18/05 18:49

Nouvelle-Calédonie : Un mort et deux blessés dans un échange de tirs sur un barrage au sixième jour des émeutes qui ont déjà fait plusieurs victimes

18h48: Alors que la Nouvelle-Calédonie est secouée par des émeutes, le gouvernement a pris la décision d'annuler l'étape du relais de la flamme olympique dans l'île, prévue le 11 juin prochain. Alors que le « Caillou » devait accueillir la flamme olympique le 11 juin prochain, une réaction rapide était attendue. Face aux risques que cette situation confuse peut générer, le gouvernement a décidé de prendre les devants.

Le Premier Ministre Gabriel Attal a décidé d'annuler purement et simplement la visite de la flamme olympique en Nouvelle-Calédonie. En conséquence, le relais passera directement de la Guyane le 9 juin à l'île de la Réunion le 12 juin.

16h39: Le point sur la situation cet après-midi - Un homme est mort et deux autres ont été blessés samedi 18 mai en Nouvelle-Calédonie dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des Kanaks dans le nord de la grande île, a-t-on appris de sources proches du dossier. Le général Nicolas Matthéos, commandant de la gendarmerie en Nouvelle-Calédonie, a confirmé à l'AFP "un mort et deux blessés à Kaala-Gomen", une commune de la province Nord.

Les faits se sont produits à 14 h 30 (5 h 30 à Paris), selon deux sources proches du dossier. D'après l'une d'elles, des tirs ont été échangés quand deux Caldoches (Calédoniens d'origine européenne) d'une même famille ont voulu passer un barrage érigé par des émeutiers. Le père est mort, son fils a été blessé, ainsi qu'un Kanak (Calédonien d'origine autochtone mélanésienne).

Il s'agit du premier mort dans des faits survenus en dehors de l'agglomération de Nouméa, la "capitale" calédonienne, où s'étaient concentrées jusque-là des émeutes ayant une dimension essentiellement urbaine.

Ce décès porte à six le nombre de morts depuis le début, lundi, des violences, les plus graves survenues dans l'archipel depuis les années 1980, sur fond de contestation indépendantiste d'une réforme électorale votée à Paris.

14h29: Le Parti socialiste a réitéré ce samedi matin sa position en faveur d’une «suspension du processus constitutionnel» et d’une «mission de dialogue» pour une «reprise des négociations tripartites». Par conséquent, et compte tenu des opinions exprimées lors de la réunion de parlementaires vendredi soir à Matignon, «force est de constater que la majorité pour faire adopter le texte en Congrès n'est plus assurée».

«Le Président de la République doit en tirer les conséquences et retirer le texte», déclarent conjointement les groupes socialistes de l’Assemblée nationale et du Sénat.

.

.

12h13: Des manifestants indépendantistes kanaks bloquent l’accès de la mine de l’Étoile du Nord de Koumac, dans le nord-ouest de l’archipel, jusqu’à nouvel ordre. Ils espèrent faire pression sur le gouvernement en impactant l’économie calédonienne. Le site de Tiébaghi est quant à lui à l’arrêt depuis dimanche 12 mai.

09h53: On en sait plus sur la fusillade qui a fait un mort et deux blessés cette nuit. La gendarmerie a annoncé qu’une personne est morte et deux autres ont été blessées samedi dans un échange de tirs sur un barrage tenu par des émeutiers à Kaala-Gomen, une commune de la province Nord. Selon la 1re, la personne décédée serait un père de famille. D’après une source proche du dossier, des tirs ont été échangés quand deux Caldoches d’une même famille ont voulu passer un barrage : le père est décédé, son fils a été blessé, ainsi qu’un Kanak.

08h34: Un mort et deux blessés dans un échange de tirs sur un barrage au sixième jour des émeutes qui ont déjà fait plusieurs victimes

 

07h11: Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a recensé 3.200 personnes bloquées en raison de l'absence de vols commerciaux au départ de et vers l'archipel, a-t-il annoncé samedi. D'après "les chiffres qu'ont donnés les deux compagnies aériennes" desservant régulièrement la Nouvelle-Calédonie, ce sont "3.200 personnes au total" qui soit ne peuvent quitter l'archipel, soit ne peuvent y revenir, a indiqué lors d'une conférence de presse à Nouméa un porte-parole du gouvernement, Gilbert Tyuienon. Ces vols commerciaux sont suspendus depuis mardi en raison des émeutes qui ont embrasé ce territoire français du Pacifique sud.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de grosse tourte
18/mai/2024 - 20h22

Macron va renter dans l'histoire en étant le président le plus minable de la 5e république . Le pays craque de partout ...