11/11/2007 01:03

Perquisition au siège de CAPA: protestation des syndicats

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) et Reporters sans frontières (RSF) ont protesté après la perquisition vendredi au siège de Capa dans le cadre de l'affaire de l'Arche de Zoé, estimant que le droit français sur la protection des sources était "totalement inadapté".

"On est totalement solidaires de nos confrères de Capa et on les félicite pour avoir appliqué unilatéralement la jurisprudence européenne", a déclaré à l'AFP Dominique Pradalié, secrétaire générale du SNJ.

"Malgré la gravité de l'affaire de l'Arche de Zoé, rien ne saurait justifier de menacer un principe qui ne souffre pas d'exception : la protection des sources", a estimé de son côté le secrétaire général de RSF, Robert Ménard.

Une perquisition a été menée vendredi au siège de l'agence Capa à Paris, dans le cadre de l'information judiciaire ouverte sur l'affaire de l'Arche de Zoé, pour "exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption".

L'agence et son reporter Marc Garmirian, qui avait été arrêté au Tchad avec les membres de l'Arche de Zoé, ont refusé de remettre aux juges d'instruction les rushes du reportage effectué par le journaliste.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Moony
10/novembre/2007 - 13h37

Bahia
Tu les tiens d'où tes infos sur "la hangar désafecté" ?
C'est vrai que les familles qu'on a vu attendre un gamin avaient l'air de vivre dans un hangar ^^
De plus je ne comprend pas l'interet de rpendre le rique de rappatrier illégalment des gamins en France si c'est pour faire des tests ... autant les faire sur place ça serait plus simple.
Je truve que ça deveint à la mode en ce moment d'accuser les gens de voulir faire des tests médicaux.

Bref pour en revenir à Cappa, étant donné que le journaliste à filmer jusqu'au bout l'opération, qu'il a lui même poser dans une questions les termes "d'otage et d'enlevement", je ne trouve pas incohérent que la justice veuille visionner les rushes.

Par contre que Sarko veuille raparier tous les membres emprisonnés au Tchad en France me semble une bonne chose. Non pas pour les innoncenter mais pour avoir une vraie justice et un vrai procés.
Déby a trouvé là le moyen de retrouver le soutien de sa population, s'il sont jugés là bas ils seront condamnés pur satisfaire la population tchadienne. Y'a qu'a voir les manifestations ^^ J'ai entendu un mec dire qu'ils faudrait les condamner à mort !
Ce sont désormais des otages, au même titre que l'étaient les infirmires bulgares.

Portrait de polllux
10/novembre/2007 - 13h29

le marteau de commissaire priseur
en photo de titre ,a-t-il un rapport avec l'adjudication des TGI et TI de France et de Navarre ???

Portrait de noodles1984
10/novembre/2007 - 11h21

bonjour10/11/07 CAPA
ils n'ont pas été trés CLAIRS...les journaleux de capa..
ils avaient TOUT compris en AMONT
POURQUOI ??n'avoir rien dit???
bon!! ils se sont "récupéres" par la suite...mais quand même..on est en droit de se poser des questions...

Portrait de NATHALISS
10/novembre/2007 - 09h43

On demande la lumière
Peut-être que CAPA a refusé de montrer les images détenues aux juges et celà justifie une perquisition...
M'enfin, je crois que la lumière doit être faite sur cette affaire et cette bande d'illuminés. Après eux il faudra pouvoir créditer les actions des OnG françaises...et ça c'est bien domage.
Quant aux propos de NS qui se dit defendre tous les citoyens français ...quoi qu'ils aient fait... et celà peut arriver à tout le monde... j'ai été choquée par cette phrase... je me demande si les magistrats dans les tribunaux de notre pays ont la même clemence...

Portrait de Antoine779
9/novembre/2007 - 23h04

dictature
la dictature arrive!

Portrait de stigmate
9/novembre/2007 - 20h47

oula!
si on envoie la sauce avec thierry meyssan, la bechamel va pas finir de monter!

Portrait de Zitopo
9/novembre/2007 - 19h49

perquisition
Quelqu'un saît si Capa a préalablement refusé de fournir ses enregistrements à la Justice ?

@Laurentso je considère que Thierry Meyssan est d'une rigueur impeccable, il n'a jamais été condamné pour diffamation malgré de nombreux procès.

Portrait de polllux
9/novembre/2007 - 17h23

que du beau monde
les journalistes ne font que de la pâle figuration , mais ils ont fait leur boulot !!

