30/06/2012 11:06

Direct 8, Direct Star, TPS Star: Juillet, le mois de tous les dangers pour Canal Plus !

D'ici fin juillet, l'Autorité de la concurrence se prononcera sur deux dossiers concernant Canal+, l'un sur sa position dominante dans la TV payante après le rachat de TPS, l'autre sur la TNT gratuite, après sa reprise de Direct 8 et DirectStar.

Fait inédit, le 21 septembre, le gendarme de la concurrence a retiré l'autorisation à la fusion des bouquets satellite CanalSat et TPS, intervenue en 2006. Sanctionnant Canal+ à hauteur de 30 millions d'euros, l'Autorité a estimé que le groupe n'a pas respecté dix des 59 engagements pris en 2006 et "significativement renforcé" sa position.

Les dix engagements non respectés étaient essentiels. Comme la mise à disposition de tous les distributeurs qui le souhaitaient de sept chaînes: TPS Star, Cinéstar, Cinéculte, Cinétoile, Sport+, Piwi et Télétoon.

Canal+ a non seulement tardé à le faire, mais aussi dégradé la qualité de ces chaînes, a constaté l'Autorité.

En outre, TPS Star, censée concurrencer la chaîne Canal+, a connu une dégradation "rapide, significative et durable". Canal+ a même arrêté sa diffusion en avril, une décision qui a fortement déplu à l'Autorité.

En début de semaine, Canal+ a déposé auprès de l'Autorité des "propositions d'engagements" qui vont être examinées entraînant un report d'ici au 24 juillet de la décision initialement prévue le 4.

L'Autorité pourra alors, soit accepter les engagements pris par Canal+ pour remédier aux problèmes de concurrence ou imposer par "injonctions" d'éventuelles contraintes au groupe audiovisuel. L'Autorité a refusé de détailler la nature des engagements déposées par Canal+.

Toutefois "ces engagements, à première vue, ne semblent pas à la hauteur des problèmes de concurrence qu'avait soulevés l'Autorité", selon une source au sein de l'Autorité.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), les chaînes, les fournisseurs d'accès à internet et les détenteurs de droits ont proposé quelques "remèdes". Le CSA aimerait imposer que les créations de Canal+ (Braquo, Mafiosa, Engrenages, Borgia...) puissent être rediffusées par des chaînes concurrentes, ce que Canal+ refuse.

De leur côté, les opérateurs du secteur suggèrent, entre autres, la cession de la chaîne Ciné+ Cinéma ou la vente de la participation de 33,3% dans le capital de Orange Cinéma Séries.

Certains veulent que Canal+ rétrocède les droits de diffusion actuellement détenus pour les matches de Ligue 1.

Concernant Direct 8 et Direct Star, que Canal+ a racheté à Bolloré, l'Autorité craint que le groupe ne s'appuie sur sa position forte dans les achats de droits (de sports, films et séries) dans la télévision payante pour préempter les oeuvres les plus attractives pour ses chaînes gratuites, au détriment des concurrents.

Le gendarme juge également que l'achat des chaînes Bolloré représente des "risques sérieux" quant aux conditions dans lesquelles les concurrents de la TNT pourront accéder au catalogue de films anciens de la puissante maison de production StudioCanal. Canal+ a mis quatre engagements sur la table de l'Autorité de la concurrence, valable pendant cinq ans, selon Les Echos.

Le groupe propose de ne pas conclure avec plus de deux studios américains des accords lui permettant de diffuser des films et des séries américaines à la fois sur une chaîne payante et sur une chaîne gratuite.

Le groupe a aussi promis de limiter les acquisitions de droits en clair à StudioCanal par Direct 8 et Direct Star.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de zezettte
30/juin/2012 - 11h30

les télésptectateurs  ils payent une redevance ultra chère  pour avoir droit  aux commentateurs archi nuls de TF1 lors des matchs de  foot . 

Portrait de polemique59
30/juin/2012 - 11h12

Ouai ! .....et les télespectateurs dans tout ça ! Parler gros sous, y en a marre !