11/06 10:01

Marseille : Un infirmier et une aide-soignante frappés, insultés, tirés par les cheveux et menacés de mort par une visiteuse à l'Hôpital Nord qui en avait assez d'attendre...

L'hôpital nord de Marseille a été une nouvelle fois le théâtre d'un déchainement de violence. Un infirmier et une aide-soignante ont été frappés, insultés, menacés de mort devant les autres patients et leurs familles.

C'est en fait une visiteuse d'une patiente âgée s'en est violemment prise au personnel soignant de l'hôpital nord.

Dans l'après-midi, une patiente hospitalisée en soins intensifs cardiaque a reçu la visite d'une femme accompagnée d'un enfant de cinq à six ans. La patiente, une dame âgée, va appeler les soignants.

"Lorsqu'ils arrivent, ils constatent qu'elle a enlevé sa perfusion, il y a du sang sur elle et sur les draps", précise Audrey Jolibois, "L'équipe soignante demande à la visiteuse avec l'enfant de sortir pour pouvoir faire les soins et changer les draps, tout en et rappelant les consignes, sur l'interdiction de la présence des enfants".

Au lieu de quitter complètement la pièce, la visiteuse reste dans la chambre, sur le pas de la porte 

La visiteuse a commencé à s'impatienter et demande à rentrer à nouveau dans la chambre. Le personnel lui explique qu'elle peut rentrer, mais que l'enfant, lui, doit rester dehors, avec le personnel soignant s'il le faut.

La visiteuse se met alors à péter les plombs. Elle monte le ton, l'infirmer sort du box et essaye de calmer la situation. C'est à ce moment que  "la visiteuse donne des coups de poing au visage de l'infirmier, l'aide-soignante s'avance et elle est attrapée par les cheveux.

L'infirmier s'interpose et reçoit des coups et des insultes une violence inouïe, verbale et physique."

La visiteuse insulte le personnel, et les menaces de mort, devant les autres patients et leurs familles".

Alertée, la sécurité va "mettre plus de 10 minutes à intervenir, la visiteuse a eu le temps de partir tranquillement avec son enfant, sans être inquiétée".

"Le personnel en état de choc va continuer de travailler jusqu'à la fin de sa vacation, avant de pouvoir être redirigé vers la cellule psychologique".

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Beguin
11/juin/2024 - 17h50
Lunesoleil a écrit :

Les urgences en France c'est le bordel la semaine dernière je suis resté 8H à attendre et c'est partout pareil ... Il y a de quoi péter un plomb ou partir ...

Tout notre service de santé est à l'agonie, à  cause du con qui a demandé un numerus clausus, réduisant le nombre d'étudiants  en medecine. Quant a la psychiatrie c'est le titanic. 

Portrait de Beguin
11/juin/2024 - 17h47

Fallait lui faire une injection calmante et recruter des mecs de la sécurité. 

Portrait de Koikilencoute
11/juin/2024 - 12h31

Quelle sanction pour cette femme ? Un rappel à la loi "c'est pas bien, ne recommencez pas" ? par notre "justice" exemplaire...

Portrait de Justemonavis
11/juin/2024 - 11h44

 Cette femme violente mérite un beau "name and shame" , être condamnée à porter une pancarte devant l’hôpital, qui indique que c'est une sale merde qui agresse les gens pendant 1 semaine et le tout diffusée sur le net.

 

Il faut afficher ce genre de comportement et rabaisser ces personnes dangereuses.

Portrait de Lunesoleil
11/juin/2024 - 11h18

Les urgences en France c'est le bordel la semaine dernière je suis resté 8H à attendre et c'est partout pareil ... Il y a de quoi péter un plomb ou partir ...