Portrait de polllux
9/novembre/2007 - 17h14

@archotec
OK, merci.

Portrait de polllux
9/novembre/2007 - 16h58

suite réseau voltaire
le président Idriss Déby ne s’est certainement pas exprimé à la légère. Le rapatriement des journalistes et des hôtesses de l’air impliqués dans cette opération a dû être chèrement négocié. Au demeurant, le Tchad, en traduisant en justice les responsables de l’Arche de Zoé, conserve un moyen de pression non-négligeable sur le président français.
Thierry Meyssan
Journaliste et écrivain, président du Réseau Voltaire.
Les articles de cet auteur

[1] « La nièce d’un des Français détenus dénonce les mensonges de l’association », par Angélique Négroni, Le Figaro, 3 novembre 2007.

[2] « Nicolas Sarkozy en première ligne dans l’affaire de l’Arche de Zoé », AFP, 4 novembre 2007.

[3] « Paris Biotech : un cocon protecteur pour jeunes entreprises de la santé », AFP, 3 octobre 2006.

[4] « Inauguration de la pépinière d’entreprises Paris Santé Cochin », AFP, 17 octobre 2007.

[5] « Fin de la grève du personnel de nuit à l’Hôpital américain de Neuilly » et « Accord direction/personnel de nuit à l’Hôpital américain de Neuilly », AFP, 17 et 28 février 2006.

[6] « Les 100 noms qui vont compter » par Yves Derai, Le Figaro, 12 mai 2007.

[7] « Aujourd’hui, ce sont eux qui incarnent la fameuse "rupture" - Les 100 de Sarkozy », par Hervé Algalarrondo, Le Nouvel Observateur, 10 mai 2007.

[8] « Eux aussi ont fait gagner Sarkozy », Le Monde, 8 mai 2007.

[9] « ...Des rides, et c’est pas fini » par Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, Libération du 22 mai 2007.

[10] « BioAlliance Pharma Names Francois Sarkozy as Vice-Chairman of its Supervisory Board ; Healthcare Industry Professional Brings Further Operational and International Experience to Specialty Pharma Company », Business Wire, 5 janvier 2006.

Portrait de polllux
9/novembre/2007 - 16h51

réseau voltaire
Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ?

Des citoyens français intoxiqués par la propagande atlantiste ont été convaincus qu’un génocide se déroulait au Darfour et qu’ils pouvaient sauver des enfants d’une mort certaine. Ils ont financé l’équipée de « l’Arche de Zoé » qui a tenté d’enlever des enfants au Tchad. Étrangement, lorsque la presse s’est emparée de cette affaire, le président Sarközy n’est pas venu au secours des enfants victimes, ni des familles d’accueil abusées, mais des voleurs d’enfants. Pour protéger qui ?

par Thierry Meyssan*

Arche de Zoé : que faisaient Nicolas, Cécilia et François dans cette galère ?

La presse française ne manque pas un éditorial pour brocarder le président tchadien Idriss Déby qui a accusé sans retenue l’association humanitaire l’Arche de Zoé d’avoir tenté d’enlever des enfants pour satisfaire des pédophiles et se livrer à un trafic d’organes. Simultanément, elle loue le président français Nicolas Sarközy, qui s’est immédiatement déplacé au Tchad pour faire baisser la tension et rapatrier plusieurs prévenus.

L’ombre de Cécilia

Le Figaro s’est fait l’écho de la colère de la nièce d’un des bénévoles de l’Arche de Zoé incarcéré au Tchad : ce sapeur-pompier aurait été abusé par les dirigeants de l’association qui lui aurait fait croire que l’opération de sauvetage des enfants était patronnée par Cécilia Sarközy [1].

Mais le quotidien n’indique pas de quelle manière les dirigeants de l’Arche de Zoé avaient pu convaincre les bénévoles d’un tel patronage s’il n’existait pas.

