09/06 15:01

Après "Balenciaga" et "The New Look", le défilé de séries sur la haute couture se poursuit avec l'arrivée sur Disney+ de "Becoming Karl Lagerfeld" - Regardez

Par Aurélie CARABIN

Après "Balenciaga" et "The New Look", le défilé de séries sur la haute couture se poursuit avec l'arrivée sur Disney+ de "Becoming Karl Lagerfeld", production très attendue sur l'ascension de la star de la mode, incarnée avec finesse par Daniel Brühl. Adaptée de la biographie "Kaiser Karl" de la journaliste du Monde Raphaëlle Bacqué, cette mini-série en six épisodes suit les premiers pas du styliste, d'abord sans catogan, à Paris dans les années 1970 comme mercenaire du prêt-à-porter, avant qu'il ne devienne le couturier emblématique de la maison Chanel.

Elle explore ainsi sa collaboration avec Gaby Aghion (Agnès Jaoui), la fondatrice de la griffe Chloé, sa rivalité avec Yves Saint Laurent (Arnaud Valois), le protégé de Pierre Bergé (Alex Lutz)... et surtout sa relation avec le dandy Jacques de Bascher (Théodore Pellerin), le grand amour de sa vie.

De quoi lever un pan du mystère qu'aimait cultiver Karl Lagerfeld, décédé en 2019 et pour la première fois au coeur d'une fiction audiovisuelle. "Il fascinait le monde entier", sans que l'on connaisse réellement l'homme "derrière la façade qu'il s'était créée", expliquait en mars à l'AFP Daniel Brühl ("Good Bye, Lenin!", "Inglourious Basterds"), qui n'a pas hésité longtemps avant d'accepter ce rôle.

Soucieux de ne pas tomber dans la caricature, l'acteur germano-espagnol, qui s'est entraîné en se parlant "en français avec un accent allemand", raconte avoir eu un déclic en essayant les chaussures à talons de son personnage, qui lui ont fait penser "au flamenco et aux toreros", lui permettant de se "raccrocher à l'image" d'un "matador" avant chaque prise.

Réalisée par Jérôme Salle ("Kompromat") et Audrey Estrougo ("Suprêmes") et co-créée par Isaure Pisani-Ferry ("Braqueurs", "Kaboul Kitchen"), cette production française a été annoncée dès 2021 par Disney, un an après l'implantation de la plateforme dans l'Hexagone. Tournée entre Paris, Monaco et l'Italie, la série réunit plus de 2.200 figurants dans plus de 40 décors, pour un total de 3.000 costumes, dont 160 entièrement créés par des ateliers dédiés.

Des tenues au maquillage, "il n'y a pas un détail qui est laissé au hasard", a assuré à l'AFP Jeanne Damas, fondatrice de la marque Rouje et interprète dans la série de la créatrice Paloma Picasso, lors du festival Canneseries. 

Ce lancement survient quelques mois après ceux de l'Espagnole "Balenciaga" (Disney+) consacrée au couturier éponyme, et de l'Américaine "The New look" (Apple TV+), sur l'ascension de Christian Dior, illustrant l'appétence des plateformes pour le sujet.

"Avec du recul on est sur un vrai temps où la mode est un patrimoine" et où "on peut confortablement regarder dans le rétroviseur" pour créer des histoires, a estimé Alex Lutz pour justifier cette tendance, devant des journalistes dont l'AFP à Cannes.

"C'est un monde très attirant" mais aussi "malsain" où se cotoient "le glamour, le battage médiatique, la prétention mais aussi la tragédie, le drame et la vacuité", a ajouté Daniel Brühl. Les représentants du milieu "se sont créé eux-même des personnages", a déclaré à l'AFP Arnaud Valois, vantant une "matière inépuisable pour les réalisateurs, les scénaristes". C'est également un moyen pour les plateformes d'alimenter leurs catalogues en productions locales, tout en traversant les frontières grâce à des figures connues dans le monde entier.

Gaumont, qui co-produit "Becoming Karl Lagerfeld", avait acquis en octobre 2019 les droits de l'ouvrage de Raphaëlle Bacqué, publié plus tôt en juin et rapidement devenu un succès de librairie, traduit dans plusieurs langues. Fin 2022, l'acteur américain Jared Leto avait également annoncé dans la presse américaine travailler sur un biopic de Karl Lagerfeld.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
10/juin/2024 - 17h35

On ne peut pas trouver un vrai sosie de Karl, mais l'acteur qui l'incarne s'en sort très bien, d'autant que pour le moment j'en suis , 5émee épisode, où il est encore assez jeune (40 ans) , il me tarde de regarder les autres épisodes

Portrait de dolide
9/juin/2024 - 20h53

Les acteurs sont excellents,la série est remarquable, la musique est excellente...un super moment, mention spéciale pour Daniel Brühl.... j'ai adoré son jeu.bravo bravo 

Portrait de Beguin
9/juin/2024 - 22h32

Cet acteur ne m'incite pas à voir la série je ne trouve pas de ressemblance avec le vrai karl.