20/11/2007 07:37

Mouvements au Figaro: la rédaction est inquiète !

Les journalistes du Figaro, réunis en assemblée générale, ont fait part de leurs inquiétudes quant à l'indépendance éditoriale après l'annonce lundi par le directeur de la rédaction Nicolas Beytout de son prochain départ pour le groupe LVMH, ont indiqué des témoins à l'AFP.

L'assemblée générale, qui a réuni une centaine de personnes, s'est déroulée dans une ambiance relativement "tendue", selon plusieurs journalistes. Ni M. Beytout, qui s'était exprimé devant les journalistes lundi matin, ni le directeur délégué Jean-Michel Salvator n'étaient présents.

"La principale préoccupation de l'AG était de s'assurer que les nouveaux dirigeants joueraient le rôle de rempart vis-à-vis de l'actionnaire (l'avionneur Serge Dassault, ndlr) que Beytout s'était efforcé de jouer", selon un salarié.

L'ancien patron de TF1 Etienne Mougeotte, directeur du Figaro Magazine depuis août, devrait devenir directeur des rédactions du Figaro. Pour le quotidien, il devrait être secondé par M. Salvator.

"La question c'est de savoir s'il sera stipulé dans le contrat de Mougeotte qu'il doit protéger la rédaction des pressions de Dassault, ce qu'avait fait Beytout", notamment lors de la mobilisation des syndicats contre le Contrat première embauche (CPE), a ajouté un autre salarié.

Lors de l'AG, des voix se sont élevées à l'encontre de M. Salvator, certains craignant qu'il "n'ait pas la carrure pour résister" aux éventuelles pressions de l'actionnaire.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cajar
20/novembre/2007 - 15h57

ben ils ont qu'à faire grève...
à la rédaction du Figaro. Eux qui passent leur temps à vouer aux gémonies ceux qui n'ont que le moyen de faire grève pour se défendre...Ils n'ont qu'à faire pareil et à "prendre en otage" leurs lecteurs.

Portrait de Churchill
20/novembre/2007 - 11h26

À Jeanpeuplus
Ce qui m'inquiète, ce n'est pas un changement d'orientation politique du Figaro (effectivement de droite) mais les interventions de Serge Dassault dans la vie du journal. Le Figaro a d'excellents journalistes, notamment à l'international, et ses pages culturelles sont souvent pertinentes. je pense aux critiques théâtrales d'Armelle Héliot.

Si Dassault/Sarkozy s'y mettent, on n'aura plus que des infos au ras des pâquerettes et les critiques des concerts de Johnny, d'Enrico ou de Mireille Mathieu.

Comme sur TF1, quoi !

Portrait de alanlp
19/novembre/2007 - 23h55

a qaund un article independant du figaro
pour nous expliquer que c'est une gabegie sans nom de depenser des millards en engins de guerre. Que miser sur la neutralité nous permettrait aussi de jouer une partie internationale (différente). Et qu'il n'y pas de raison d'avoir une armée plus couteuse que celle de l'allemagne et que cette difference nous coute quelques points de croissance.
Quand il ya aura ce genre d'article dans le figaro, on parlera peut etre d'independance. Aujourd'hui, c'est quoi le vrai pb ?

Portrait de hadess
19/novembre/2007 - 23h55

rires..
la redaction du figaro s'inquiete pour son independance!!!
ha bon....elle etait independante???

Portrait de lilipop7
19/novembre/2007 - 22h33

actionnaire ... actionnaire ... est ce que j'ai ..
ce sont les actionnaires les Maîtres du Jeu, c'est tout !

quelque soit le secteur d'activités,

ils ont injecté ce qu'il fallait pour développer nos entreprises = profit
depuis c'est la dérive totale

Portrait de polllux
19/novembre/2007 - 21h37

la boucle est bouclée...... alléluiaaa
Sarkozy annonce aux Echos le nom de leur patron
Par Rue89 15H08 18/11/2007

Lors d'une rencontre à l'Elysée avec des journalistes du quotidien, le Président a annoncé la nomination de Nicolas Beytout.