Et si ce patronage était imaginaire, pourquoi le président Sarközy s’est-il cru obligé de monter immédiatement en première ligne ? [2]

Un Sarközy peut en cacher un autre

L’objet social de l’association l’Arche de Zoé est d’« intervenir en faveur des enfants victimes du tsunami du 26 décembre 2004, à Banda Aceh (Sumatra, Indonésie) pour leur permettre de retrouver des conditions de vie décentes par des programmes sanitaires, sociaux et éducatifs ; développer, mettre en œuvre et coordonner des programmes de réhabilitation de l’environnement familial et social de ces enfants ; développer tout programme en adéquation avec les besoins des enfants et de leur environnement de manière à favoriser le retour à l’autonomie, de façon plus générale ; mettre en œuvre toute action permettant de venir en aide aux enfants en difficulté, en détresse ou victimes de catastrophes naturelles ». Comme ne le laisse pas devenir cet énoncé humanitaire, l’association est une initiative d’un organisme semi-public français, Paris Biotech Santé. Il a été fondé conjointement par l’Université Paris-V Descartes, l’INSERM, l’École centrale de Paris, et l’ESSEC, et dispose de tous les agréments officiels nécessaires. Son objet est de soutenir des projets de création d’entreprises dans le domaine du médicament, des dispositifs médicaux et des services aux malades [3]. Paris Biotech Santé gère un immeuble de 3 200 m2, dont 2 500 m2 de laboratoires, à l’hôpital Cochin. Ces installations ont été inaugurées en grande pompe, il y a trois semaines par le maire de Paris (Bertrand Delanoë) et le président de la Région Île-de-France (Jean-Paul Huchon) [4].

Il résulte de ce montage que la finalité ultime de l’Arche de Zoé est de tester des programmes sanitaires sur des enfants en difficulté dans le tiers-monde en vue de leur développement commercial.

Les liens organiques de l’Arche de Zoé et de Paris Biotech Santé sont attestés par l’avis de création de l’association publiée au Journal officiel de la République française du 2 juillet 2005. Il précise : « Siège social : 23, rue Hallé, 75014 Paris. Courriel : [email protected] ». Au demeurant, Stéphanie Lefebvre, contact légal de l’Arche de Zoé est aussi la directrice adjointe de Paris Biotech Santé.

Contacté par téléphone, Paris Biotech Santé indique que seul son directeur, le professeur Olivier Amedée-Manesme, est habilité à répondre à la presse et que celui-ci n’est pas joignable. C’est dommage car il aurait été en mesure d’indiquer quel avis le Comité d’évaluation de Biotech Santé a émis sur le programme Arche de Zoé. Un Comité d’évaluation où siège le docteur François Sarközy, médecin pédiatre. Contacté à son cabinet par téléphone, le secrétariat de François Sarközy nous assure qu’il transmet notre question et nous rappelera.

François Sarközy est politiquement proche de son frère aîné, le président Nicolas Sarközy, au point que celui-ci, lorsqu’il était maire de Neuilly et ministrede l’Intérieur, l’avait fait nommer médiateur dans le conflit social de l’hôpital américain de Neuilly [5].

Le Figaro le présentait au lendemain de l’élection présidentielle comme l’une des 100 personnalités qui compteraient désormais « au coeur de la future équipe de France » [6]. Le média sarközyste (excusez le pléonasme) précisait : « Ce pédiatre de 48 ans, vice-président du Conseil de surveillance d’une société de biopharmaceutique, s’est beaucoup rapproché de son grand frère Nicolas lors de la campagne, notamment à l’occasion de séjours brefs mais studieux dans la maison de François, en Provence. » De son côté, Le Nouvel Observateur indique : « Autant Nicolas Sarkozy entretient des relations orageuses avec son frère aîné Guillaume, un temps vice-président du Medef, autant il se sent proche de François, un pédiatre devenu manager. C’est chez lui que Sarkozy a reçu ses amis, le soir de son discours "fondateur" du 14 janvier, et c’est dans sa maison du Midi qu’il s’est parfois réfugié pendant la campagne. » [7]. Le Monde note : « Le frère cadet de M. Sarkozy a été beaucoup vu au cours de la campagne. C’est chez lui, dans sa maison des Alpilles, que l’ex-ministre a passé de nombreux week-ends ces derniers mois. En l’absence de Mme Sarkozy - qui n’a été officiellement présente au côté de son mari que le 14 janvier et le 22 avril, et enfin dimanche 6 mai sur le podium dressé place de la Concorde, à Paris, au soir de la victoire -, il a symbolisé une présence familiale autour du candidat. Interrogé un jour sur le sens de sa présence, François Sarkozy, soucieux de lever toute ambiguïté, avait précisé : "Je ne le soutiens pas, je l’accompagne". » [8]

François Sarközy est aussi une personnalité influente des médias. Ainsi Libération lui a attribué un rôle dans l’éviction de Robert Namias de la direction de TF1 au lendemain de l’élection présidentielle [9].

