17/05/2012 15:29

Sacha Baron Cohen au festival de Cannes ... sur un dromadaire !

Première pagaille sur la Croisette, mercredi matin, avant même le coup d'envoi du 65e Festival de Cannes : l'humoriste britannique Sacha Baron Cohen a fait son show en apparaissant en dictateur, le personnage qu'il interprète dans son prochain film, "The Dictator".

Inspirée par l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein, cette comédie satirique et déjantée réalisée par Larry Charles (sur les écrans français le 20 juin), raconte "l'histoire héroïque d'un dictateur qui a risqué sa vie pour s'assurer que la démocratie n'arrivera jamais dans un pays si amoureusement opprimé", selon la Paramount.

Devant des dizaines de photographes de presse, cameramen et badauds rassemblés devant le Carlton, l'un des palaces cannois, Sacha Baron Cohen s'est offert une promenade sur la Croisette à dos de dromadaire aux couleurs du héros du film, et rebaptisé Oussama, provoquant d'importantes difficultés de circulation et mettant les policiers municipaux à rude épreuve.

Dans une cohue indescriptible, le faux dictateur s'est installé à la terrasse d'un café de la Croisette, après être descendu de son dromadaire. Agrémenté d'une longue barbe postiche, Sacha Baron Cohen version dictateur s'est ensuite rendu dans une boutique de prêt-à-porter de luxe, toujours suivi par une nuée de journalistes et de curieux.

Il en est ressorti avec un foulard orange qu'il a offert aussitôt à son dromadaire loué pour l'occasion par la Paramount.

Devant les journalistes, Sacha Baron Cohen a fait dire à son personnage de dictateur "qu'il avait financé la campagne de François Hollande à hauteur de 500.000 euros", avant de saluer "le courageux manque d'action des Nations Unies contre Assad" (NDLR : Bachar el-Assad, président de la Syrie).

Le dictateur plus vrai que nature a assuré qu'il n'était pour rien dans la foudre qui a touché mercredi l'avion de François Hollande. "Ce n'est pas moi!", a-t-il déclaré solennellement, en surnommant le nouveau président de la République "Hollandaise".

Lors de la dernière cérémonie des Oscars à Hollywood, Sacha Baron Cohen était apparu une première fois en dictateur dans le but de répandre sur le tapis rouge les cendres "de feu son ami Jim Jong-Il", le défunt leader nord-coréen.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de CHEMINOU78
17/mai/2012 - 21h36 - depuis l'application mobile

NAC