Vendredi soir, Palais de l'Elysée. En pleine semaine de grève, le président de la République reçoit le directeur de la rédaction Erik Izraelewicz des Echos, et quelques membres de la rédaction en chef du journal. Ceux-ci s'attendent à ce que le Président discute de la semaine sociale, du pouvoir d'achat...

Mais très vite, ce dernier met la discussion sur un terrain plus sensible, pour ses visiteurs: le rachat du premier quotidien économique français par le milliardaire Bernard Arnault, une opération contre laquelle ceux-ci se battent depuis le début de l'été.

Erik Izraelewicz (DR).Erik Izraelewicz et ses collègues n'en croient pas leurs oreilles. D'un ton cassant, Nicolas Sarkozy leur déclare qu'ils sont idiots de refuser le rachat, qui a été annoncé le 5 septembre: Bernard Arnault, leur explique le président, est un homme très bien, et "il va investir" dans leur journal...

Catherine Pégard, la conseillère de l'Elysée qui a organisé la rencontre, semble surprise du tour pris par la conversation. L'ex-journaliste politique au Point pensait sans doute également que le Président avait prévu d'échanger sur l'actualité économique et sociale.

Arnault, ami proche de Sarkozy (il a été son témoin de mariage) a déboursé 240 millions d'euros pour reprendre le titre économique au groupe britannique Pearson. Pour protester contre cette annonce, une large majorité de la rédaction avait voté la non-parution du quotidien (par 162 salariés contre 12 et 7 abstentions).

Pour un quotidien économique, il n'est jamais sain d'être détenu par un acteur important de l'actualité des affaires, qui plus est lorsqu'il est présidé par un intime du chef de l'Etat.

A la fin de l'entretien de vendredi soir, Nicolas Sarkozy lâche, sec:

"Et Nicolas Beytout?"

Silence de mort des visiteurs, estomaqués. Beytout, directeur des rédactions au Figaro, était l'un des invités de la soirée de victoire au Fouquet's, au soir du second tour de l'élection présidentielle. Pour Nicolas Sarkozy, Beytout, un journaliste, serait une garantie d'indépendance.

Rompant le silence, Sarkozy répète:

"Et Nicolas Beytout?"

Nicolas Beytout (DR).C'est désormais officiel: le Président de la République annonce lui-même les nominations des patrons de presse! Nicolas Beytout, actuellement directeur des rédactions du Figaro aurait négocié un poste plus large que celui de simple directeur de la rédaction des Echos (qu'il a déjà occupé): il serait nommé à la tête du holding qui coiffe Les Echos, DI group ou d'une nouvelle structure nommée LVMH Médias.

Et serait chargé de mener la stratégie d'investissements du groupe Arnault dans divers médias: papier (Pearson compte encore vendre le Financial Times), audiovisuels (que va faire Bouygues de TF1?), ou internet.

Beytout, que nous avons contacté dimanche, s'est déclaré surpris par la scène de l'Elysée: "Je ne suis pas au courant. Mais racontez-moi, que s'est-il passé?". Interrogé sur son départ du Figaro, il a démenti, tout en ajoutant: "Je n'ai pas parlé à mon actionnaire [Serge Dassault, ndlr]".

Un jeu de chaises musicales entre Le Figaro et Les Echos

Selon des sources internes au Figaro, tout serait déjà bouclé, et un remaniement de la direction de la rédaction pourrait être annoncé dès ce lundi.

Etienne Mougeotte (Charles Platiau/Reuters).Pour remplacer Beytout à la tête des rédactions du groupe de presse, Serge Dassault ferait appel à un petit nouveau: Etienne Mougeotte, ex-numéro 2 de TF1, récemment recasé à la tête du Fig-Mag.

Pour seconder Mougeotte, Jean-Michel Salvator, directeur adjoint du Figaro prendrait la tête du quotidien et Alexis Brezet, directeur adjoint du Fig-Mag prendrait la tête du magazine.

