 2013, France Télévisions décide brutalement et unilatéralement l'arrêt de toutes les cases de diffusion d'oeuvres audiovisuelles et cinématographiques de seconde partie de soirée sur France 3 du lundi au jeudi", poursuivent-ils.

"Ces cases de seconde partie de soirée sont essentielles dans la diversité de l'offre du groupe France Télévisions et pour la création", soulignent-ils.

Rémy Pflimlin a annoncé mardi un réaménagement des programmes de deuxième partie de soirée de France 3, afin de permettre des économies. Un "Grand Soir 3", rendez-vous d'information d'une durée d'une heure contre 25 minutes actuellement, sera lancé en mars, entraînant la suppression, le déplacement ou l'aménagement des émissions qui jusque-là succédaient au journal.

Parmi elles, le documentaire du lundi ou le deuxième film du jeudi, qui devraient disparaître. "Quelques semaines après des attaques répétées sur les investissements dans la création, c'est maintenant l'exposition des oeuvres qui est visée" déplorent réalisateurs et producteurs, jugeant que la création "ne fait pas partie des priorités" de Rémy Pflimlin. M. Pflimlin avait annoncé fin octobre que France Télévisions ne pourrait pas maintenir le niveau d'investissement atteint en 2011 pour la création, soit 416 millions d'euros dans la production d'oeuvres audiovisuelles et près de 63 millions de soutien au cinéma.

Dans un communiqué séparé, M. Pflimlin a dénoncé les critiques des producteurs et réalisateurs. "Alors que des emplois directs et indirects sont en question, et que je dois prendre des décisions lourdes de conséquences pour nos chaînes, qualifier celles-ci de jeu est inacceptable et irresponsable", a-t-il réagi.

"Alors que la représentation nationale envisage, malgré la situation économique, de demander aux Français une contribution supplémentaire à l'audiovisuel public, les représentants des producteurs seraient mieux inspirés de dépasser leurs intérêts particuliers au profit de l'intérêt général", a-t-il conclu.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de fleur501
6/décembre/2012 - 12h42
broca a écrit :

ils sont devenus fous a france 3

décidement la gauche a l'art de casser la télé

on se rappelle l'epoque mitterand ou tf1 a été privatisée, la 5 etc..

est ce quils ont lintention de vendre une des chaines du groupe? on se demande..et à qui? bernard tapie?smiley

 

quand on ne sait pas quoi dire, on dit que c'est la faute de la gauche !!! vous dites n'importe quoi !!

maintenant je ne suis pas d'accord avec leur nouvelle grille non plus !

Portrait de Boussardel
6/décembre/2012 - 12h14

Et les personnes qui font les films ne sont pas que des réalisateurs et des producteurs Monsieur Pfimlin. Il y a des comédiens, des cadreurs, des électros, des machinos, des chefs opérateur, des scriptes, des maquilleuses, coiffeuses, habilleuses, régisseurs, cantines, post producteur. un film fait intervenir 60 personnes. Monsieur Pfimlin préfère virer ce qui ne se voit pas plutôt que de toucher les gens travaillant chez France TV.