23/09/2007 05:42

Espagne: un nouveau quotidien "de gauche" dès lundi

Un nouveau quotidien généraliste national payant, baptisé Publico, de sensibilité de gauche, paraîtra mercredi dans les kiosques en Espagne, ont annoncé jeudi à Madrid ses dirigeants et actionnaires.

Vendu 50 centimes d'euros, soit la moitié du prix habituel des quotidiens généralistes en Espagne, il sera diffusé à 250.000 exemplaires en 4 éditions: Madrid (centre), Catalogne (nord-est), Andalousie (sud) et nationale.

Le journal comptera 64 pages, toutes en couleur, et fera la part belle aux rubriques culture, sciences, et sports, a déclaré à l'AFP le directeur de Publico, Ignacio Escolar.

"La politique ne sera pas ce à quoi nous dédierons le plus de temps et d'effort", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse, alors que ce nouveau journal va naître à six mois des prochaines élections législatives en Espagne.

Par sa ligne éditoriale, Publico risque de faire de la concurrence au premier quotidien généraliste payant espagnol, El Pais (groupe Prisa), le seul de sensibilité de gauche.

Mediapro est par ailleurs en guerre ouverte avec Sogecable, le distributeur de Canal + en Espagne, dont le groupe Prisa est le premier actionnaire, pour la retransmission des matches du championnat espagnol de football.

(Source: AFP)

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de pheng57
23/septembre/2007 - 14h08

Ahhhh
ces sarkozistes, toujours quelques choses a redire... Arrêtez donc votre dictature de la pensée... Vous arrivez même a critiquer un journal qui n'est même pas paru chez nous, et qui n'est même pas encore publié... A sarko quand tu nous tiens

Portrait de liptono
22/septembre/2007 - 14h54

"La Razon", quotidien ibérique
ne me semble pas de sensibilité de droite... renseignez-vous et voyez ses "unes" où je ne comprends plus le castillan.

L'Espagne ce si merveilleux pays est plus ouvert et moins conservateur que la vieille France frileuse de tout.

Portrait de jpm
22/septembre/2007 - 14h26

Mouais
Publico, un nom pas convainquant loin de là, pff, un joli bide