À la rubrique « François SARKÖZY de NAGY-BOCSA », le Who’s Who in France indique : « Interne des Hôpitaux de Paris en pédiatrie (1983-85 et 1987-89), Assistant au laboratoire de physiologie respiratoire de l’hôpital Trousseau à Paris (1989-90) ; aux laboratoires Roussel-Uclaf : Chef de projet international pour les antibiotiques (1990-93), Directeur du développement clinique international (1994-95), Responsable du développement international (1995) ; au groupe Hoechst Marion Roussel : Vice-président, Directeur de la gestion du portefeuille et des projets en développement international à Bridgewater (États-Unis) (1996-98), Directeur médical et pharmaceutique pour la France (1998-99) ; Président-directeur général du Centre international de toxicologie (1998-99) ; Directeur médical pour la France à Aventis (1999-2000), Associé du Cabinet de conseil en stratégie et en organisation devenu AEC Partners (depuis 2001), Président d’AEC Partners Inc. (depuis 2006) ; Vice-président, Membre du conseil de surveillance de BioAlliance Pharma (depuis 2005) »

Bio Alliance Pharma termine ses expérimentations humaines pour le lancement de médicaments luttant contre des maladies opportunistes du cancer et du HIV, Loramyc, Lauriad et Transdrug [10].

Le monde étant petit, en 2006, le principal client de François Sarközy à AEC Partners est le syndicat français de l’industrie pharmaceutique (LEEM), lequel emploie aussi Stéphanie Lefebvre de Paris Biotech Santé et de l’Arche de Zoé, via LEEM-Recherche.

Portrait de galou56
9/novembre/2007 - 16h45

Voilà qui me rassure
et qui confirme ce que je disais plus haut : Reporter sans frontière et les syndicats protestent et ils ont bien raison !

Portrait de buffyvers2
9/novembre/2007 - 16h44

NORMAL??????????
Vous trouvez ça normal. Avec de telles actions, les journalistes vont avoir de plus en plus de mal à faire leur métier.

Imaginez un journaliste qui veut suivre un brigand pour un reportage, cela va être impossible car se sera comme si le brigand se tirait une balle dans le pied.
Vous n'aurez plus de reportages sincères, direct.
C'est la fin du principe même du journalisme.

Et je ne suis pas journaliste.

Portrait de galou56
9/novembre/2007 - 16h32

Le problème
ce n'est pas de savoir si c'est normal ou pas, chacun son avis, mais de savoir si c'est légal ! Et contrairement à ce que certains disent les lois européennes et françaises autorisent des journalistes "à ne pas remettre les rushes dès lors que ceux-ci peuvent être considérés comme des sources, ou des informations permettant d'identifier des sources". Et très franchement je pense que nous sommes mal placés pour juger du contenu des rushs (à moins que quelqu'un travaille chez Capa). A mon avis ce n'est pas pour rien si Capa et leur avocat ont envoyé un courrier dans ce sens aux magistrats.

Portrait de titane
9/novembre/2007 - 15h25

Normal !
Cette perquisition est parfaitement légale et totalement normale. Il convient en effet de collationner les éléments de cette triste affaire : rush vidéo et documents liés, ordres de missions aspect financier, ... Etc.
De plus le reportage passé sur M6 outre le fait qu'il "gomme" complètement la journaliste de FR3, (manque d'images sans doute :) ) laisse entendre qu'une autre équipe CAPA est envoyée à VATRY pour filmer les familles et l'arrivée des enfants.
Problème...le journaliste CAPA semble découvrir dans le reportage le bût réel de cette équipée. Il tente même de culpabiliser la jeune infirmière qui semble réaliser tardivement ce qu'il sont en train de faire. Si lui ne savait pas quelqu'un à l'agence était informé non ?Donc la vidéo c'est bien mais avec un document monté la vérité peut être largement altéré.
Que la justice fasse complètement son travail personne n'est dispensé de rendre des comptes journalistes inclus.

Portrait de anncath
9/novembre/2007 - 14h39

lamentable
ils n' ont fait que leur boulot !ces journalistes...

Portrait de nathan
9/novembre/2007 - 14h27

on s'en fou un peu
alors cela n'a rien a voir avec le sujet , mais j'aimerais beaucoup savoir si je suis le seul que cela enerves , de voir une serie qui a commencé depuis plusieurs minutes ,et la d'un coup c'est le drame !!! le generique coupe tout!!lol pourquoi diffusé les génériques des serie ou autres apres plusieurs minutes!!! pour la pause pipi oublié?? lol luttons contre cela