11/10/2012 09:33

Les quotidiens nationaux absents des kiosques dans 19 grandes villes ce matin

Les quotidiens nationaux devraient être absents des kiosques jeudi matin dans 19 grandes villes de province, en raison d'un mouvement de grève dans une partie des dépôts de presse pour protester contre le plan social à venir chez Presstalis, ont indiqué les syndicats mercredi.

La grève est lancée par le Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT (SGLCE-CGT), la CFE-CGC et le SNE-CFDT de la SAD (Société d'agence et de diffusion), filiale de Presstalis.

La SAD rassemble 19 des 140 dépôts de presse sur le territoire national, qui assurent la distribution des journaux aux diffuseurs dans les principales villes de province et leur région: Lyon, Marseille, Strasbourg, Lille, Bordeaux, Toulouse, Rouen, Nantes, Rennes, Grenoble, Caen, Limoges, Nice, Saint-Etienne, Tours, Ajaccio, Reims, Toulon et Vichy.

"Non aux 1.200 suppressions d'emplois! Non au démantèlement du groupe Presstalis", ont souligné les syndicats de la SAD dans un communiqué, appelant les salariés "à agir en observant un arrêt de travail de 24 heures", qui commencera mercredi à partir de 20H00 et se prolongera toute la journée de jeudi.

D'autres dépôts gérés par le groupe Presstalis (dépôts Soprocom) pourraient également suivre le mouvement, selon eux.

Seront concernés les quotidiens nationaux mais aussi les magazines distribués le jeudi.

Principal distributeur de journaux en France, en grande difficulté financière, Presstalis vient d'échapper au redressement judiciaire grâce à un accord conclu vendredi dernier entre les éditeurs et actionnaires de la messagerie, sa direction et l'Etat pour financer son plan de restructuration.

Le distributeur va mettre en place un plan de restructuration, dont le principe a été adopté en novembre 2011, qui prévoit notamment 1.250 suppressions de postes sur 2.500 salariés. Il est rejeté notamment par le SGLCE, qui refuse toute idée de départs contraints.

Les quotidiens nationaux ont déjà été absents des kiosques mercredi matin en raison d'un mouvement de grève. Ces dernières semaines ont aussi été ponctuées par le blocage à tour de rôle de l'ensemble des quotidiens nationaux, le SGLCE entendant faire pression pour améliorer les conditions du plan social.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ridley
12/octobre/2012 - 03h32
ludesyova a écrit :

syndicat du libre CGT = fossoyeur de la presse écrite ... ils s'autosuicident smiley

smiley

Portrait de Ridley
12/octobre/2012 - 03h32

encore et toujours des grèves

Portrait de yannc83
11/octobre/2012 - 11h41

syndicat du livre est un repaire de nantis (un rapport sénatorial dénonce le poids des salaires dans les coûts d'impression de la presse quotidiienne, 80 % environ contre 35 % dans l'impression des magazine). sans parler des casseroles qu'il traine sur son dos comme l'affaire du détournement de papier pour Cuba où 5 % du papier destiné aux imprimeries était détourné par le syndicat du livre au profit de la presse officielle cubaine. Un scandale dévoilé par  Emmanuel Scharzemberg dans son livre Spécial Dernières. Robert Hersant, alors grand patron de presse, n'osera pas porter plainte sous le coup des menaces de grèves. Sans parler que le Syndicat recrute lui même le personnel ! et j'en passe et des meilleurs. Par son action le syndicat du livre  maintient un prix élevé des journaux en France par rapport  à nos voisins étranger...  et que dire de la cache de plus de 5000 armes détournés après la faillite de Manufrance, une cache découverte en 1991. A l'époque les NMPPP ne porteront pas plainte et l'affaire sera étouffée par le gouvernement..... SOCIALISTE !  

En conclusion ces gens-là ne font pas grève pour préserver l'emploi, mais pour préserver leur petits privilèges et continuer leurs m....