15/11/2007 00:07

Le CSA s'attaque aux chaînes d'infos

Le CSA a écrit aux chaînes d'infos LCI, BFM et I Télé.

L'organisme de régulation reproche aux chaînes de ne pas respecter les règles concernant l'insertion de messages publicitaires pendant les émissions.

De plus, le CSA a souhaité rappeller les règles concernant le sponsoring.

Enfin, comme cela avait été le cas il y a quelques jours pour Direct 8, le CSA reproche à I Télé la diffusion d'écrans publicitaires avec un seul spot.

 

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Moony
15/novembre/2007 - 18h11

Mais le csa
n'est pas là pour s'occuper du contenu des pubs !
Le csa n'est pas un organe de censure !

Portrait de raleur59
14/novembre/2007 - 21h20

Contenu et pas quantité
La CSA ferait mieux de s'occuper du contenu des spots de pub et pas du nombre
On est encore capable de zapper si nous jugeons qu'il y en a trop.
Par contre par exemple ca ne gène pas la CSA que des marques de voitures basent leur pub sur le portable alors que téléphoner en voiture est interdit

Portrait de Spencer
14/novembre/2007 - 16h27

CSA...
"Les messages publicitaires ou les séquences de messages publicitaires doivent être aisément identifiables comme tels et nettement séparés du reste du programme, avant comme après leur diffusion, par des écrans reconnaissables à leurs caractéristiques optiques et acoustiques."

Ils nous prennent vraiment pour des abrutis.....
Les citoyens américains et britanniques sont donc plus intelligents que nous, puisque chez eux il n'y a pas d'"écrans reconnaissables à leurs caractéristiques optiques et acoustiques" ?

C'est vraiment n'importe quoi, on n'est pas débiles, on sait bien reconnaître de la publicité, même sans écrans pour avertir... De plus, ces écrans font fuir les téléspectateurs; la pub serait plus efficace sans, si elle commençait à l'improviste.

Autre chose : à la radio, la pub commence sans "écran acoustique", et c'est beaucoup plus fluide.

Le CSA ne sert à rien, tout comme les lois débiles qu'on le charge de faire respecter.
Rendez sa liberté à la télé, et faites confiance aux chaînes pour fixer leurs propres règles de déontologie.

Portrait de Moony
14/novembre/2007 - 14h59

article sur le site du csa
Article 14 (Décret n°92-280 du 27 mars 1992 modifié, relatif à la publicité, au parrainage et au téléachat - Version consolidée)

"Les messages publicitaires ou les séquences de messages publicitaires doivent être aisément identifiables comme tels et nettement séparés du reste du programme, avant comme après leur diffusion, par des écrans reconnaissables à leurs caractéristiques optiques et acoustiques.
Lorsque les caractéristiques du service de télévision ne permettent pas que la publicité soit clairement identifiée comme telle par les moyens prévus à l'alinéa précédent, les conventions et cahiers de charges peuvent définir les conditions dans lesquelles il est satisfait à cette obligation.
Les messages d'intérêt général à caractère non publicitaire tels que ceux diffusés dans le cadre des campagnes des organisations caritatives et des campagnes d'information des administrations peuvent être insérés, le cas échéant, dans les séquences publicitaires.
Le volume sonore des séquences publicitaires ainsi que des écrans qui les précèdent et qui les suivent ne doit pas excéder le volume sonore moyen du reste du programme.
La publicité isolée doit être exceptionnelle."

Article 15
"I. - Les messages publicitaires sont insérés entre les émissions. Toutefois, ils peuvent être insérés dans les émissions, à condition de ne pas porter atteinte à l'intégrité et à la valeur de ces émissions, de tenir compte des interruptions naturelles du programme ainsi que de sa durée et de sa nature, et de ne pas porter atteinte aux droits des ayants droits.
Dans le cas prévu ci-dessus, une période d'au moins vingt minutes doit s'écouler entre deux interruptions successives à l'intérieur d'une émission.
II. - Lorsque les émissions se composent de parties autonomes ou dans des émissions sportives et dans celles retransmettant des événements et des spectacles comprenant des intervalles, les messages publicitaires sont insérés entre ces parties autonomes ou dans ces intervalles.
III. - La diffusion des journaux télévisés, des magazines d'actualité, des émissions religieuses et des émissions pour enfants, dont la durée est inférieure à trente minutes, ne peut être interrompue par des messages publicitaires. Lorsque leur durée est égale ou supérieure à trente minutes, les dispositions prévues aux I et II ci-dessus sont applicables.
IV. - Lorsque la diffusion d'une oeuvre cinématographique est interrompue par la publicité, celle-ci ne peut comporter des messages d'une durée totale supérieure à six minutes.
V. - Le temps maximal consacré à la diffusion de messages publicitaires est fixé par les conventions et cahiers des charges dans les conditions suivantes :
1° Pour les éditeurs de services à vocation nationale diffusés par voie hertzienne terrestre (...)sur une zone géographique dont la population recensée est supérieure à dix millions d'habitants, il n'excède pas six minutes par heure en moyenne quotidienne sur l'ensemble des périodes de programmation au cours desquelles cette diffusion est autorisée, ni douze minutes pour une heure donnée. (décret n° 2003-1056 du 4 novembre 2003)
2° Pour les éditeurs de services distribués par câble ou diffusés par satellite ainsi que pour les éditeurs de services diffusés par voie hertzienne terrestre autorisés en application de l'article 30-1 de la même loi sur une zone géographique dont la population recnsée est inférieure ou égale à dix millions d'habitants, la durée consacrée à la diffusion de messages publicitaires est fixée par la convention en fonction de la catégorie à laquelle appartient le service considéré. Elle ne peut excéder neuf minutes par heure d'antenne en moyenne quotidienne sur l'ensemble des périodes de programmation au cours desquelles cette diffusion est autorisée, ni douze minutes pour une heure donnée. (décret n° 2003-1056 du 4 novembre 2003) "

Portrait de Moony
14/novembre/2007 - 14h48

NaSH
Ce que nous préférons n'est pas lla question.
Y'a une reglementation, il doit être applique, sinon elle ne sert strictement à rien. Les JT n'ont pas à être sponsorisé. On ne peut pas avoir "le journalX vous est présenté avec la participation de l'entreprise Y" ...

Si la règle dit qu'il faut un minimum de deux écrans pub par coupure, alors il faut mettre deux écrans pub.
Ou se battre pour changer la loi.

Portrait de steph01
14/novembre/2007 - 13h26

euh aussi
au CSA faudrait qu'ils arrettes de nous faire croire qu'ils sont debordés........:)

Portrait de CoolieS
14/novembre/2007 - 12h51

TF1?
"le CSA reproche à I Télé la diffusion d'écrans publicitaires avec un seul spot."

j'ai remarquer plusieurs qu il ne mettaient qu'un seul spot pub aussi , on leur dit rien a eux?