En interne, les équipes du Figaro sont particulièrement démotivées par ce nouvel épisode. Une partie des cadres craignent des interventions de plus en plus fréquentes de l'actionnaire. Selon l'un d'entre eux:

"Beytout a fait environ 1 000 numéros, et pas un jour il ne s'est senti en danger. Il a refusé plusieurs papiers que voulait imposer Dassault, et j'ai été surpris de sa longévité. Il avait assez d'étoffe pour résister. Pour nous, son départ est potentiellement une catastrophe."

Mais un autre confrère, lui aussi sous le sceau de l'anonymat, tempère:

"Beytout répète dans tous les dîners en ville que le Figaro ne s'est jamais aussi bien porté que depuis qu'il en est le directeur, mais ça commence à se savoir que l'ambiance n'est pas bonne et que les résultats ne sont pas éblouissants."

Les recettes publicitaires auraient fortement reculé sous sa direction, et les chiffres de diffusion ne seraient pas folichons, alors que la tendance générale en cette année électorale a été plutôt favorable aux quotidiens

Portrait de scoopy girl2
19/novembre/2007 - 21h16

@ jmm
vous pourriez remettre l'article de vendredi où Sarko insiste pour que ce soit N Beytout qui ait le poste aux Echos ?
Thanks ;-)

Portrait de Darwin
19/novembre/2007 - 21h16

Claude Cabanes
pourrait prendre la direction des Echos ou du Figaro, m'en f... aussi :)

Portrait de Darwin
19/novembre/2007 - 21h14

liberte67
M'en f... je ne lis pas la Presse et n'écoute pas les infos.
Sont manipulés, désinformés, celles et ceux qui le veulent bien :)

Portrait de liberte67
19/novembre/2007 - 17h55

manipulation politique
pour mieux nous désinformer...nous manipuler..notre président veut le controle d'une certaine presse...

Portrait de Adriien
19/novembre/2007 - 17h45

Dommahe que Nicolas parte du Figaro...
Il a réussi a rénové cet excellent journal. J'espère qu'il fera de même aux Echos.

Portrait de polllux
19/novembre/2007 - 17h29

ça c'est une nouvelle !!!
Sarko l'avait annoncé vendredi dernier .

Le maillage est en cours!!

Portrait de MiKL_
19/novembre/2007 - 17h06

...
Il a du talent. Mais il est si proche de Sarkozy (il était invité au Fouquet's le fameux soir) que ca me sort par les yeux toute cette proximité. Dans une république comme la notre, c'est tout simplement inadmissible. Pas de la part de Sarko finalement, il tente sa chance, mais de la part d'un journaliste qui se veut indépendant.

Portrait de scoopy girl2
19/novembre/2007 - 12h43

@ gromould
c'est bon, du calme !
on n'est pas naïfs, on s'interroge !

et si vous étiez un fidele du blog de jmm vous sauriez que jmm décrypte toujours toutes les situations (politiques ou non) : rassurez vous, je n'attendais pas apres tf1 ou France2 pour le faire.

Portrait de Adriien
19/novembre/2007 - 11h36

Tant que Le Figaro reste un excellent journal...
ce n'est pas grave qu'Etienne Mougeotte arrive à la direction des Echos. Etienne est un homme très brillant.
Nicolas Beytout réalisé de très bon articles dans Le Figaro.

Portrait de scoopy girl2
19/novembre/2007 - 11h26

j'avais lu le topic hier (ou avant hier)
où vous expliquiez comment Sarko avait "poussé" pour que ce soit Nicolas Beytout qui prenne la tête des Echos ; à la fin vous disiez que Beytout n'était pas du tt au courant de ce coup de pousse de Sarko - des news depuis ? Il a déclaré qqchose ?

Sinon d'un point de vue purement journalistique, Beytout est tres bien, tres pro.

Portrait de buffyvers2
19/novembre/2007 - 08h23

Oui c'est désormais officiel
Avant juste des rumeurs, mais maintenant Sarkozy nomme officiellement les personnes à la tête de la presse.
Mais il est vrai que N.Beytout est l'un des meilleurs choix pour son indépendance démontrée, espérons qu'elle reste.